Georges Boudarel

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Georges Boudarel (21 décembre 1926, Saint-Étienne – 26 décembre 2003, Les Lilas) est un universitaire et militant communiste et criminel de guerre français.

Citations sur Georges Boudarel[modifier]

Cet homme est de ces français anticolonialistes qui ont pris trop à cœur leur "Amour de l'autre". Il a été nommé, en 1952, commissaire politique du Vietminh, il a été chargé de la rééducation idéologique des militaires français prisonniers dans le camp dont il a la charge. C'est lui qui organisait les marches forcées, la punition de la "cage aux buffles", les brimades... C'est lui encore qui veillait à ce que ses proies ne bénéficient pas de la convention de Genève car, à ses yeux, ils n'étaient pas vraiment des prisonniers de guerre mais les simples "instruments aveugles du colonialisme et du capitalisme".
Il a consciemment appliqué sur ses compatriotes la méthode d’avilissement par la faim, la déchéance physique, l'endoctrinement, la délation entre détenus. Il a fait périr 278 français. Amnistié en 1966, il a obtenu par protection le rétablissement de ses droits universitaires.


Seul ou presque à gauche, Lionel Jospin sauva l'honneur en déclarant : "Rien ne peut justifier qu'un professeur devienne un kapo dans un camp de concentration, dans lequel ses compatriotes mouraient sous la torture et les mauvais traitements. Cet homme-là ne mérite pas, à mon sens, de comité d'entraide."