François Ier

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
François Ier
Signature

François Ier (né François d'Orléans le 12 septembre 1494 à Cognac et mort le 31 mars 1547 à Rambouillet) est sacré roi de France le 25 janvier 1515 dans la cathédrale de Reims. Il règne jusqu’à sa mort en 1547. Fils de Charles d’Angoulême et de Louise de Savoie, il appartient à la branche de Valois-Angoulême de la dynastie capétienne.

Citations sur François Ier[modifier]

François Ier a eu de nombreux thuriféraires mais ne fut pas le seul. Tous les monarques, en France et ailleurs, en ont eu. Construire une image de son règne de son vivant est le lot de tous les dirigeants. Quant à ceux qui louèrent François Ier après sa mort, ce fut pendant un temps très court, seulement jusqu'à la fin du règne de Henri III.

  • « François Ier. Le cinquième centenaire. Didier le Fur », Jean-Joel Brégeon, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 80, septembre-octobre 2015, p. 12


L'avènement de la nouvelle dynastie des Bourbons a marqué le début d'un long et difficile purgatoire pour sa mémoire et toutes les

légendes négatives relatives à sa personne sont apparues alors. Les historiens du XIXe siècle ont été plus généreux à

l'égard de son souvenir, changeant les mauvaises légendes en bienfaits, sans chercher bien loin ailleurs.

  • « François Ier. Le cinquième centenaire. Didier le Fur », Jean-Joel Brégeon, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 80, septembre-octobre 2015, p. 13


J'ai voulu prouver que ce qui a été écrit sur l'éducation du prince, sur le rôle de sa mère, Louise de Savoie, tant dans ce temps d'apprentissage ou plus tard lors du règne, et sur l'influence de ses maîtresses sur la politique du souverain, n'était qu'un roman.

  • « François Ier. Le cinquième centenaire. Didier le Fur », Jean-Joel Brégeon, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 80, septembre-octobre 2015, p. 13


Prétendre que François Ier a été l'inventeur de l'absolutisme est une absurdité, mais celle-ci a une histoire puisque l'idée naît sous le règne de Charles X. Le mot "absolutisme" n'apparaît qu'à la fin du XVIIIe siècle et ce n'est pas dans cette perspective que le pouvoir s'est accru sous le règne de François Ier.

  • « François Ier. Le cinquième centenaire. Didier le Fur », Jean-Joel Brégeon, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 80, septembre-octobre 2015, p. 14


En réalité, François Ier ignorait le latin, sauf celui de ses prières. Il parlait italien mais lisait peu. Sa bibliothèque privée était composée de comédies et de poèmes qu'on lui lisait lors des repas. Sa collection de peintures était l'héritage de ses prédécesseurs, complété de cadeau diplomatiques. Comme tous les souverains de son temps, le roi se devait d'avoir une belle bibliothèque, une collection d’œuvres d'art et un cabinet de curiosités. Cela faisait partie de son rang de prince. Rien de plus.

  • « François Ier. Le cinquième centenaire. Didier le Fur », Jean-Joel Brégeon, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 80, septembre-octobre 2015, p. 14


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :