Discussion:Féminisme

Le contenu de la page n’est pas pris en charge dans d’autres langues.
Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.

Élagage en règle de la page Féminisme le 18/04/2015[modifier]

Foudebassans (discussion) 18 avril 2015 à 16:46 (CEST) [cette version]Répondre[répondre]

  • Un Homme sur deux est une femme : une moitié de la population aurait tendance à être oubliée, le masculin serait considéré comme l'universel.
  • Notre corps nous appartient : ré-appropriation de son corps et notamment de sa fertilité à travers les différents moyens de contraception et le droit à l'IVG. Selon Paola Tabet dans La grande arnaque, échange économico-sexuel et sexualité des femmes, cette ré-appropriation est le chemin inverse nécessaire de l'appropriation patriarcale des femmes par les hommes, appropriation qui passait aussi par une exploitation de la sexualité et de la reproduction.
    • Un enfant si je veux, quand je veux ! : même but
  • La femme est au-dessus du niveau de la mère : le choix ou non d'être mère ne déterminerait pas le statut de la femme
  • Je ne suis pas un canapé, je ne suis pas convertible
  • N’attends pas le prince charmant, apprends à lire et deviens qui tu es : importance de l'éducation et de l'indépendance des femmes.
  • Une femme sans homme, c'est comme un poisson sans bicyclette: remise en cause des théories essentialistes sur la complémentarité des sexes
  • Ne me libère pas, je m'en charge ! : importance de l'indépendance des femmes et dénonciation des intérêts antagonistes de classe qui motivent le paternalisme des militants hommes (cf. Christine Delphy Nos amis et nous).
  • Travailleurs de tous les pays, qui lave vos chaussettes ? : les femmes continueraient à exercer la plus grande partie des tâches ménagères au sein du foyer, bien que leur taux d'activité ait augmenté significativement depuis ces dernières décennies : la « double journée de travail » ne date pas des années 60 comme on le pense mais est l'économie même du patriarcat puisque les femmes ont toujours travaillé comme main-d'œuvre et servent dans les propriétés des hommes (dans l'artisanat, l'agriculture, les professions libérales et indépendantes) et en plus travaillaient comme domestique au foyer.[réf. nécessaire]
  • Le privé est politique[1] : ce que l'on pense relever du domaine privé serait en réalité influencé par notre culture et notre système politique (au sens large) : sexualité, travail domestique… tout serait organisé par la hiérarchie politique entre les sexes.
  • Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme ![2] : référence à l'histoire, qui est avant tout une histoire confisquée par les hommes faite par et pour la reproduction du patriarcat, c'est-à-dire la négation de la productivité sociale et économique des femmes et la promotion de la productivité masculine (confiscation de l'ouvrage du monde et des civilisations par les hommes).[réf. nécessaire]
  • Je suis une femme, pourquoi pas vous ? : souligne l'impossibilité d'identification propre au mode de pensée sexiste, qui amène encore aujourd'hui les gens à ne pas voir un génocide dans la « disparition » des femmes asiatiques mais un déséquilibre du sex ratio, et à ne pas voir un acte d'humiliation et d'agression pure dans un viol mais de la sexualité forcée.[réf. nécessaire]
  1. Carol Hanisch (en), « The Personal Is Political », in Notes from the Second Year: Women’s Liberation in 1970, repris par Kate Millett dans Sexual Politics (en), 1970.
    Une formulation traduite littéralement de l'anglais, « le personnel est politique », ne souligne pas la division entre le privé et le public.
  2. Images de la manifestation du 26 août 1970, à Paris, sur le site de l'INA. Des militantes du MLF déposèrent une gerbe sur la tombe du soldat inconnu, destinée à sa femme. Le slogan "Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme !" faisait partie des banderoles du cortège.