Jean Koppen

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Jean Koppen (né Jean Caupenne) est un écrivain surréaliste né en 1908.

Comment accommoder le prêtre, 1929[modifier]

[…] insulter les prêtres n'a pas d'autre but, mise à part la satisfaction morale que cela procure sur le moment, que de vous entretenir dans cet état d'esprit qui vous permettra, le jour où vous serez libres, d'abattre par jour, en vous jouant, deux ou trois tonnes de ces dangereux malfaiteurs.
  • « Comment accommoder le prêtre », Jean Koppen, La Révolution surréaliste, nº 12, 15 décembre 1929, p. 31 (lire en ligne)


Dans le métro, à une heure d'affluence, si vous êtes à côté d'un prêtre, ne le prenez pas à parti immédiatement, mais au bout d'une ou deux stations, vous commencez à hurler, en lui foutant un coup de poing en pleine gueule : « Vieux porc, vous n'avez pas fini de me peloter ! » La foule écoute ; alors vous déclarez : « C'est la troisième fois cette semaine qu'un curé me fait des propositions, et dire qu'on envoie encore les enfants au catéchisme ! » Vous pouvez ainsi insulter et même rosser un curé sans être lynché et, de plus, vous donnez à quelques personnes un exemple réel de l'ignoble hypocrisie des prêtres, […]
  • « Comment accommoder le prêtre », Jean Koppen, La Révolution surréaliste, nº 12, 15 décembre 1929, p. 31 (lire en ligne)