Jules Barbey d'Aurevilly

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Aller à : navigation, rechercher
Barbey d'Aurevilly par Émile Lévy.

Jules Amédée Barbey d'Aurevilly, habituellement appelé Jules Barbey d'Aurevilly, né à Saint-Sauveur-le-Vicomte (Manche) le 2 novembre 1808 et mort le 23 avril 1889 à Paris est un écrivain français et un journaliste au style polémique. Surnommé le « Connétable des lettres », il contribua à animer la vie littéraire française de la seconde moitié du XIXe siècle.

Les Diaboliques[modifier]

Cependant, les crimes de l'extrême civilisation sont, certainement, plus atroces que ceux de l'extrême barbarie par le fait de leur raffinement, de la corruption qu'ils supposent, et de leur degré supérieur d'intellectualité.

  • Les Diaboliques (1874), Jules Barbey d'Aurevilly, éd. Gallimard, coll. « Folio classique », 2003  (ISBN 2-07-030275-X), p. 296

Les Œuvres et les hommes[modifier]

Mahomet est une des trois ou quatre figures qui dominent l'humanité et son histoire.

  • Les Œuvres et les hommes (1860-1909), Jules Barbey d'Aurevilly, éd. Slatkine Reprints, 1968, t. 17, les Philosophes et les écrivains religieux, p. 316


Cet Hercule souillé qui remue le fumier d'Augias et qui y ajoute !

  • Les Œuvres et les hommes (1860-1909), Jules Barbey d’Aurillac, éd. Lemerre, 1902, t. 18, Le roman contemporain, p. 231


Citations sur Barbey d’Aurevilly[modifier]

Quand il n’aime pas un de ses trucs consiste à dire qu’on n’en parlera bientôt plus. Autres trucs de critiques : « Il écrit trop » (dit par des gens qui écrivent chaque semaine dans les journaux) ; « telle phrase est nulle et telle autre est ridicule », la première étant extraite des premières pages, la seconde des dernières, pour faire croire qu’on a tout lu ; écrire en « on », autorité supposée objective.

  • Dictionnaire égoïste de la littérature française, Charles Dantzig, éd. Grasset, 2005, p. 72


L'image de Barbey écrivain spontané est fausse. Les nombreuses ratures sur ses manuscrits le prouvent. S'il aimait l'extraordinaire, l'excessif, le "Walter Scott normand" redevenait humble dès qu'il s'agissait d'Art, dès qu'il était aux prises avec les mots. Sa technique romanesque n'est donc pas facile, ou bien alors l'impression de facilité résulte d'un travail patient, méticuleux.


Il y a toujours eu, dans le comportement de Barbey, davantage de rébellion et de résistance que de frivolité pure et de simple soumission à une mode.

  • Carré d'Art : Byron, Barbey d'Aurevilly, Dali, Hallier, Jean-Pierre Thiollet, éd. Anagramme éditions, 2008, p. 107


Les efforts de Barbey d'Aurevilly pour extraire certaines de ses œuvres du néant et finir par s'imposer comme l'un des plus grands noms de la littérature ont (...) été répétés et tenaces. Inscrits dans la longue durée comme autant de leçons d'humilité et révélateurs d'une conscience d'artiste très haute et exigeante.

  • Carré d'Art : Byron, Barbey d'Aurevilly, Dali, Hallier, Jean-Pierre Thiollet, éd. Anagramme éditions, 2008, p. 131


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :