Frédéric Beigbeder

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Frédéric Beigbeder (2007).

Frédéric Beigbeder (né le 21 septembre 1965 à Neuilly-sur-Seine) est un écrivain et critique littéraire français.

Vacances dans le coma, 1994[modifier]

C'est un drôle de métier, disc-jockey. Entre le prêtre et la prostituée. Il faut tout donner à des gens qui ne vous rendront rien. Passer des disques pour que les autres puissent danser, rigoler, draguer la jolie fille en robe moulante.

99 francs, 2000[modifier]

Se divertir, c'est comme mourir. Sauf qu'on peut le faire tous les jours.


Pour sortir du divertissement, il faut affronter l'angoisse.


En Afrique, un Blanc qui adresse la parole à un Noir n'a plus la condescendance raciste des colonisateurs d'antan; désormais c'est bien plus violent. Désormais, il a le regard apitoyé du prêtre qui administre l'extrême-onction à un condamné à mort.


Aujourd'hui, je sais que rien ne changera, c'est impossible, il est trop tard. On ne peut pas lutter contre un adversaire omniprésent, virtuel et indolore. Contrairement à Pierre de Coubertain, je dirais qu'aujourd'hui l'essentiel, c'est de ne pas participer. Il faut foutre le camp comme Gauguin, Rimbaud ou Castaneda, voilà tout. Partir sur l'île déserte avec Angelica qui met de l'huile sur les seins de Juliana qui te pompe le dard. Cultiver son jardin de marijuana en espérant seulement qu'on sera mort avant la fin du monde. Les marques ont gagné la World War III contre les humains. La particularité de la Troisième Guerre mondiale, c'est que tout les pays l'ont perdue en même temps. Je vous annonce un scoop : David ne bat jamais Goliath. J'étais naïf. La candeur n'est pas une qualité requise dans cette corporation. Je me suis bien fait avoir. C'est, d'ailleurs, mon seul point commun avec vous.

  • 99 francs (2000), Frédéric Beigbeder, éd. Gallimard, coll. « folio », 2005  (ISBN 2-07-031573-8), p. 36


L'homme était entré dans la caverne de Platon. Le philosophe grec avait imaginé les hommes enchaînés dans une caverne, contemplant les ombres de la réalité sur les murs de leur cachot. La caverne de Platon existait désormais : simplement elle se nommait télévision. Sur notre écran cathodique, nous pouvions contempler une réalité « Canada Dry » : ça ressemblait à la réalité, mais ce n'était pas la réalité. On avait remplacé le Logos par des logos projetés sur les parois humides de notre grotte.
Il avait fallu deux mille ans pour en arriver là.

  • 99 francs (2000), Frédéric Beigbeder, éd. Gallimard, coll. « folio », 2005  (ISBN 2-07-031573-8), p. 64


La publicité est chargée de faire croire aux citoyens que la situation est normale quand elle ne l'est pas. Comme ces aboyeurs nocturnes du Moyen Âge, elle semble crier continuellement : « Dormez, braves gens, il est minuit, tout va bien, du pain du vin du Boursin, du beau, du bon, Dubonnet, vas-y, Wasa, Mini-Mir, mini-prix, mais il fait le maximum. » Dormez braves gens. « Tout le monde est malheureux dans le monde moderne », a prévenu Charles Péguy. C'est exact : les chômeurs sont malheureux de ne pas avoir de travail, et les travailleurs d'en avoir un. Dormez tranquilles, prenez votre Prozac. Et surtout ne posez pas de questions. Hier ist kein warum.

  • 99 francs (2000), Frédéric Beigbeder, éd. Gallimard, coll. « folio », 2005  (ISBN 2-07-031573-8), p. 87


Tu consultes chaque matin quatre messageries : le répondeur téléphonique de ton domicile, celui de ton bureau, la boîte vocale de ton téléphone portable, et les e-mails de ton iMac. Seule ta boite aux lettres reste désespérément vide. Tu ne reçois plus de lettres d'amour. tu ne recevras plus jamais de feuilles de papier couvertes d'une calligraphie timide et imprégnées de larmes et parfumées par amour et pliées avec émotion avec l'adresse soigneusement recopiée sur l'enveloppe, comportant une apostrophe au facteur : « Ne te perds pas en route, ô facteur, porte cette missive importante à son destinataire tant désiré… » Les gens se tuent parce qu'ils ne reçoivent plus que des publicités par la poste.

  • 99 francs (2000), Frédéric Beigbeder, éd. Gallimard, coll. « folio », 2005  (ISBN 2-07-031573-8), p. 88


Tous les gens qui critiquent la Société du Spectacle ont la télé chez eux. Tous les contempteurs de la Société de Consommation ont une Carte Visa. La situation est inextricable. Rien n'a changé depuis Pascal : l'homme continue de fuir son angoisse dans le divertissement. Simplement le divertissement est devenu si omniprésent qu'il a remplacé Dieu. Comment fuir le divertissement ? En affrontant l'angoisse.

  • 99 francs (2000), Frédéric Beigbeder, éd. Gallimard, coll. « folio », 2005  (ISBN 2-07-031573-8), p. 152


Windows on the World, 2003[modifier]

Je m'accuse de racisme antimoches.


Le seul intérêt de vivre en démocratie, c'est de pouvoir la critiquer.


Je ne peux m'empêcher de considérer tous les hommes qui restent plus de trois ans avec la même femme comme des lâches ou des menteurs.


Je vous aime mais j'emmerde la religion chrétienne.


Je m'accuse de ne rien faire pour changer ce qui ne va pas chez moi.


Je m'accuse de n'avoir rien en commun avec la ville de New York si ce n'est l'individualisme et la mégalomanie.


Je pensais: on n'est pas un homme tant tant qu'on ne saute pas une femme différente tous les jours.


Je m'accuse d'onanisme mental (et physique).


Je m'accuse de branlette intellectuelle (et physique).


Je me branlais tellement qu'à la fin, je bandais rien qu'en voyant la boîte de Kleenex.


Un roman français, 2009[modifier]

Je n'ai jamais écrit que les histoires d'un homme sans passé : les héros de mes livres sont les produits d'une époque d'immédiateté, paumés dans un présent déraciné — transparents habitants d'un monde où les émotions sont éphémères comme des papillons, où l'oubli protège de la douleur. Il est possible, j'en suis la preuve, de ne garder en mémoire que quelques bribes de son enfance, et encore la plupart sont fausses, ou façonnées à posteriori. Pareille amnésie est encouragée par notre société : même le futur antérieur est en voie de disparition grammaticale. Mon handicap sera bientôt banal ; mon cas va devenir une généralité.


La cocaïne est dans mes livres non pas pour faire branché ou trash, mais parce qu'elle condense notre époque. Elle est la métaphore d'un présent perpétuel sans passé ni futur. Croyez-moi, un produit pareil ne pouvait que dominer le monde actuel ; nous n'en sommes qu'au début de l'intoxication planétaire.

– J'espère que vous vous trompez…

– Moi aussi.


Guethary 1972 est devenu ma pierre de Rosette, ma Terre promise, mon Neverland, le code secret de mon enfance, mon Atlantide, comme une lueur venue du fond des âges, à la façon de certaines étoiles mortes depuis des millénaires qui continuent de scintiller, nous donnant des nouvelles des confins de l'univers, et de l'autre bout du temps.


Quand j'étais petit, on ne mettait jamais sa ceinture dans une automobile. Tout le monde fumait partout. On buvait au goulot en conduisant. On slalomait en Vespa sans casque. Je me souviens du pilote de Formule 1 Jacques Laffitte conduisant l'Aston Martin de mon père à 270km/h pour inaugurer la nouvelle autoroute entre Biarritz et San Sebastian. Les gens baisaient sans capote. On pouvait dévisager une femme, l'aborder, essayer de la séduire, peut-être de l'effleurer, sans risquer de passer pour un criminel. La grande différence entre mes parents et moi : dans leur jeunesse les libertés augmentaient; durant la mienne, elles n'ont fait que diminuer, année après année.


C'est l'histoire d'un garçon mélancolique parce qu'il a grandi dans un pays suicidé, élevé par des parents déprimés par l'échec de leur mariage.
C'est l'histoire de la mort de la grande bourgeoisie cultivée de province et de la disparition des valeurs de la vieille noblesse chevaleresque.
C'est l'histoire d'un pays qui a réussi à perdre deux guerres en faisant croire qu'il les avait gagnées, et ensuite à perdre son empire colonial en faisant comme si cela ne faisait rien à son importance.
C'est l'histoire d'une humanité nouvelle, ou comment des catholiques monarchistes sont devenus des capitalistes mondialisés.
Telle est la vie que j'ai vécue : un roman français.


Premier bilan après l'apocalypse, 2011[modifier]

American psycho est une fresque qui raconte comment l'Homme a délibérément choisi, à partir de la fin des années 80 (date de la mort des utopies), de s'enterrer sous une montagne de marchandises. Vingt ans après sa publication, American psycho continue de congeler toute la littérature du siècle suivant. American psycho n'a pas seulement prédit l'apocalypse : ce texte est l'apocalypse de notre temps. Or « Apocalypse » signifie « Révélation ». Après Psycho, que se passera-t-il ? Tout est fini, il ne reste plus qu'à reconstruire une littérature pour le siècle qui commence, ou bien il est trop tard, et nous sommes comme l'orchestre à bord du Titanic, jouant de la musique de chambre aux premières loges, en regardant la littérature disparaître sous les flots.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :