Mariage homosexuel

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Mariage homosexuel désigne le mariage des couples de même sexe désigne le mariage civil ou religieux de deux hommes ou de deux femmes.

Citations[modifier]

Favorables[modifier]

Pour moi, à titre personnel, il est important de dire que je pense que les couples du même sexe doivent pouvoir se marier
  • (en) At a certain point I've just concluded that for me personally it is important for me to go ahead and affirm that I think same sex couples should be able to get married.


Ce n'est une loi contre personne, ce n'est pas non plus une loi pour quelques-uns: c'est une loi pour tous, une loi qui représente la victoire de tous car c'est une loi de la liberté, de la justice, de l'égalité et de l'humanisme. Et le propre de l'humaniste, c'est de se sentir humilié par l'humiliation de l'autre, de se sentir exclu par l'exclusion de l'autre, de sentir sa liberté entravée par la privation de liberté de l'autre.
  • (pt) O próprio do humanista é sentir-se humilhado pela humilhação do outro, é sentir-se excluído pela exclusão do outro, é sentir sua liberdade obstaculizada pela privação da liberdade do outro.


Je ne peux pas refuser à qui que ce soit, un être humain, un contribuable, un travailleur, un habitant de mon district et au delà de cet État, l'État de New York, et un de ceux qui ont fait la réputation de cet État, les même droits que j'ai avec ma femme.
  • (en) I cannot deny a person, a human being, a taxpayer, a worker, the people of my district and across this state, the State of New York, and those people who make this the great state that it is the same rights that I have with my wife.


Avant nous, la Belgique et les Pays-Bas l'ont fait et le Canada l'a reconnu avant-hier. […] Nous ne sommes pas les premiers mais je suis sûr que nous ne serons pas les derniers, beaucoup d'autres pays viendront ensuite, poussés par deux forces imparables, la liberté et l'égalité. […] Nous ne légiférons pas pour des gens étranges et lointains, nous sommes en train d'augmenter les chances de bonheur de nos voisins, nos amis, nos collègues de travail, les membres de nos familles. […] Il est vrai que [les homosexuels] ne sont qu'une minorité, mais leur triomphe est le triomphe de tous, leur victoire nous rend tous meilleurs, elle rend notre société meilleure.

.

J'ai de très fortes croyances chrétiennes. Personnellement, j'ai toujours cru dans le mariage traditionnel entre un homme et une femme. C'est encore ce que je crois aujourd'hui. Il n'est pas seulement question ici de ce que je crois. Il est question du respect des autres, y compris du respect des gens qui pensent différemment de moi. Il s'agit de savoir si tout le monde peut avoir les mêmes possibilités en matière d'amour, de relations de couple, de famille et de sécurité.

.

Je crois que les couples homosexuels méritent les mêmes droits que tous les autres couples de ce pays.
  • (en) I believe that gay couples deserve the same legal rights as every other couple in this country.
  • Barack Obama, 23 juin 2011, New York, dans Washington Post, Perry Bacon Jr., Obama: Gay couples deserve same legal rights as every other couple, 23 juin 2011, [1].

.

Défavorables[modifier]

Les partisans les plus déterminés du « mariage pour tous » ne cachent plus que par derrière leur revendication, c’est une abolition pure et simple du mariage qu’ils visent, d’abord parce que, défini pour un « genre » indifférencié, il n’aura plus de sens, ensuite parce qu’à terme, les obligations qui le structurent (solidarité financière, stabilité, fidélité) tendront à se dissoudre. La société qui émerge ainsi, loin d’être plus égalitaire, comme on le prétend, sera au contraire une société inégalitaire par excellence. Cela est déjà posé dans la loi puisque l’adoption pour tous, y compris pour les couples homosexuels, signifiera que certains enfants auront un père et une mère (ce qui était autrefois la norme et qui ne serait plus qu’un cas particulier) tandis que d’autres n’auront droit qu’à deux pères ou deux mères.
  • « Libre propos : Le mariage “gay” dans la stratégie du chaos », Roland Hureaux, gaullisme.fr, 30 décembre 2012 (lire en ligne)


On vit une époque formidable! Depuis plusieurs millénaires, on croyait que le mariage était l'union d'un homme et d'une femme désireux de créer une communauté conjugale, éventuellement même de procréer, mais notre époque a changé tout ça. Ce qui importe aujourd'hui pour justifier le mariage, c'est l'amour. (...) Hélas, les lois de nombreux pays ne permettent pas à n'importe qui d'épouser n'importe qui. De nombreuses législations exigent encore que les fiancés soient un homme et une femme, majeurs, et qui ne soient pas parents en ligne directe ou frère et sœur. Mais ces critères qui retiennent les officiers d'état civil (ou les maires, en France) sont dénués d'intérêt pour certaines Églises ou certains prêtres, qui font observer que Dieu est amour et que l'amour prime donc toute autre considération. Pour eux, deux hommes ou deux femmes qui s'aiment doivent pouvoir s'unir par les liens du mariage. (...) En réalité, il ne s'agit pas uniquement d'égalité de droits, ni uniquement d'amour. Il s'agit des règles de notre civilisation.
  • « Editorial », Claude Paschoud, Le pamphlet, nº 420, décembre 2012, p. 3


Il existe des pays qui admettent la polygamie, il existe des lieux ou des époques où les fiancés pouvaient consommer le mariage dès l'âge de neuf ans, comme Aïcha, fille d'Abu Bakr, troisième épouse de Mahomet. Il existe des peuples qui admettent l'union entre frère et sœur, entre père et fille ou mère et fils. L'inceste, chez nous, comme la pédophilie, sont non seulement des délits mais aussi des tabous. (...) Les homosexuels partisans du mariage pour tous (...) se trompent de combat. Il ne s'agit ni d'homophobie, ni d'un défaut de charité chrétienne. Il s'agit d'une question de civilisation. Chez nous, le mariage est monogamique et hétérosexuel.
  • « Editorial », Claude Paschoud, Le pamphlet, nº 420, décembre 2012, p. 3


L'homophobie est une chose, et il faut la réprouver, mais le « mariage pour tous » n'a jamais existé et ne peut pas exister. Le mariage, c'est un homme, une femme et, si possible des enfants. On ne peut pas sortir de cela, c'est notre nature, et aussi l'un des fondements de notre civilisation. La société elle-même a déjà placé des interdits immémoriaux : on ne peut pas, par exemple, épouser un proche parent, ou plusieurs personnes en même temps. Donc toute situation de couple n'est pas mariage. Il ne suffit pas de dire que, du moment qu'on s'aime, on peut se marier.
  • « Monseigneur Jordan, archevêque de Reims « Il ne suffit pas de dire que, du moment qu'on s'aime, on peut se marier » », Thierry Jordan, lunion.presse.fr, 28 novembre 2012 (lire en ligne)


Contrairement à ce que l'on nous présente, a-t-il poursuivi, le projet législatif concernant le mariage n'est pas simplement une ouverture généreuse du mariage à de nouvelles catégories de concitoyens, c'est une transformation du mariage qui toucherait tout le monde. (..) ce ne serait pas le 'mariage pour tous', ce serait le mariage de quelques-uns imposé à tous.


(...) le mariage n'est pas une reconnaissance sociale de l'amour. Légalement, ce n'est pas ça le critère. Si on va au bout de la logique, pourquoi interdire la polygamie?


Articles connexes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :