Coran

Citations « Coran » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Exemplaire du Coran, manuscrit, Andalousie

Le Coran est le livre sacré de l'islam regroupant les paroles de Dieu qui auraient été révélées à Mahomet par l'archange Gabriel.

Citations extraites du Coran[modifier]

Sourate I Al-fâthiha[modifier]

De par le nom de Dieu, tout-miséricordieux, tout-compatissant.

  1. Louance à Dieu, maître des mondes.
  2. Tout-miséricordieux et tout-compatissant,
  3. souverain du jour du jugement dernier !
  4. C'est lui que nous adorons ! C'est de toi que nous implorons le secours !
  5. Dirige-nous dans la voie droite,
  6. la voie de ceux que tu as favorisés de tes bienfaits,
  7. non de ceux qui ont mérité ton courroux, ni des égarés.
  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 1, versets 1 à 7, p. 2


Sourate II La vache[modifier]

Il vous est prescrit de jeûner un nombre déterminé de jours. Celui qui d'entre vous est malade ou en voyage peut s'en dispenser, quitte à jeûner plus tard un nombre de jours égal. Ceux qui peuvent observer le jeûne et le rompent doivent se racheter, moyennant la nourriture d'un pauvre pour un jour. Quiconque se montrera très large, en retirera un plus grand avantage. Mais en tout état de cause, il est préférable pour vous de jeûner.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 2, verset 184, p. 62


La subversion est pire que le meurtre.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 2, verset 190, p. 66


Il vous est prescrit de combattre et cette prescription vous l'avez en aversion.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 2, verset 216, p. 74


Les femmes divorcées sont tenues d'observer un délai d'attente correspondant à trois périodes menstruelles.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 2, verset 228, p. 80


On ne peut divorcer que deux fois.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 2, verset 229, p. 80


Si l'époux répudie une troisième fois sa femme, celle-ci n'est plus licite pour lui, avant qu'elle ne soit remariée avec un autre époux. Si celui-ci la répudie, il n'y a aucun inconvénient à ce qu'elle reprenne avec son premier époux la vie commune.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 2, verset 230, p. 80


Si votre débiteur est dans la gêne, accordez-lui un délai, jusqu'à ce qu'il puisse se libérer. Il serait toutefois préférable pour vous, de lui en faire remise, si vous connaissiez mieux votre intérêt.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 2, verset 280, p. 103


Ils ressemblent à quelqu'un qui a allumé un feu ; puis quand le feu a illuminé tout à l'entour, Allah a fait disparaître leur lumière et les a abandonnés dans les ténèbres où ils ne voient plus rien.


Le Diable vous fait craindre l'indigence et vous commande des actions honteuses ; tandis qu'Allah vous promet pardon et faveur venant de Lui. […]


Sourate III La famille d'Amram[modifier]

Que les croyants ne prennent pas d'alliés parmi les infidèles.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 3, verset 28, p. 114


N'y voyez que Satan ! Il effraie ses adeptes. Ne le redoutez pas, mais redoutez-moi, si vous êtes vraiment croyants.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 3, verset 175, p. 152


Sourate IV Les femmes[modifier]

Épousez deux, trois ou quatre femmes parmi celles que vous trouverez agréables. Si vous craignez de ne pas être équitables [envers elles], n'épousez qu'une femme [libre] ou encore une esclave en votre possession.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 4, verset 3, p. 157


Requérez le témoignage de quatre d'entre vous contre les femmes soupçonnées de fornication. S'ils témoignent contre elles, enfermez-les dans vos demeures jusqu'à ce que mort s'en suive.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 4, verset 15, p. 165


Dieu marque sa préférence pour les combattants par rapport aux non-combattants, par une immense rétribution.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 4, verset 95, p. 165


[…] quiconque Allah égare, jamais tu ne trouveras de chemin pour lui.


Sourate V La table[modifier]

Il vous est interdit de manger la chair d'une bête morte, le sang, la viande de porc, la viande d'un animal sur lequel on aura invoqué en l'égorgeant le nom d'une divinité autre que Dieu, de toute bête morte par étouffement, sous les coups, des suites d'une chute ou d'un coup de corne, mis en pièce par des fauves, immolée sur les pierres dressées.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 5, verset 3, p. 213


Au voleur et à la voleuse, coupez les mains en punition de ce qu'ils auront perpétré et à titre de sanction de Dieu.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 5, verset 38, p. 228


Sourate VII Al-aʿrâf[modifier]

Nous avons destiné beaucoup de djinns et d'hommes pour l'Enfer. Ils ont des cœurs mais ne comprennent pas. Ils ont des yeux mais ne voient pas. Ils ont des oreilles mais n'entendent pas. Ceux-là sont comme les bestiaux, même plus égarés encore. Tels sont les insouciants.


Sourate VIII Les prises de guerre[modifier]

Quelque butin que vous puissiez faire, sachez que le cinquième en revient à Dieu, au Prophète, aux proches de celui-ci, aux orphelins, aux pauvres, au voyageur.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 8, verset 41, p. 357


Sourate IX Le repentir (Tawba)[modifier]

Que les polythéistes se déplacent en toute sécurité dans le pays pendant un délai de quatre mois.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 9, verset 2, p. 369


A l'expiration des mois sacrés, tuez les associateurs partout où vous les trouverez. Emparez-vous de leur personne, assiégez-les, dressez contre eux des embuscades.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 1, chap. 9, verset 5, p. 369


Il n'appartient pas au Prophète et aux croyants d'implorer le pardon en faveur des associateurs, fussent-ils des parents alors qu'il leur est apparu clairement que ce sont les gens de l'Enfer.


Sourate X Jonas[modifier]

Si ton Seigneur l'avait voulu, tous ceux qui sont sur la terre auraient cru. Est-ce à toi de contraindre les gens à devenir croyants ?


[…] quiconque est dans le bon chemin ne l'est que pour lui-même; et quiconque s'égare, ne s'égare qu'à son propre détriment. […]


Sourate XIII Le tonnerre[modifier]

Il a fait descendre une eau du ciel à laquelle des vallées servent de lit, selon leur grandeur. Le flot débordé a charrié une écume flottante; et semblable à celle-ci est [l']écume provenant de ce qu'on porte à fusion, dans le feu pour [fabriquer] des bijoux et des ustensiles. Ainsi Allah représente en paraboles le Vrai et le Faux : l'écume [du torrent et du métal fondu] s'en va, au rebut, tandis que [l'eau et les objets] utiles aux Hommes demeurent sur la terre. Ainsi Allah propose des paraboles.


Sourate XXIV La lumière[modifier]

La fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l'exécution de la loi d'Allah — si vous croyez en Allah et au Jour dernier. Et qu'un groupe de croyants assiste à leur punition.


Sourate XXXIII Les coalisés[modifier]

Il ne t'est point permis d'épouser d'autres femmes, ni de changer d'épouses, même si leur beauté te ravit, excepté tes esclaves.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 2, chap. 33, verset 52, p. 858


Dis à tes épouses, à tes filles, aux femmes des croyants de ramener leurs voiles sur elles. Ce sera pour elles le moyen le plus commode de se faire connaître et de ne pas être offensées dans la rue.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 2, chap. 33, verset 59, p. 859


Nous avions proposé aux cieux, à la terre et aux montagnes la responsabilité (de porter les charges de faire le bien et d'éviter le mal). Ils ont refusé de la porter et en ont eu peur, alors que l'homme s'en est chargé ; car il est très injuste [envers lui-même] et très ignorant.


Sourate XLV L'agenouillée[modifier]

Allah, c'est lui qui vous a assujetti la mer, afin que les vaisseaux y voguent, par Son ordre, et que vous alliez en quête de Sa grâce afin que vous soyez reconnaissants.


Sourate XLVII Muhammad[modifier]

Ne conviez point l'ennemi à la paix, alors que vous avez la supériorité.

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 2, chap. 47, verset 35, p. 1014


Lorsque vous rencontrez (au combat) ceux qui ont mécru frappez-en les coups. Puis, quand vous les avez dominés, enchainez-les solidement. Ensuite, c'est soit la libération gratuite, soit la rançon, jusqu'à ce que la guerre dépose ses fardeaux. Il en est ainsi, car si Allah voulait, Il se vengerait Lui-même contre eux, mais c'est pour vous éprouver les uns par les autres. […]


[…] Allah est le Suffisant à Soi-même alors que vous êtes les besogneux. […]


Sourate XLVIII Les appartements[modifier]

Muhammad est le messager d'Allah. Et ceux qui sont avec lui sont durs envers les mécréants, miséricordieux entre eux. Tu les vois inclinés, prosternés, recherchant d'Allah grâce et agrément. Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation. […]


Sourate LIII L'étoile[modifier]

Laisse donc de côté quiconque s'écarte de notre remémoration et ne s'attache qu'à la vie d'ici-bas !

  • (fr) « Le Coran », dans Le Coran : traduction nouvelle et commentaires, Cheick Si Boubakeur Hamza, éd. Fayard-De Noël, 1972, vol. 2, chap. 53, verset 29, p. 1051


Sourate LVII Le fer[modifier]

Sachez que la vie présente n'est que jeu, amusement, vaine parure, une course à l'orgueil entre vous et une rivalité dans l'acquisition des richesses et des enfants. Elle est en cela pareille à une pluie : la végétation qui en vient émerveille les cultivateurs, puis elle se fane et tu la vois donc jaunie ; ensuite elle devient des débris. […]


Sourate LXV Le divorce[modifier]

Si vous avez des doutes à propos (de la période d'attente) de vos femmes qui n'espèrent plus avoir de règles, leur délai est de trois mois. De même pour celles qui n'ont pas encore de règles. […]


Sourate XCI Le soleil[modifier]

Par le soleil et par sa clarté ! Et par la lune quand elle le suit ! Et par le jour quand il l'éclaire ! Et par la nuit quand elle l'enveloppe ! Et par le ciel et Celui qui l'a construit ! Et par la terre et Celui qui l'a étendue ! Et par l'âme et Celui qui l'a harmonieusement façonnée ; et lui a lors inspiré son immoralité, de même que sa piété ! A réussi, certes, celui qui la purifie. Et est perdu, certes, celui qui la corrompt.


Citations sur le Coran[modifier]

À Dieu appartiennent le levant et le couchant ; de quelque côté que vous vous tourniez, vous rencontrerez sa face. Dieu est immense et il sait tout

  • (fr) « Le Coran », dans Les livres sacrés de toutes les religions sauf la Bible, Guillaume Pauthier et Pierre-Gustave Brunet, éd. J.-P. Migne, 1865-1866, vol. 1, chap. 2, verset 109, p. 545


J'espère que le moment ne tardera pas où je pourrai réunir tous les hommes sages et instruits du pays, et établir un régime uniforme, fondé sur les principes de l'Al-coran, qui sont les seuls vrais et qui peuvent seuls faire le bonheur des hommes.

  • Lettre au Cheikh El-Messiri (11 fructidor an VI), Correspondance de Napoléon Ier, Napoléon Bonaparte, éd. H. Plon, 1861, t. 4, partie Pièce N° 3148, p. 420


Son influence politique et civilisatrice fut véritablement immense. Avant Mahomet, l'Arabie se composait de provinces indépendantes et de tribus toujours en guerre; un siècle après son apparition, l'empire des Arabes s'étendait de l'Inde à l'Espagne, et dans toutes les villes ou flottait la bannière du prophète, la civilisation brillait d'un étonnant éclat. C'est qu'en effet l'islamisme est une religion les plus compatibles avec les découvertes de la science, et une des plus aptes en même temps à adoucir les moeurs et à faire pratiquer la charité, la justice et la tolérance. [...] Loin d'avoir été imposé par la force, le Coran ne s'est répandu que par la persuation. Il est évident d'ailleurs que la persuation seule pouvait amener les peuples qui ont vaincu plus tards les Arabes, comme les Turcs et les Mongols, à l'adopter.

  • La Civilisation des Arabes (1884), Gustave Le Bon, éd. La Fontaine au Roy, 1990, Livre deuxième, chapitre deuxième, Le Coran, p. 84-85


La situation légale de la femme mariée, telle qu'elle est réglée par le Coran et ses commentateurs est bien plus avantageuse que celle de la femme européenne.

  • La Civilisation des Arabes (1884), Gustave Le Bon, éd. La Fontaine au Roy, 1990, p. 436


Aussi souvent que nous le lisons, au départ et à chaque fois, il nous repousse. Mais soudain il séduit, étonne et finit par forcer notre révérence. Son style, en harmonie avec son contenu et son objectif, est sévère, grandiose, terrible, à jamais sublime. Ainsi ce livre continuera d'exercer une forte influence sur les temps à venir.

  • Goethe dans Dictionary of Islam (1886), Thomas Patrick Hughes (trad. Wikiquote), éd. Laurier Books Ltd, 1996 (ISBN 8120606728), p. 526


Le Coran abonde en excellentes recommandations morales et préceptes, sa composition est si fragmentaire qu'on ne peut tourner une page sans trouver des maximes que tous les hommes doivent approuver. Cette construction fragmentaire génère des textes, des leitmotivs, et des règles absolues en elles-mêmes, qui conviennent à l'homme, quel qu'il soit, à n'importe quel moment de sa vie.

  • (en) The Koran abounds in excellent moral suggestions and precepts; its composition is so fragmentary that we can not turn to a single page without finding maxims of which all men must approve. This fragmentary construction yields texts, and mottoes, and rules complete in themselves, suitable for common men in any of the incidents of life.
  • A History of the Intellectual Development of Europe, John William Draper (trad. Wikiquote), éd. Harper, 1863, p. 254


Dans le Coran il y a quelque chose de guerrier et de fort, quelque chose de viril, quelque chose de romain pour ainsi dire.

  • Qu'est-ce que le fascisme ?, Maurice Bardèche, éd. Les Sept Couleur, 1962, p. 127


Le Coran n'enseigne nulle part l'intolérance; il reconnaît la mission de Moïse, celle de Jésus-Christ; il dit que Dieu a donné à chaque peuple la loi qui lui convient, mais qu'il a envoyé Mahomet aux Arabes. Quoi de plus conciliant?.


En tant que monument littéraire le Coran parle de lui-même, une production unique dans la littérature arabe, qui n'a pas de précurseur ni de successeur dans son propre idiome. Les musulmans de tous âges s'accordent pour proclamer son inimitabilité pas seulement par rapport à son contenu mais aussi par rapport à son style.

  • (en) As a literary monument the Koran thus stands by itself, a production unique to the Arabic literature, having neither forerunners nor successors in its own idiom. Muslims of all ages are united in proclaiming the inimitability not only of its contents but also of its style.


Je crois que sont gravés dans le Coran et dans d'autres expressions de la vision islamique, de vastes entrepôts de la divine vérité dont moi et d'autres occidentaux avons encore beaucoup à apprendre, et l'Islam est certainement un puissant candidat dans l'apport de la structure fondamentale de la religion du futur.

  • (en) I believe that embedded in the Quran and other expressions of the Islamic vision are vast stores of divine truth from which I and other occidentals have still much to learn, and Islam is certainly a strong contender for the supplying of the basic framework of the one religion of the future.
  • Islam and Christianity Today: A Contribution to Dialogue, William Montgomery Watt (trad. Wikiquote), éd. Routledge Kegan & Paul, 1983, p. 9


Que l'on considère, par exemple, le Coran ; ce méchant livre a suffi pour fonder une grande religion, satisfaire, pendant douze cent ans le besoin métaphysique de plusieurs millions d'hommes ; il a donné un fondement à leur morale, leur a inspiré un singulier mépris de la mort et un enthousiasme capable d'affronter des guerres sanglantes, et d'entreprendre les plus vastes conquêtes. Or nous y trouvons la plus triste et la plus pauvre du théisme. Peut-être le sens nous en échappe-t-il en grande partie dans les traductions. Cependant je n'ai pas pu y découvrir une seule idée un peu profonde.

  • Le Monde comme volonté et comme représentation, Arthur Schopenhauer (trad. Auguste Burdeau), éd. Presses universitaires de France, 1943, t. 2, p. 296


Si vous lisez le Coran, c'est une évidence... le concept d'amour et de camaraderie comme guides spirituels de l'humanité.

  • (en) If you read the Koran, it is so clear... the concept of love and fellowship as the guiding spirits of humanity.
  • Tony Blair, 29 mars 2000, dans Blair: Koran inspired me (le Coran m'a inspiré), paru Site BBC News, Tony Blair (news.bbc.co.uk).


J'ai lu personellement le message du Coran, dans la mesure où il peut être traduit. Et le Dieu du Coran est miséricordieux, bon et pacifique.

  • (en) I read personally the message of the Koran insofar as it can be translated. And the God of the Koran is merciful, peaceful and good.


Est-il encore permis, au pays de Voltaire, d’énoncer que le Coran, tout comme l’Ancien Testament, et sans doute un peu plus que l’Ancien Testament, est un livre chargé d’abominations ? Non. Telle est la confusion mentale dans laquelle nous baignons.


Comme je me permets de citer un de ces abominables versets du Coran qui révulse tout homme civilisé et constitue un défi à nos valeurs -la justice, le respect de son prochain - et à nos simples sentiments humains: ce verset 34 de la IVe Sourate qui recommande à l'homme de séquestrer sa femme et de la frapper sur la seule crainte qu'elle puisse lui désobéir, le rec­teur de la Mosquée de Paris, ivre de rage (on a les ivresses qu'on peut quand, pour obéir à Dieu, on ne boit pas d'alcool), s'écrie: "Je me fous de ce qu'il y a dans le Coran!"


Et a-t-on le droit de dire que le Coran est ­- aussi - un livre de haine ? Oui. Un livre dont les versets dits "fulminants" sont autant d'incita­tions à la haine. Et singulièrement, à cette variété de la haine que nos beaux esprits ardents défen­seurs des droits de l'homme qualifient de "haine raciale". Un livre qui, s'il n'était pas sacré, serait frappé d'interdiction en application de la fameuse loi Gayssot sur l'expression écrite de propos racistes ou antisémites. Loi scélérate à mes yeux, je m'empresse de le dire : qu'il n'y ait pas d'ambiguïté, je suis contre toute censure, pour quelque motif que ce soit; je souscris entièrement aux idées que défend Raoul Vaneigem dans "Rien n'est sacré, tout peut se dire..." Mais je constate un bien pénible effet de cette hypocrisie conçue par un député commu­niste - tiens donc! -, qui consacre l'injuste loi du Deux poids, deux mesures.


Nous avons étudié le Coran et les grands textes islamiques et la manière dont ils sont appliqués aujourd'hui par la majorité des musulmans. Et nous avons montré ce qui nous attendait si l'on demeurait passif. Pour cela, nous avons fondé notre argumentaire en présentant tous les problèmes rencontrés par nos voisins européens (...) L'islam et les musulmans les plus actifs (...) y multiplient les revendications en contradiction avec notre identité ou nos traditions...

  • « Yvan Perrin , conseiller national de Neuchâtel, vice-président de l'UDC: "En Suisse, pas de besoin de débat sur l'identité, le référendum suffit" », Yvan Perrin, propos recueillis par Patrick Cousteau, Minute, nº 2437, 2 décembre 2009, p. 5


Mein Kampf [...] le nouveau Coran du fanatisme et de la guerre, emphatique, verbeux, informe, mais un message prégnant.

  • (en) Mein Kampf (...) the new Koran of faith and war: turgid, verbose, shapeless, but pregnant with its message.
  • Churchill ne compare pas le livre d'Adolf Hitler, Mein Kampf, au Coran mais en tant que livre fondateur, à l'instar d'une Bible.
  • The Second World War, Winston Churchill (trad. Wikiquote), éd. Bantam Books, 1961, t. 1, p. 50


Reprocher à l'islam, à la doctrine de Mahomet, la décadence, peut-être irremédiable, où sont tombées les nations qui la pratiquent aujourd'hui, serait une injustice souveraine. La religion d'un peuple n'a pas avec sa puissance politique de relation directe, absolue et forcée. Autrement, en lisant l'histoire des Romains, il faudrait donner la préférence au paganisme, qui vit s'élever la fortune et la grandeur de Rome, sur le christianisme qui vit, sans les empêcher, sa chute et sa ruine. Le Koran, au contraire, a donné l'impulsion des conquêtes et de la civilisation à des races indolentes, vieillies dans une immobilité séculaire, qu'il fallait retremper et rajeunir. Mais il n'a pas eu le pouvoir de les transformer entièrement, de combattre et de vaincre l'incessant effet du climat, du sang et des mœurs. C'est lui qui avait fait la grandeur, ce n'est pas lui qui a fait la décadence; et l'unique reproche qu'il doive encourir, c'est de n'avoir pu conjurer plus longtemps la loi fatale des choses humaines.

  • Histoire des Arabes et des Mores d'Espagne, Louis Viardot, éd. Pagnerre, 1851, vol. 1, p. 49


Autres projets: