Dmitry Orlov

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dmitry Orlov (1962-) est un ingénieur et écrivain russo-américain. Ses écrits ont pour sujet le déclin et l'effondrement économique, écologique et politique.

Citations[modifier]

Elisabeth Kübler-Ross a défini les cinq stades de la résignation au chagrin et à la tragédie comme étant le déni, la colère, le marchandage, la dépression et l'acceptation, et elle les a appliqués avec succès à des formes variées de pertes personnelles graves : mort d'un proche, fin de carrière soudaine et ainsi de suite. Plusieurs penseurs, notamment James Howard Kunstler et John Michael Greer, ont souligné que le modèle de Kübler-Ross reflète aussi, de façon effroyablement précise, le processus par lequel la société , dans son ensemble (ou du moins ses parties informées et pensantes), se réconcilie avec l'inévitabilité d'un avenir discontinu, avec des institutions et des systèmes vitaux minés par une combinaison d'épuisement des ressources, de changement climatique catastrophique et d'impuissance politique.
  • (fr) Les cinq stades de l'effondrement : guide du survivant (2013), Dmitry Orlov (trad. Tancrède Bastié), éd. Le retour aux sources, 2016  (ISBN 978-2-35512-067-1), p. 26


Dans un effort d'introduction d'une taxonomie des effondrements utile, j'ai défini mes cinq stades de l'effondrement pour servir de repères mentaux lorsque nous jaugeons notre propre préparation au désastre envisagé et les améliorations que nous sommes susceptibles d'y apporter. [...]
Stade 1 : L'effondrement financier. La croyance que « les affaires continuent » est anéantie. [...]
Stade 2 : L'effondrement commercial. La croyance que « le marché pourvoira » est anéantie. [...]
Stade 3 : L'effondrement politique. La croyance que « le gouvernement prendra soin de vous » est anéantie. [...]
Stade 4 : L'effondrement social. La croyance que « les vôtres prendront soin de vous » est anéantie. [...]
Stade 5 : L'effondrement culturel. La foi dans la bonté de l'humanité est anéantie. [...]
En Russie, après l'effondrement soviétique, le processus s'est arrêté au stade 3 : il y a eu des difficultés considérables avec les mafias ethniques et même un peu avec les seigneurs de guerre, mais l'autorité gouvernementale l'a finalement emporté. Alors que tenter d'arrêter l'effondrement au stade 1 ou au stade 2 serait a priori un gaspillage d'énergie, cela vaudrait la peine que nous freinions des quatre fers au stade 3, sans aucun doute au stade 4, et il s'agirait tout simplement d'une question de survie physique d'éviter le stade 5.
  • (fr) Les cinq stades de l'effondrement : guide du survivant (2013), Dmitry Orlov (trad. Tancrède Bastié), éd. Le retour aux sources, 2016  (ISBN 978-2-35512-067-1), p. 27-30


[Toutes ces contraintes physiques (ces limites planétaires)] se combinent pour rendre une projection optimiste de la croissance économique globale intenable. À son tour, une période de stagnation économique prolongée, peut-être terminale, est fatale à un système financier qui nécessite constamment plus de dette et plus de croissance.
  • (fr) Les cinq stades de l'effondrement : guide du survivant (2013), Dmitry Orlov (trad. Tancrède Bastié), éd. Le retour aux sources, 2016  (ISBN 978-2-35512-067-1), p. 32


L'idée que la richesse s'accroît avec le temps est contraire aux lois de la physique. [...] Il peut exister des exceptions, mais, d'après les lois de la thermodynamique, celles-ci sont locales et temporaires.
  • (fr) Les cinq stades de l'effondrement : guide du survivant (2013), Dmitry Orlov (trad. Tancrède Bastié), éd. Le retour aux sources, 2016  (ISBN 978-2-35512-067-1), p. 35


Un taux d'intérêt positif nécessite une croissance exponentielle, et la croissance exponentielle, de n'importe quelle chose, n'importe où, ne peut entraîner qu'un résultat : l'effondrement. [...] Pour revenir à la cause profonde de l'effondrement financier : l'usure (le prêt avec intérêt) n'est viable que dans une économie en expansion ; une fois que la croissance économique cesse, le fardeau de la dette usuraire provoque son implosion.
  • (fr) Les cinq stades de l'effondrement : guide du survivant (2013), Dmitry Orlov (trad. Tancrède Bastié), éd. Le retour aux sources, 2016  (ISBN 978-2-35512-067-1), p. 38-42


Les institutions financières transnationales et les multinationales ont supplanté les gouvernements nationaux comme centres ultimes du pouvoir.
  • (fr) Les cinq stades de l'effondrement : guide du survivant (2013), Dmitry Orlov (trad. Tancrède Bastié), éd. Le retour aux sources, 2016  (ISBN 978-2-35512-067-1), p. 88


On peut dire que le despotisme financier est un sous-produit naturel des marchés financiers sans entraves, autorisés à fonctionner sans intervention politique. La principale conséquence d'avoir des monnaies relativement stables et presque universellement reconnues telles que le dollar américain ou l'euro est qu'elles amplifient les disparités, permettant à la richesse d'être efficacement drainée de la périphérie vers le centre, appauvrissant continuellement la première et enrichissant le second, jusqu'à ce que la périphérie s'effondre finalement. Une longue série de crises de la dette en Amérique latine et en Afrique attestent de ce fait.
  • (fr) Les cinq stades de l'effondrement : guide du survivant (2013), Dmitry Orlov (trad. Tancrède Bastié), éd. Le retour aux sources, 2016  (ISBN 978-2-35512-067-1), p. 90-91


Nous sommes acculés dans une impasse où, à moins que l'extorsion financière globale continue, le commerce va s'arrêter complètement. Mais la vie sans la finance globale, ou simplement nationale, est possible. De bien des façons, elle est même souhaitable. C'est déjà arrivé, et cela arrivera à nouveau. [...] La partie délicate est de survivre à la transition, quand l'effondrement de la finance causera celui du commerce, qui entraînera alors celui des politiques nationales.
  • (fr) Les cinq stades de l'effondrement : guide du survivant (2013), Dmitry Orlov (trad. Tancrède Bastié), éd. Le retour aux sources, 2016  (ISBN 978-2-35512-067-1), p. 108


Mais la majeure partie de ce que l'on nous a dit et de ce qu'on est en train de nous dire sur l'économie a quelque chose à voir avec un cas spécial et spécifique : l'économie de la croissance – qui est maintenant pratiquement terminée. [...] Personne, parmi les économistes professionnels, ne semble vouloir examiner comment l'économie s'effondre une fois que la croissance s'arrête – ce qui est pourtant à peu près le seul sujet pertinent qui leur reste à méditer.
  • (fr) Les cinq stades de l'effondrement : guide du survivant (2013), Dmitry Orlov (trad. Tancrède Bastié), éd. Le retour aux sources, 2016  (ISBN 978-2-35512-067-1), p. 176


Le gouvernement des États-Unis ainsi que tous les autres gouvernements qui lui sont liés financièrement et politiquement n'ont plus qu'un choix à effectuer : il leur est strictement impossible d'éviter de sombrer dans un bourbier de dette souveraine irremboursable, mais ils peuvent encore décider de le faire rapidement ou lentement.
  • (fr) Les cinq stades de l'effondrement : guide du survivant (2013), Dmitry Orlov (trad. Tancrède Bastié), éd. Le retour aux sources, 2016  (ISBN 978-2-35512-067-1), p. 281


Il y a une tendance répandue à être obnubilé par le développement – culturel, scientifique, économique, social – et à ignorer cette réalité déplaisante : que tout ce développement engendre, pour l'environnement naturel, un fardeau qui a déjà largement dépassé les limites du durable. Mais on relève un certain manque de volonté pour discuter du point jusqu'où nous pourrions réduire le développement afin d'assurer de meilleures chances de survie à nos progénitures.
  • (fr) Les cinq stades de l'effondrement : guide du survivant (2013), Dmitry Orlov (trad. Tancrède Bastié), éd. Le retour aux sources, 2016  (ISBN 978-2-35512-067-1), p. 380


Voir aussi[modifier]