Dune

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le cycle de Dune
Dune
    Le Messie de Dune Arrright.svg
Books-aj.svg aj ashton 01.svg
Il existe une fiche de références pour cette œuvre :
Dune.

Dune est la première série de roman de Frank Herbert sur cette saga futuriste. Le livre se compose de deux tomes.

Ces deux tomes sont suivis par une série d'autres :

Des œuvres écrites par d'autres auteurs, dont Brian Herbert et Kevin J. Anderson, s'inscrivent également dans le cycle de Dune.

Citations du livre[modifier]

Tome 1[modifier]

Je ne connaîtrai pas la peur, car la peur tue l'esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l'oblitération totale. J'affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu'elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n'y aura plus rien. Rien que moi.
  • (en) I must not fear. Fear is the mind-killer. Fear is the little-death that brings total obliteration. I will face my fear. I will permit it to pass over me and through me. And when it has gone past I will turn the inner eye to see its path. Where the fear has gone there will be nothing. Only I will remain.
  • (en) Dune (1965), Frank Herbert, éd. Ace, 1990  (ISBN 0-441-17271-7), t. 1, chap. 1, p. 8


L'espérance ternit l'observation.


Tenter de comprendre Muad'Dib sans comprendre ses ennemis mortels, les Harkonnens, c'est tenter de voir la Vérité sans connaître le Mensonge. C'est tenter de voir la Lumière sans connaître les Ténèbres. Cela ne peut être.


Qui se soumet domine.


… celui qui gouverne doit apprendre à convaincre et non à obliger… Il doit construire l'âtre le plus chaud afin d'attirer auprès de lui les meilleurs hommes… pour bien gouverner, il faut apprendre le langage du monde qui est le vôtre et qui est différent sur chaque monde.


On ne peut comprendre un processus en l'interrompant. La compréhension doit rejoindre le cheminement du processus et cheminer avec lui.
  • La Première Loi du Mentat


Si les vœux étaient des poissons, nous lancerions tous des filets.


Mais les dangers n'acquièrent une valeur que lorsqu'on a appris à les affronter.
  • Le Duc Leto songeant aux dangers qui attendent Paul


Celui qui commande doit toujours paraître confiant. Cette foi est comme un fardeau sur mes épaules. Je suis devant le danger et je ne dois pas le montrer.
  • Pensée de Gurney Halleck après son entrevue avec le Duc Léto Atréides.


Toute la théorie du combat repose sur le risque calculé. Mais lorsqu'on en arrive à risquer sa propre famille. Les éléments du calcul sont noyés dans… autre chose.
  • Affirmation du Duc Leto Atréides devant son fils.


Leto le regarda. Et Kynes, répondant à ce regard, se sentit soudain profondément troublé par tout ce qu'il venait de voir : Le Duc s'inquiétait plus pour les hommes que pour l'épice. Pour sauver l'équipage de la chenille, il a risqué sa vie et celle de son fils. Il a oublié la perte de cette chenille avec un simple geste. Mais cette menace sur la vie des hommes l'a mis en rage. Un tel chef pourrait s'assurer des loyauté fanatiques. Il serait dur à abattre.
Et Kynes admit, contre sa volonté, contre ses jugements passés : J'aime ce Duc.

  • Lors d'une visite d'inspection d'une chenille d'extraction de l'Épice dans le désert profond.


La grandeur est une expérience passagère. Jamais elle n'est stable. Elle dépend en partie de l'imagination humaine qui crée les mythes. La personne qui connaît la grandeur doit percevoir le mythe qui l'entoure. Elle doit se montrer puissamment ironique. Ainsi, elle se garde de croire en sa propre prétention. En étant ironique, elle peut se mouvoir librement en elle-même. Sans cette qualité, même une grandeur occasionnelle peut détruire un homme.
  • Extrait de Les dits de Muad'Dib, par la Princesse Irulan.


Les humains vivent mieux lorsque chacun d'eux est à sa place lorsque chacun d'eux sait où il se situe dans le schéma des choses. Détruisez cette place, vous détruirez la personne
  • Confrontation entre Jessica et Thufir Hawat


La dent ! N'oubliez pas la dent ! La dent !
  • Le Docteur Yueh au Duc Leto


L'existence est comme un bourdonnement très doux quand tant d'abeilles travaillent pour vous.
  • Pensées du Baron Harkonnen


Tome 2[modifier]

En effet le Jihad Butlérien a créé une société féodale quelque peu bloquée
  • Ouverture du Tome 2


Regardez-moi cette loque, songea le Baron. Voilà ce dont je suis entouré : de lamentables résidus inutiles. Si je jetais du sable devant lui en lui disant que c'est du blé, il se baisserait pour le picorer.
  • Ce que pensait le Baron de Iakin Nefud, capitaine de la garde


La puissance et la peur… La puissance et la peur !
  • Pensées du Baron


Comme l'esprit se forme à l'environnement, songea-t-elle. Un axiome Bene Gesserit lui revint : « Sous l'effet d'une tension, l'esprit va dan l'une ou l'autre direction : positive ou négative, dedans ou dehors. Concevez-le comme un spectre dont les extrêmes seraient l'inconscient, négatif, et l'hyper-conscient, positif. La façon dont l'esprit réagit sous la tension est fortement influencées par l'entraînement reçu. »
  • Pensées de Jessica dans le désert profond, lors de sa fuite avec Paul.


Il sentit la bulle le soulever, l’emporter, éclater. Le tourbillon de sable le prit, l’enveloppa, l’entraîna dans des ténèbres fraîches. Un instant, l’obscurité, l’humidité lui furent agréables. Puis, en cette seconde où sa planète le tuait, Kynes se dit que son père se trompait, comme les autres savants. Les principes permanents de l'univers demeuraient encore l'erreur, l'accident.
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 103


Les débuts sont des moments délicats.


Le prix de la corruption a un danger. Il tend à augmenter, de plus en plus.
  • Sur le tribut en épice accordé par les Fremens à la Guilde


Stilgar s’inclina vers elle. « Sayyadina, dit-il. si le Shai-Hulud accepte alors vous pourrez passer Révérende Mère. »
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 138


Il recula pour le voir s’effondrer. Jamis tomba la face contre terre. Il émit un râle, essaya de tourner son visage vers Paul puis demeura immobile. Ses yeux étaient deux perles sombres.
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 159


« Quel nom donnez-vous à la petite souris, celle qui saute ? » demanda-t-il, se souvenant des petits bruits de pattes dans le Bassin de Tuono et mimant de la main. Des rires s’élevèrent parmi les Fremen. « Nous l’appelons muad'dib », dit Stilgar.
  • Arrivée de Paul parmi les Fremen
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 162


« Pourrais-je porter parmi vous le nom de Paul-Muad'dib ? » « tu es Paul-Muad'dib », fit Stilgar
  • Arrivée de Paul parmi les Fremen
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 163


Ne comptez point un humain au nombre des morts aussi longtemps que vous n'aurez pas vu son corps. Et même alors, ce pourrait encore être une erreur.
  • Maxime Bene Gesserit prononcée par Dame Fenring au Comte Fenring
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 224


Il entendit un bruissement d'étoffe, pensa qu'Harah était de retour avec son repas et se retourna. Il vit alors, derrière quelques tentures déplacées, deux jeunes garçons qui le regardaient avec des yeux avides. Ils avaient peut-être neuf ou dix ans et tous deux avaient une main posée sur la garde d'un petit krys, pareil à un kindjal. Il se souvint alors de ce qu'on disait à propos des Fremen, que les enfant se battaient avec la même ardeur que les adultes.


Un jouet ! Ne sois pas stupide. je sais comment le contrôler. Il a des émotions profondes, Feyd. C'est celui qui n'a pas d'émotion qu'il faut craindre… Non, ceux qui ont des émotions peuvent être soumis à nos désirs.
  • Le Baron Harkonnen parlant de Thufir Hawat à Feyd-Rautha


Je me suis assis en face de bien des maîtres de Grandes Maisons, se dit Thufir Hawat, mais jamais encore devant un porc aussi énorme et dangereux que celui-ci.
  • Ce que pense Thufir Hawat du Baron Vladimir Harkonnen


Il bavarde trop,se dit Hawat. Le Duc Leto, lui, pouvait me dire une chose d'un simple geste de la main, d'un haussement de sourcil. Et le vieux Duc exprimait toute une sentence en accentuant un seul mot. Quel rustre ! En le détruisant, je rendrai service à l'humanité.
  • Ce que pense Thufir Hawat du Baron Vladimir Harkonnen


Lorsque la religion et la politique voyagent dans le même chariot, les voyageurs pensent que rien ne peut les arrêter. ils vont de plus en plus vite. Ils oublient alors qu'un précipice se révèle toujours trop tard.
  • Proverbe Bene Gesserit


Donnes aussi peut d'ordre que possible, lui avait dit son père, autrefois. Dès que tu auras donné des ordres sur un sujet, tu devras sans cesse donner des ordres sur ce point.
  • Conseil donné autrefois par le Duc Leto à Paul Atréides.


« Contrôlons la monnaie et les alliances. Que la racaille s'amuse du reste. » Ainsi dit l'Empereur Padishah. Et il ajoute : « Si vous voulez des profits, il faut régner. » Il y a une certaine vérité dans ces paroles, mais pour ma part, je me demande : « Où est la racaille et où sont les gouvernés ? »
  • Message secret de Muad'Dib au Landsraad, extrait de L’Éveil d'Arrakis, par la Princesse Irulan.


Quand la loi et le devoir ne font qu'un sous la religion, nul n'est vraiment conscient. Alors, on est toujours un peu moins qu'un individu.
  • Extrait de Muad’Dib Les Quatre-vingt-dix-neuf Merveilles de l'univers, par la Princesse Irulan


À l'avenir, lorsque nous aurons affaire à des Sardaukar, souviens-toi de cela. Souviens-toi, aussi, que chacun d'eux possède un ou deux faux orteils qui, avec certains dispositifs placés dans leurs corps, peuvent constituer un émetteur. Ils ont également plus d'une dent fausse. Dans leurs cheveux sont dissimulées des spires de shigavrille, si fines qu'il est difficile de les déceler mais assez solides pour permettre d'étrangler un homme et même de lui couper la tête. Avec les Sardaukar, il faut sonder, examiner centimètre par centimètre et couper le moindre poil. Même après cela, tu peux être certain de n'avoir pas tout découvert.
  • Conseil de Paul à Korba en ce qui concerne les Sardaukar.


Ce sont ceux qui peuvent détruire une chose qui la contrôlent vraiment.
  • Paroles de Paul à Gurney concernant le contrôle de l'Épice.


Combien de fois l'homme en colère nie-t-il avec rage ce que lui souffle son moi intérieur ?
  • Extrait de Les Dits de Muad’Dib, par la princesse Irulan


Les prophètes ont l'habitude de périr par la violence.
  • Axime Bene Gesserit


La tristesse est le prix de la victoire.
  • Jessica à Chani quand Paul prit l'Eau de la Vie


« Ces choses qui sont en nous sont si anciennes, dit Paul, qu'elles sont réparties dans chaque cellule de notre corps. Ce sont elles qui nous façonnent. Il est toujours possible de se dire : Oui, je vois ce que peut être cette chose. Mais lorsque l'on regarde en soi-même et que l'on se trouve confronté à la force brute de sa propre vie, on comprend le péril. On comprend ce que cela peut vous submerger. Pour le Donneur, le plus grand péril est la force qui prend. Pour le Preneur, c'est la force qui donne. il est aussi facile d'être emporté par l'une que par l'autre. »
« Et toi, mon fils, dit Jessica, es-tu celui qui donne ou celui qui prend ? »
« Je suis le pivot. je ne peux donner sans prendre et je ne peut prendre sans… »


Il est mort, bien-aimé, dit Chani. notre fils est mort.
  • Mort de Leto II, premier fils de Chani et de Paul Atréides
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 477


Thufir est avec eux, Mon seigneur. je n’ai pu le voir seul mais il m’a expliqué avec nos anciens signes de code qu’il avait travaillé pour les Harkonnens et qu’il vous avait cru mort. Il dit qu’il doit rester avec eux.
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 479


Ne sais-tu pas que la loyauté des Atréides s'achète avec l'amour tandis que la monnaie d'échange des Harkonnens est la haine ?
  • Lors des retrouvailles entre Paul et Gurney Halleck


Paul trébucha comme le vieil homme s’effondrait entre ses bras. Il reconnut la flacidité de la mort. Lentement, il étendit Hawat sur le sol, puis se redressa et, d'un geste, ordonna à ses gardes d'emporter le corps.
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 484


Être en mesure de détruire une chose revient à la contrôler de façon absolue.
  • Paul aux deux navigateurs de la Guilde


Où est votre gom jabbar ? Essayer de plonger votre regard en ce lieu qu vous ne pouvez regarder ! vous m'y verrez.
  • Paul à la Révérende Mère Gaïus Helen Mohiam.


Je me souviens de votre gom jabbar, dit Paul. N’oubliez pas le mien. D’un mot je peux vous tuer.
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 490


Chani s’approcha : « Veux-tu que je me retire, Muad'dib ? » Il la regarda. « Te retirer ? jamais tu ne quitteras mon côté. »
  • Paul à Chani
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 491


Ne parle jamais que le langage de la vérité avec moi, ma Sihaya
  • Paul à Chani
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 491


Allons-nous combattre enfin, cousin ?
  • Paul à Feyd-Rautha


Durant les premiers instants, étudie. Bien sûr, tu perds ainsi la possibilité d'une victoire rapide, mais l'étude de l'adversaire est une assurance de succès. Prends ton temps
  • Paul sa rappelant les conseils de Duncun Idaho


Piège sur piège, se dit Paul. Il utilisa le contrôle Bene Gesserit pour relâcher ses muscles afin de provoquer un réflexe de Feyd-Rautha mais essayant d’échapper à la menaçante pointe, il trébucha, tomba sur le sol et Feyd-Rautha s’abattit sur lui.
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 505


Fenring était un Kwisatz Haderach possible qu’une faille du schéma génétique avait rejeté, un eunuque dont les talents étaient furtifs, secrets, cachés. Il éprouva alors une compassion profonde pour le Comte, un sentiment de fraternité que jamais encore il n’avait connu.
  • (fr) Dune (1965), Frank Herbert (trad. Michel Demuth), éd. Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 1980  (ISBN 2-266-11403-4), t. 2, p. 507


Dieu a créé Arrakis pour former les fidèles. On ne peut aller contre la parole de Dieu.
  • Maxime Fremen


Autres œuvres[modifier]

La Guerre des machines (2003)[modifier]

Eklo - Vous devez faire appel aux émotions des masses.
[...]
Iblis - L'amour, la haine, la peur ? C'est ce que vous entendez par là ?
Eklo - Tels sont les composants, oui.
Iblis - Les composants ?
Eklo - De la religion. Les machines sont très puissantes et il faudra plus qu'une simple insurrection politique ou sociale pour les vaincre. La population doit se fondre en une idée forte et unique bien plus profonde, qui a ses racines dans l'essence même de son existence, dans ce que signifie être un humain. Vous devrez être plus qu'un servant : un leader visionnaire. Les esclaves doivent se soulever en une vraie guerre sainte contre les machines, un jihad que rien n'arrêtera jusqu'à ce que les maîtres actuels aient été renversés.
Iblis - Une guerre sainte ? Un jihad ? Mais comment puis-je déclencher ça ?
Eklo - Je ne fais que vous dire ce que je sens, Iblis Ginjo, ce que j'ai pensé et vu. C'est à vous de trouver le reste des réponses. Néanmoins, sachez bien ceci : de toutes les guerres que les humaines ont connues dans leur Histoire, le jihad est la plus passionnée. Elle conquiert les mondes et les civilisations en balayant tout sur son passage.
  • (fr) Dune, la genèse, 1 - La Guerre des machines (2002), Brian Herbert et Kevin J. Anderson (trad. Michel Demuth), éd. Éditions Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 2003  (ISBN 2-266-11403-4), p. 492


L'Armada se retira du système solaire où n'existait plus aucun humain, ni aucune machine. Laissant derrière elle des continents vitrifiés, des villes fondues, des océans stériles, des calottes polaires scarifiées.
  • (fr) Dune, la genèse, 1 - La Guerre des machines (2002), Brian Herbert et Kevin J. Anderson (trad. Michel Demuth), éd. Éditions Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 2003  (ISBN 2-266-11403-4), p. 802


Le Jihad Butlérien (2004)[modifier]

La douleur est toujours plus intense que le plaisir... et s'impose plus à nos souvenirs.
Dicton de la Vieille Terre
  • (fr) Dune, la genèse, 2 - Le Jihad Butlérien (2003), Brian Herbert et Kevin J. Anderson (trad. Michel Demuth), éd. Éditions Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 2004  (ISBN 978-2-266-18378-9), p. 473


Le combat est une question de précision et de timing, l'application parfaite des sens et des connaissances issus de l'expérience.
  • (fr) Dune, la genèse, 2 - Le Jihad Butlérien (2003), Brian Herbert et Kevin J. Anderson (trad. Michel Demuth), éd. Éditions Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 2004  (ISBN 978-2-266-18378-9), p. 572


C'est ce qu'on laisse flotter qui a tendance à vous étrangler.
Général Agamemnon, Nouveaux Mémoires
  • (fr) Dune, la genèse, 2 - Le Jihad Butlérien (2003), Brian Herbert et Kevin J. Anderson (trad. Michel Demuth), éd. Éditions Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 2004  (ISBN 978-2-266-18378-9), p. 575


Ishmaël – À partir de ce jour nous nous appellerons les Fremen, les Hommes Libres d'Arrakis !
  • (fr) Dune, la genèse, 2 - Le Jihad Butlérien (2003), Brian Herbert et Kevin J. Anderson (trad. Michel Demuth), éd. Éditions Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 2004  (ISBN 978-2-266-18378-9), p. 859


La Bataille de Corrin (2005)[modifier]

La science consiste à créer des dilemmes pour résoudre des mystères.
Docteur Mohanda Suk,
Discours devant une classe de diplômés
  • (fr) Dune, la genèse, 3 - La Bataille de Corrin (2004), Brian Herbert et Kevin J. Anderson (trad. Michel Demuth), éd. Éditions Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 2005  (ISBN 978-2-266-19215-6), p. 160


Pour compenser ce rejet, Norma s'était réfugiée dans d'autres domaines, comme les mathématiques ésotériques qui étaient un domaine entre la physique et la philosophie.
  • (fr) Dune, la genèse, 3 - La Bataille de Corrin (2004), Brian Herbert et Kevin J. Anderson (trad. Michel Demuth), éd. Éditions Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 2005  (ISBN 978-2-266-19215-6), p. 295


Vorian Atréides - Les plus grands ennemis de l'humanité sont désormais la bureaucratie et l'autosatisfaction.
  • (fr) Dune, la genèse, 3 - La Bataille de Corrin (2004), Brian Herbert et Kevin J. Anderson (trad. Michel Demuth), éd. Éditions Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 2005  (ISBN 978-2-266-19215-6), p. 360


Les souvenirs sont nos armes les plus puissantes, et nos faux souvenirs les plus tranchantes.
Agamemnon
Nouveaux Mémoires
  • (fr) Dune, la genèse, 3 - La Bataille de Corrin (2004), Brian Herbert et Kevin J. Anderson (trad. Michel Demuth), éd. Éditions Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 2005  (ISBN 978-2-266-19215-6), p. 432


Ses pensées remontèrent le temps, elle se souvint d'oasis de bonheur dans le désert de la tourmente. Sa vie avait été consacrée au travail, à la recherche incessante, en échange de quelques rares surprises heureuses que Dieu distribuait parfois. Mais elle avait réussi à créer la différence, ce qui était une récompense suffisante pour quiconque.
  • (fr) Dune, la genèse, 3 - La Bataille de Corrin (2004), Brian Herbert et Kevin J. Anderson (trad. Michel Demuth), éd. Éditions Robert Laffont, coll. « Pocket science-fiction », 2005  (ISBN 978-2-266-19215-6), p. 531


Article connexe[modifier]

Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :