Le Théorème du Perroquet

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Books-aj.svg aj ashton 01.svg
Il existe une fiche de références pour cette œuvre :
Le Théorème du Perroquet.

Le Théorème du Perroquet est un roman de Denis Guedj, publié en septembre 1998 (ISBN 2020427850). Dans ce roman, une intrigue policière est le prétexte pris pour dérouler un parcours dans l'histoire des mathématiques jalonnées de grands mathématiciens Thalès, Pythagore, Euclide, Hypatie, Al-Khawarizmi, Omar Khayyam, Nasir ad-Din at-Tusi, Tartaglia, Ludovico Ferrari, Niels Henrik Abel, Évariste Galois, Pierre de Fermat, Leonhard Euler, de la naissance de l'algèbre au théorème de Fermat et à la conjecture de Goldbach.

Citations[modifier]

On ne fait que répéter. On est tous des perroquets. [...] Il n'y a que deux choses que l'on ne répète pas, crier et pleurer. Pas besoin de les avoir entendues pour les faire. Et rire, peut-être ; mais je n'en suis pas sûr.


Connais-toi toi-même !


Cette pyramide a été dressée par le pharaon Khéops dans le seul but d'obliger les humains à se persuader de leur petitesse. [...] Plus gigantesque elle serait, plus infimes nous serions. Le but est atteint.


De ce qu'à moi, ou à tout le monde, il en semble ainsi, il ne s'ensuit pas qu'il en est ainsi. Mais ce que l'on peut fort bien se demander, c'est s'il y a un sens à en douter.
Prêche le faux pour savoir le vrai.
  • Proverbe.


Il n'y a pas de secret sans feu.
  • Déviation du proverbe : "Il n'y a pas de fumée sans feu."
Les livres ont plus de courage que les courtisans pour dire la vérité aux rois.


Bien mal acquis ne profite jamais.
  • Proverbe.


Il faut rendre à César ce qui est à César.
  • Proverbe.


Le refus de l'évidence concrète a une conséquence. Il ouvre la porte à l'inquiétude.


L'essence des mathématiques, c'est la liberté !


Ceux qui par la science vont au plus haut du monde
Qui par l'intelligence, scrutent le fond des cieux
Ceux-là, pareils aussi à la coupe du ciel
La tête renversée, vivent dans leur vertige.


Je ne me suis jamais privé de donner mon temps aux sciences
Par la science j'ai dénoué les quelques nœuds d'obscurs secrets
Après soixante-douze années de réflexion sans jour de trêve
Mon ignorance, je la sais...


Un nain assis sur la plus haute marche est plus haut qu'un géant dressé sur la plus basse.
  • Adage arabe.


Toutes les évidences ne sont pas mauvaises à dire. Il arrive même parfois que ce soit en tirant les conséquences des évidences les plus évidentes que l'on découvre les vérités les moins évidentes.


Les livres ne ressuscitent pas les morts, ne métamorphosent pas un idiot en homme raisonnable, ni une personne stupide en individu intelligent. Ils aiguisent l'esprit, l'éveillent , l'affinent et étanchent sa soif de connaissances. Quant à celui qui veut tout connaître, il vaut mieux, pour sa famille, le soigner ! Car cela, ne peut provenir que d'un trouble psychique quelconque. Muet quand tu lui imposes le silence, éloquent lorsque tu le fais parler. Grâce au livre, tu apprends en l'espace d'un mois ce que tu n'apprendrais pas de la bouche de connaisseurs en une "éternité" et cela, sans contracter de dette du savoir. Il te débarrasse, te délivre du commerce de gens odieux et des rapports avec des hommes stupides, incapables de comprendre. Il t'obéit de jour comme de nuit, aussi bien durant tes voyages que pendant les périodes où tu es sédentaire. Si tu tombes en disgrâce, le livre ne renonce pas pour autant à te servir. Si des vents contraires soufflent contre toi, le livre, lui, ne se retourne pas contre toi. Il arrive, parfois, que le livre soit supérieur à son auteur...


Quand tu veux te laver, prépare d'abord la serviette pour t'essuyer.


L'Histoire, ce n'est pas aussi ce qui aurait pu être ?


[Les jumeaux] sont pareils à si peu près que cela [vaut] le coup qu'ils soient deux.


Les bagnoles, c'est comme les gens [...], plus elles vieillissent, plus il faut les chouchouter.


Les comédiens appelés sur la scène, pour ne pas laisser voir la rougeur sur leur front, mettent un masque. Comme eux, au moment de monter sur ce théâtre du monde où jusqu'ici je n'ai été que spectateur, je m'avance masqué.


On ne peut se passer d'une méthode pour se mettre en quête de la vérité des choses.


Tant que le Poète continue de chanter le Héros, celui-ci vit encore. Mais quand cessent les odes, commencent l'oubli et la véritable mort.
  • Proverbe grec.


Il y a toujours un multiple du plus petit qui est supérieur au plus grand.


Il faut aux vérités de la science de belles histoires pour que les hommes s'y attachent. Le mythe, ici, n'est pas là pour entrer en concurrence avec le vrai, mais pour le rattacher à ce à quoi les hommes tiennent et qui les font rêver.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :