Les Identitaires

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Identitaires (anciennement Bloc identitaire-Mouvement social européen) est un mouvement politique identitaire français créé le 6 avril 2003. C'est une composante d'un nouveau courant de l'extrême droite française apparu au cours des années 2000 et appelé « mouvance identitaire ». Le logo du mouvement représente un sanglier stylisé. Ils sont les organisateurs de la soupe identitaire.

Citations sur Les Identitaires[modifier]

Il faut le dire et le redire : présenter comme une « riposte laïque » la stigmatisation de l'islam comme tel est une ânerie doublée d'une insulte à un idéal de laïcité qui a toujours signifié, à la fois, la séparation du théologique et du politique et le droit égal, alors, une fois la séparation opérée, de pratiquer décemment leur culte pour toutes les religions. Il faut le dire et le redire : présenter comme un « arc républicain », ou comme une alliance entre « républicains des deux rives », ce nouveau rapprochement rouge-brun qui voit les crânes rasés du Bloc identitaire fricoter, sur le dos des musulmans de France, avec tel ancien du Monde diplo, Bernard Cassen, est un crachat au visage d'une République qui, à Monte Cassino, puis dans les combats pour la libération de Marseille, puis dans la poche de Colmar, en Alsace, face à la division Das Reich, n'a pas eu de plus vaillants défenseurs que les pères et grand-pères de ces hommes et femmes que l'on voudrait, aujourd'hui, clouer au pilori.
  • À propos des « Assises internationales sur l'islamisation de nos pays » organisées le 18 décembre 2010 à Paris par le site Ripostes laïque et auxquelles participait le Bloc identitaire.


Et quant à l'antisémitisme enfin, deux remarques. Il n'a jamais été le seul marqueur, d'abord, permettant de juger de ces affaires (dire à tous les musulmans de France, comme l'a fait M. Robert lors des Assises sur l'islamisation, qu'on est, "comme à Poitiers", en guerre totale avec eux, ne me semble pas moins grave). Et je note par ailleurs que, dans son texte du 6 septembre 2010 intitulé Retour sur un parcours politique personnel, l'ex-"rebelle blanc" (délicat euphémisme pour dire skinhead) et ex-négationniste (fier d'avoir "eu le privilège", sic, d'être "le deuxième condamné" sur "le fondement de la loi Gayssot") nous explique qu'il "assume totalement" son passé, qu'il est fier de la "constance" de son "engagement" et que cette "période" de sa vie restera "à jamais gravée" en lui car il y a "découvert l'esprit de camaraderie, le courage, la détermination" - dont acte ; j'arrête là ; car tout cela commence à devenir franchement nauséabond.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :