Régina Louf

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Régina Louf fut le témoin X1 auditionnée durant l'affaire Dutroux, auteur d'une théorie du complot autobiographique sur un réseau pédophile opérant en collaboration avec Marc Dutroux, thèse non-reconnue auprès de la presse et des autorités judiciaires. Son témoignage a fait l'objet d'une affaire judiciaire et médiatique.

Citations de Régina Louf[modifier]

Mes parents ne m'ont jamais aimée. Ils aimaient une petite fille qui n'était pas moi. Une petite fille qui riait, qui donnait la main, qui faisait comme si rien ne s'était passé. Ils aimaient l'illusion qu'ils avaient créée. Ils n'ont jamais vu ma souffrance, ma solitude, ma peur et ma confusion.
  • Silence, on tue des enfants ! Voyage jusqu'au bout du réseau, Régina Louf, éd. éditions Mols, 2002, chap. Je dois parler, Ma vie avant l'arrestation de Marc Dutroux, p. 36


A Gand il régnait une atmosphère étrange. Mes parents m'étaient devenus étrangers. Ils paraissaient vieux, ne jouaient jamais avec moi et ne paraissaient jamais spontanés ou énergiques. La plupart du temps, ils dormaient tard le samedi et j'errais en m'ennuyant dans cette maison. Il n'y avait pas grand chose à faire. Tout était rempli avec de la porcelaine chinoise et des antiquités. Ma chambre avec ses fenêtres en vitraux était souvent trop froide pour y rester, et en été il y faisait étouffant. Elle n'était d'ailleurs nullement confortable. Le papier peint était vieillot avec des roses verdâtres sur un arrière fond blanc; les meubles étaient démodés et il y avait un crucifix et une "Vierge à l'enfant" sur le mur. Il y avait des jouets, mais que peut faire un enfant avec des jouets s'il n'y a personne pour jouer avec lui? Toute la matinée, j'attendais qu'ils se réveillent tous les deux. Quand finalement ils étaient réveillés, ils faisaient un petit somme après le repas de midi. Ils ne se parlaient jamais, ils ne me parlaient pas non plus. Ils étaient des étrangers l'un pour l'autre, je me sentais étrangère comme si je venais loger chez un oncle ou une tante.
  • Silence, on tue des enfants ! Voyage jusqu'au bout du réseau, Régina Louf, éd. éditions Mols, 2002, chap. De retour à Knokke, Ma vie avant l'arrestation de Marc Dutroux, p. 61


Les mots sortent de ma bouche et je raconte presque automatiquement ce que je sais de Mich, ce qu'il m'a fait, comme il pouvait être cruel et sans pitié. Je lui ai parlé de la peur que j'avais d'eux, de lui de Tony et du réseau. Je sais qu'ils sauront que c'est moi qui ai parlé. Je suis en effet la seule survivante de ma génération de victimes, même si je le cache. J'ai construit des murs dans ma tête autour du dernier tabou. Le secret des meurtres.
  • Silence, on tue des enfants ! Voyage jusqu'au bout du réseau, Régina Louf, éd. éditions Mols, 2002, chap. Tania appelle le juge Connerotte, Le témoin X1, p. 229-230


J'entends à peine quelques bribes de commentaires. Sabine et Laetitia ont été libérées de la cave où Dutroux les avait enfermées. Elles avaient été enlevées l'une il y a trois mois, l'autre une semaine auparavant. Ces enfants destinées à la mort étaient libres. J'allai dans la salle de bain, inconsciente de ce qui m'entourait et m'appuyai contre l'émail froid de la baignoire, la figure dans les mains. Mon Dieu merci! Je pleure sans larme, je ris sans sourire sur mes lèvres, intérieurement je pousse des cris de joie. Je crie, chante et danse du bonheur d'avoir pu assister à ce moment. C'est le moment que j'ai attendu toute mon existence, que j'ai secrètement espéré lorsque j'étais enfant puis jeune fille. Que le monde voie la misère dans laquelle j'ai vécu, que des gens viennent m'aider, me sauver. Qu'ils aient pu sauver Clo et les autres à temps. Que je n'aie pas dû regarder ce qui leur arrivait. Que tout se soit bien passé! Je suis si heureuse, mon cœur déborde! Je suis heureuse pour elles, ces filles, et tout mon être souhaite les serrer contre moi et les embrasser. Mon cœur est avec vous, les filles et avec les personnes qui vous ont cherchées et retrouvées!
  • Silence, on tue des enfants ! Voyage jusqu'au bout du réseau, Régina Louf, éd. éditions Mols, 2002, chap. Mich est arrêté, Le témoin X1, p. 225


Des noms inconnus me deviennent familiers. Connerotte et Bourlet, les magistrats de Neufchâteau, sont devenus les héros du peuple belge, les miens également. J'enregiste leurs visages et les remercie en silence pour leur courage et leur compétence.
  • Silence, on tue des enfants ! Voyage jusqu'au bout du réseau, Régina Louf, éd. éditions Mols, 2002, chap. Mich est arrêté, Le témoin X1, p. 226


Mich menotté traverse la foule, au milieu des cris et des huées. Il se dirige vers les escaliers du Palais de Justice, entouré par des gendarmes. J'en ai le souffle coupé, me retourne et m'enfuis de nouveau. Haletante, je me cache dans un coin de la salle de bain. Ce n'est pas possible! Ce sont mes boureaux! Son nom résonne dans ma tête. Etrange, je n'ai jamais su qu'il s'appelait Nihoul. je voudrais oublier son nom le plus vite possible, mais il continue à hanter mon esprit. je tremble.
  • Silence, on tue des enfants ! Voyage jusqu'au bout du réseau, Régina Louf, éd. éditions Mols, 2002, chap. Mich est arrêté, Le témoin X1, p. 226


Je sais comment porter de graves blessures. Je sais que je ne dois frapper avec couteau qu'une seule fois et par surprise, car sinon ils l'utiliseront contre moi. Je le sais, ils me l'ont appris. Peut-être est-il temps d'utiliser contre eux tout ce qu'ils m'ont appris...
  • Silence, on tue des enfants ! Voyage jusqu'au bout du réseau, Régina Louf, éd. éditions Mols, 2002, chap. Mort de grand-mère, Le témoin X1, p. 214


Un réseau de quinze abuseurs peut faire d'innombrables victimes, profondément traumatisées. La plupart de ces enfants restent anonymes, invisibles. Certains disparaissent ou meurent. Parmi ceux qu'on considère comme "fugueurs", il y a des enfants tués dans le réseau. De temps en temps, un de ces enfants se "suicide", et on retrouve son cadavre. Mais la plupart du temps les dossiers restent non résolus. Cela n'intéresse personne. De plus il n'existe pas de réseaux dans notre pays, selon les faiseurs d'opinion. Ce qui n'est pas reconnu ne peut être investigué, ni faire de victimes...
  • Silence, on tue des enfants ! Voyage jusqu'au bout du réseau, Régina Louf, éd. éditions Mols, 2002, chap. les réseaux pédophiles n'existent pas?, Le témoin X1, p. 377


Il est énergique et détendu, comme d'habitude; il impose sa présence de manière presque sensible. Il n'a pas changé. C'est comme si l'énergie qu'il nous a volée à moi et à mes amies, l'a empêché de vieillir. Moi, par contre, je me sens vieille, laide, apeurée, vaincue.
  • à propos de son violeur et proxénète, Tony Van Den Bogaert
  • Silence, on tue des enfants ! Voyage jusqu'au bout du réseau, Régina Louf, éd. éditions Mols, 2002, chap. Confrontation avec mon souteneur, Le témoin X1, p. 351


Comme beaucoup d'autres parents, ils ont compris, après ma naissance, qu'avoir un bébé ne résout pas les problèmes mais les aggrave. Ils avaient à présent une responsabilité supplémentaire, alors qu'ils pouvaient à peine se gérer eux-mêmes.
  • à propos de son violeur et proxénète, Tony Van Den Bogaert
  • Silence, on tue des enfants ! Voyage jusqu'au bout du réseau, Régina Louf, éd. éditions Mols, 2002, chap. Confrontation avec mon père, Le témoin X1, p. 340


Citations sur Régina Louf[modifier]

Quand une jeune femme de 28 ans raconte ce qui lui est arrivé dès son plus jeune âge, dès l'âge de deux ans, on l'écoute, mais comme on a du mal à l'entendre, on préfère ne pas la croire.


Nous nous trouvons aujourd'hui dans cette situation paradoxale, où la presse décrète qu'une victime est folle, au mépris des experts psychiatres. Et la population — maintenue dans l'ignorance par la presse — va répétant que Régina Louf est folle. Or, le seul motif pour lequel on prétend qu'elle est folle, c'est que son récit est incroyable. Qui pourrait croire, en effet, que des membres de la haute société belge soient assez pervers pour prendre plaisir à tuer des enfants? C'est incroyable... donc c'est faux! Le raisonnement est un peu trop rapide et calqué sur notre propre désir. Personne n'a envie de croire cela, donc ça n'existe pas.
  • Silence, on tue des enfants ! Voyage jusqu'au bout du réseau, Marc Reisinger, éd. éditions Mols, 2002, chap. Postfaces, L'enquête assassinée, p. 389


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :