Un défilé de robots

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Le cycle des Robots
Un défilé de robots
Arrleft.svg Les Robots Les Cavernes d'acier Arrright.svg
Books-aj.svg aj ashton 01.svg
Il existe une fiche de références pour cette œuvre :
Un défilé de robots.

Un défilé de robots est un recueil de nouvelles de science-fiction d'Isaac Asimov paru pour la première fois en 1964.

Préface de l'auteur[modifier]

Et bien que je ne fusse pas le premier — à 2 500 ans près — à me lancer dans cette voie, je parvins à donner suffisamment de substance à mes imaginations pour conquérir la réputation de l'homme-qui-a-créé-l'histoire-du-robot-moderne.


L'établissement des cerveaux positroniques de mes robots nécessitait une immense et complexe branche nouvelle de la technologie à laquelle je donnai le nom de « robotique ». Le mot me semblait aussi naturel que « physique » ou « mécanique ». Pourtant, à ma grande surprise, il s'agissait d'un néologisme dont je ne trouvai aucune trace ni dans la seconde ni dans la troisième édition du Webster non abrégé.


En fait, je me suis laissé dire que si dans les années futures on se souvient encore de moi, ce sera à cause de ces Trois Lois de la Robotique. D'une certaine manière, cela ne laisse pas de me préoccuper; j'ai en effet pris l'habitude de me considérer comme un homme de science, et laisser un nom pour avoir établi les bases inexistantes d'une science inexistante me cause, je l'avoue, quelque embarras, sinon de la déception. Pourtant si la robotique parvenait jamais aux sommets de perfection décrits dans mes histoires, il se peut qu'un concept se rapprochant plus ou moins de mes Trois Lois connaisse réellement le jour, et dans ce cas, je connaîtrais un triomphe assez rare (bien que, hélas, posthume...).


Risque, 1955[modifier]

— Et le directeur Schloss?
— Il en sait beaucoup trop, dit Ronson, volubile. Pris entre le souci d'attiser la faible flamme d'intelligence qui vacille chez son interlocuteur et d'atténuer l'éclatante lumière que diffuse son propre cerveau, de peur de provoquer une ophtalmie définitive chez ledit interlocuteur, il prend parti de ne rien dire.


L'amour de la précision qu'il professait, Ninheimer ne le réservait pas seulement à ses discours, et dans un domaine tel que la sociologie, dont on peut dire que la principale caractéristique est l'imprécision, il ne se sentait pas précisément à son aise.