Heinrich Heine

Citations « Heinrich Heine » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Ceci n'était qu'un prélude, là où l'on brûle des livres, on finit aussi par brûler des hommes.

Christian Johann Heinrich Heine (13 décembre 179717 février 1856) était un journaliste, essayiste et poète romantique allemand.

Almansor, 1823[modifier]

Ce n’était qu’un début. Là où on brûle des livres, on finit par brûler des hommes.

  • (de) Dort wo man Bücher verbrennt, verbrennt man auch am Ende Menschen.
  • Almansor, Heinrich Heine, éd. Düsseldorfer Heine-Ausgabe, 1823, p. 16, vers 243


Le Rabbin de Bacharach, 1840[modifier]

« En aval de Rheingau, à l’endroit où les rives du fleuve perdent leur mine souriante, où monts et rochers avec leurs ruines fantastiques de vieux bourgs prennent un air hautain, plus sauvage, plus grave et plus majestueux, on découvre, pareille à une légende lugubre de l’ancien temps, la vieille et sombre ville de Bacharach. »

  • Le Rabbin de Bacharach II, Heinrich Heine, éd. Balland, 1992 (ISBN 2-7158-0924-7), p. 7


Sur son lit de mort[modifier]

Dieu me pardonnera, c'est son métier !


Et Baudry de conter ce joli mot de Henri Heine, à son lit de mort. Sa femme priant à ses côtés Dieu de lui pardonner, il interrompt la prière, en disant : « N’en doute pas, ma chère, il me pardonnera ; c’est son métier ! »

  • Journal des Goncourt : Mémoires de la vie littéraire, Edmond et Jules de Goncourt, éd. Bibliothèque-Charpentier, 1891, t. 2, partie Année 1863, 23 février, p. 96 (texte intégral sur Wikisource)