Amadou Hampâté Bâ

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.

Amadou Hampâté Bâ, né à Bandiagara (Mali) en 1900 (ou 1901) et mort le 15 mai 1991 à Abidjan (Côte d’Ivoire), est un écrivain et ethnologue malien.


Citations[modifier]

Aspects de la civilisation africaine, 1972[modifier]

La tradition se préoccupe de la personne humaine en tant que multiplicité intérieure, inachevée au départ, appelée à s'ordonner et à s'unifier, comme à trouver sa juste place au sein des unités plus vastes que sont la communauté humaine et l'ensemble du cosmos. Synthèse de l'univers et carrefour de la vie, l'homme est ainsi appelé à devenir le point d'équilibre où pourront se conjoindre, à travers lui, les diverses dimensions dont il est porteur.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 17


A un interlocuteur qui me demandait un jour : "Que pourrait donc nous apporter l'Afrique ?" je me souviens avoir répondu : "Le rire, que vous avez perdu." Peut être bien pourrait-on ajouter aujourd'hui : une certaine dimension humaine, que la civilisation technologique moderne est en train de faire disparaître

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 21-22


La tradition transmise oralement est si précise et si rigoureuse que l'on peut, avec divers recoupements, reconstituer les grands événements des siècles passés dans les moindres détails, notamment la vie des grands Empires et des grands hommes qui ont illustré notre histoire.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 25


Jadis, cette connaissance se transmettait régulièrement de génération en génération, par des rites d'initiation et par les différentes formes d'éducation traditionnelle. Cette transmission régulière s'est trouvée interrompue du fait d'une action extérieure extra-africaine : l'impact de la colonisation.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 26


Il appartient en effet aux Africains de parler de l'Afrique aux étrangers, et non aux étrangers, si savants soient-ils, de parler de l'Afrique aux Africains. Comme le dit un proverbe malien : "Quand une chèvre est présente, on ne doit pas bêler à sa place !" Trop souvent, en effet, on nous prête des intentions qui ne sont pas les nôtres, on interprète nos coutumes ou nos traditions en fonction d'une logique qui, sans cesser d'être logique, n'en est pas une chez nous. Les différences de psychologie et d'entendement faussent les interprétations nées de l'extérieur.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 31-32


L'abandon de nos langues nous couperait tôt ou tard de nos traditions et modifierait tôt ou tard la structure même de notre esprit. Ce serait amputer irrémédiablement l'humanité d'une de ses richesse et d'un style de vie profondément humain, fraternel et équilibré, de plus en plus rare dans l'humanité moderne.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 32


Si j'ai fait porter tous mes efforts sur la sauvegarde de la langue peule en particulier et des langues africaines en général, c'est précisément pour éviter cette dépersonnalisation. Non pas par chauvinisme, mais parce que la beauté d'un tapis vient de la variété de ses couleurs. Ainsi en va-t-il de l'Humanité.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 34


L'enseignement n'est pas donné d'une manière systématique à la manière occidentale moderne, c'est-à-dire avec un programme progressif échelonné et bien réparti dans le temps. Ici, l'enseignement élémentaire, moyen ou supérieur est donné en même temps, selon les événements et les circonstances, et constitue toujours une leçon de langage en action.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 39


Le caméléon dit : "j'envoie ma langue tâter le terrain, avec au moins la ressource de la ramener si je ne peux ramener la proie".

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 41


Il ne faut jamais oublier que les hommes peuvent atteindre un but commun sans emprunter les mêmes voies. C'est tout le symbolisme du sommet de la montagne, auquel on peut parvenir par des chemins différents.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 45-46


Chaque mare de la brousse, petite ou grande, peut refléter le soleil et reproduire son image en entier. Même la plus petite flaque d'eau, la plus petite goutte de rosée, ou le miroir le plus modeste, peut à sa façon contenir le soleil et en renvoyer la lumière autour de lui.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 62-63


Tant que l'homme garde au cœur l'intolérance, il est à lui-même sa propre prison, quelle que soit son étiquette.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 71


Un homme tout rempli de lui-même, pressé d'étaler son savoir, ramenant tout à lui, ne saurait être convenablement à l'écoute de personne. Il cherche plutôt à se faire entendre qu'à écouter celui qui lui explique quelque chose. Même lorsqu'il se tait, il rumine déjà sa réponse et, finalement, se prive du bénéfice de l'échange et de toute chance d'apprendre davantage. Or la vie est une leçon perpétuelle et l'on a toujours quelque chose à apprendre.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 82


Ce sont les hommes qui dominent ou asservissent les masses, en se servant des idées quelles qu'elles soient, politiques ou religieuses.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 87


C'est toujours au nom de la liberté que l'on domine son semblable.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 87


Si le progrès signifie mouvement en avant, augmentation, développement, il serait bon de préciser dans quel sens il s'accomplit : matériel ou spirituel ? Ces deux progrès peuvent être parallèles, mais ils ne sont pas identiques.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 95


En résumé, tout est entre les mains de l'homme. S'il progresse intérieurement, moralement, spirituellement, il pourra faire un sage usage de ses découvertes scientifiques, et en faire bénéficier toute l'humanité. Sinon, les perspectives risquent d'être inquiétantes pour lui.

  • Aspects de la civilisation africaine, Amadou Hampâté Bâ, éd. Présence Africaine, 1972  (ISBN 978-2-7087-0601-9), p. 96


L’étrange destin de Wangrin, 1973[modifier]


Ce n’est pas le jour de la battue qu’il faut dresser son chien de chasse.
  • L’étrange destin de Wangrin, Amadou Hampâté Bâ, éd. 10/18, 1973  (ISBN 978-2-264-01758-1), p. 42


Ignorer comment ces gestes se combinent pour souligner les mots que la bouche égrène, c’est tomber dans le ridicule.
  • L’étrange destin de Wangrin, Amadou Hampâté Bâ, éd. 10/18, 1973  (ISBN 978-2-264-01758-1), p. 26


Quand un homme malpropre au moral et au physique te donne dans l’ombre un coup de pied,il faut lui en donner dix publiquement.
  • L’étrange destin de Wangrin, Amadou Hampâté Bâ, éd. 10/18, 1973  (ISBN 978-2-264-01758-1), p. 40


Quelle que soit la valeur du présent fait à un homme, il n’y a qu’un mot pour témoigner la reconnaissance inspirée par la libéralité, et ce mot c’est : merci.
  • L’étrange destin de Wangrin, Amadou Hampâté Bâ, éd. 10/18, 1973  (ISBN 978-2-264-01758-1), p. 41


Si un jeune s’expatrie et qu’à l’étranger il ne trouve pas un père et une mère, c’est qu’il n’aura pas su être le fils qu’il faut.
  • L’étrange destin de Wangrin, Amadou Hampâté Bâ, éd. 10/18, 1973  (ISBN 978-2-264-01758-1), p. 41


Quand un homme insulte ses ennemis sans les nommer, il se retranche derrière l’anonymat pour éviter qu’un ennemi décidé lui demande des comptes.
  • L’étrange destin de Wangrin, Amadou Hampâté Bâ, éd. 10/18, 1973  (ISBN 978-2-264-01758-1), p. 46

L’étrange destin de Wangrin, 1973[modifier]


Si un jeune s'expatrie et qu'à l'étranger il ne trouve pas un père et une mère, c'est qu'il n'aurra pas su être le fils qu'il faut.
  • L’étrange destin de Wangrin, Amadou Hampâté Bâ, éd. 10/18, 1973  (ISBN 978-2-264-01758-1), p. 47


Petit Bodiel, 1977[modifier]

Avec la femme rien ne marche, mais sans la femme, tout serait foutu !


Quand on est le moins fort, il faut, pour vivre sur cette terre, être le plus astucieux.


Celui qui te tue pour vivre mourrait si tu ne mourais pour le nourrir.


Pour l’homme, la femme est un puit sans fond...


Les confidences ont le naturel d’une épouse volage !


Savoir souffrir guérit sa souffrance, même aiguë.


Pour la femme l’homme est un fût qui se perd dans la nue...


Il faut oser,car l’audace est souvent un gage de succès sur cette terre où la filouterie est chose courante.


Amkoullel, l’enfant peul, 1991[modifier]

L’amitié vraie primait la parenté, sauf en matière successorale ; c’est pourquoi la tradition recommandait d’avoir beaucoup de camarade, mais pas trop de vrais « amis ».
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 51


Tout ce que nous sommes et tout ce que nous avons, nous le devons une fois seulement à notre père, mais deux fois à notre mère. Car l’homme n’est qu’un semeur distrait, alors que la mère est considérée comme l’atelier divin où le créateur travaille directement sans intermédiaire, pour former et mener à maturité une vie nouvelle.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 53



Avant de mettre un scorpion dans sa bouche disent les peuls, il faut avoir bien disposé sa langue.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 90


La fortune chuchote à l’oreille de son maître » exprime tes désirs, je les exaucerai dans l’instant. »
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 90


La fortune : quand la pauvreté dit à son sujet » énumère-moi tes besoins afin que je t’en prive lamentablement.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 90


J’ai en effet décidé de soulever Sonngo, la grande montagne des Dogons, avec un brin de paille. Je reconnais ma folie, mais rien n’est impossible quand on a Dieu de son côté. Je suis venu te demander de mettre Dieu de mon côté.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 91


Ma sœur, je ne suis ni plus ni vivante ni morte. Je mange, je marche, je me couche par seule habitude mécanique. Tout est sombre pour moi, comme par un jour de tornade grise.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 93


Il est certains moments où la bouche de l’époux est bien proche de l’oreille de l’épouse, des moments ou la femme prends le dessus et ou l’homme le plus coriace s’adoucit et confie inconsciemment ses secrets à sa compagne.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 93


« À quoi servirait l’amitié qu’un homme a nouée avec un singe, si ce n’est pour que cet animal l’aide à décrocher son bâton le jour où celui-ci reste accroché dans les hautes branches ?
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 94


Avec l’aide de dieu, je te promets que j’obtiendrai des nouvelles de mon mari.et si pour cela, il faut escalader les cieux, j’irai chercher au besoin l’échelle des prophètes pour le faire.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 88


Le tam-tam a raison de la guitare ou en d’autres termes ‘’ la raison du plus fort prime toujours celles des plus faibles.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 111


Les morceaux de bois pourris du mauvais puits finissent toujours par retomber dans le puits! En d’autres termes les conséquences d’une mauvaise action retombent tôt ou tard sur son auteur.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 129


« Le désir de l’homme, ne peut modifier le dessein de DIEU »
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 142


Ce n’est qu’en l’absence de l’éléphant qu’on peut ramasser ses excréments (autrement dit ; il est des choses qu’on ne peut se permettre que lorsque le principal intéressé est absent.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 151


Quand DIEU venge un homme, celui-ci n’a pas le droit de garder quoi que ce soit dans son cœur.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 151


On ne peut m’annoncer une mauvaise nouvelle plus grave que celle que le destin m’a assigné au jour de ma naissance en me disant : » Tu es entré dans une existence dont tu ne sortiras pas vivant, quoi que tu fasses »et nulle force humaine ne pourra jamais me loger plus étroitement sur cette terre que je ne le serrai dans ma propre tombe.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 152


Je sais une chose, et vous aussi, mes frères sachez-le : au pays ou les audiences se donnent à l’ombre des grands arbres, le roi qui coupe les branches tiendra ses assises en plein soleil. Tuer un être sans défense est facile ; mais c’est l’art du bourreau. L’art royal consiste à laisser vivre et à faire prospérer, et ce n’est pas toujours un art aisé.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 184


Je suis stupéfait à l’idée des intentions que l’on m’a prêtées Mais je m’y ferai, car ici-bas, je l’ai appris à mes dépens, l’injustice humaine est et restera insatiable.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 186


D’accord criaient-ils, on peut parfois mentir, mais ou moins le mensonge doit rester dans les limites permises ! un mensonge qui veut grimper jusqu’au septième ciel fini par dégringoler sur le nez du menteur.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 199


L’écriture est une chose et le savoir en est une autre. L’écriture est la photographie du savoir, mais elle n’est pas le savoir lui-même. Le savoir est une lumière qui est en l’homme. Il est l’héritage de tous ceux que les ancêtres ont pu connaitre et qu’ils nous ont transmis en germe, tout comme le baobab est contenu en puissance dans sa graine.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 213


A trop vouloir jeter une grenouille qui vous dégoûte, elle finit par tomber dans une bonne mare - Autrement dit à trop vouloir faire du mal à quelqu’un, il arrive qu’on finisse par provoquer les conditions qui feront son bonheur.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 297


Mon âme en pleurera chaque jour de dépit mais ma raison sèchera les larmes que l’orgueil familial me fera verser.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 44


Quand c’est l’honneur qui fait accepter un sacrifice, celui-ci devient sublime.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 44


Avant de mettre un scorpion dans sa bouche disent les peuls, il faut avoir bien disposé sa langue.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 90


La fortune chuchote à l’oreille de son maître » exprime tes désirs, je les exaucerai dans l’instant.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 90


J’ai en effet décidé de soulever Sonngo, la grande montagne des Dogons, avec un brin de paille. Je reconnais ma folie, mais rien n’est impossible quand on a Dieu de son côté. Je suis venu te demandé de mettre Dieu de mon côté.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 91


Ma sœur, je ne suis ni plus ni vivante ni morte. Je mange, je marche, je me couche par seule habitude mécanique. Tout est sombre pour moi, comme par un jour de tornade grise.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 93


À quoi servirait l’amitié qu’un homme a noué avec un singe, si ce n’est pour que cet animal l’aide à décrocher son bâton le jour où celui-ci reste accroché dans les hautes branches ?
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 94


Le tam-tam a raison de la guitare ou en d'autres termes la raison du plus fort prime toujours celles des plus faibles.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 111


Les morceaux de bois pourris du mauvais puits finissent toujours par retomber dans le puits!.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 129


Le désir de l'homme, ne peut modifier le destin de Dieu.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 142


}}

Dépêche-toi koniba kondala ! les blancs sont de la race « allons vide-vite » la marche « allons vide-vite » mène au village « cou (cassé » réplique koniba kondala
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 269


Je suis stupéfait à l'idée des intentions que l'on m'a prêtées. Mais je m'y ferai, car ici-bas, je l'ai appris à mes dépens, l'injustice humaine est et restera insatiable.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 186


Son honneur et sa gloire étaient alors de conduire sa ‘’dame’’ vierge jusqu’au jour de son mariage. On disait de lui ’’ il peut mourir de faim à côté d’un mets délicieux sans y toucher
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 229


Ô caïman- ancêtre, fais-le pour la défense de la parole donnée ! une bouche sans parole est une reine sans couronne.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 256


A trop vouloir jeter une grenouille qui vous dégoute, elle finit par tomber dans une bonne mare » autrement dit à trop vouloir faire du mal à quelqu’un, il arrive qu’on finisse par provoquer les conditions qui feront son bonheur
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 297


Ce qui arrive à un homme malintentionné qui se couche sur le dos et pisse en l’air pour essayer de salir le ciel. Non seulement son urine n’atteint pas jamais son but, mais finalement c’est sur son propre ventre qu’elle retombe.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 297


D'accord criaient-ils, on peut parfois mentir, mais au moins le mensonge doit rester dans les limites permises! un mensonge qui veut grimper jusqu'au septième ciel fini par dégringoler sur le nez du menteur.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 199


Si on lave une culotte le soir alors qu’on la mise propre sur soi le matin, ce n’est surement pas pour rien.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 325


Le lézard dévergondé ne retrouve le chemin de son trou que pour se protéger de celui qui a commencé de lui couper la queue. Autrement dit, quand certains incrédules reviennent à DIEU, c’est que le malheur les frappe.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 328


La fortune ne vaut guère plus qu’un saignement de nez, : comme lui elle apparait sans raison et comme lui elle disparait de même.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 419


Quand le toubab commande, DIEU ferme les yeux et laisse faire. Ne perds donc pas ta salive.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 262


Ô toi Koniba Kondala ! cesse de commander du vent quand nous commandons de l’eau pour éteindre notre incendie.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 266


Le meilleur des serviteurs est celui qui s’arrête à la limite qui lui ait tracée et qui rapporte fidèlement ce qu’il est chargé de dire. L’intempestif n’est jamais un bon auxiliaire.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 266


Le prophète lui-même a dit » la connaissance d’une chose, quelle qu’elle soit est préférable à son ignorance et aussi « cherchez la connaissance du berceau au tombeau, fut-ce jusqu’en chine.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 281


Le petit du rongeur hérite de ses parents des dents longues, pointues et tranchantes ! donne-moi la paix.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 276


Si on lave une culotte le soir alors qu'on la mise propre sur soi le matin, ce n'est surement pas pour rien.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 325


Rends le plus de services que tu pourras et demandes-en le moins possible. Fais-le sans orgueil et ne sois jamais ingrat ni envers Dieu ni envers les hommes.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 434


{citation |citation= sois fidèle dans tes amitiés et fait tout pour ne pas blesser tes amis.}}

  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 434


{citation |citation= Ne te bats jamais avec un homme plus jeune au plus faible que toi .}}

  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 434


N'ouvre jamais ta malle en présence de qui que ce soit. La force d’un homme vient de sa réserve; il ne faut étaler ni sa misère ni sa fortune. Fortune exhibée appelle jaloux quémandeurs et voleurs.
  • Amkoullel, l’enfant peul, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1991  (ISBN 2-290-30641-X), p. 434


Jésus vu par un musulman, 1976[modifier]

A Dieu nous appartenons. De Lui nous sommes venus et vers Lui nous retournons, sans distinctionde race, de rang social ou de confession religieuse.
  • Jésus vu par un musulman (1976), Amadou Hampâté Bâ, éd. Nouvelles éditions ivoiriennes, Edicef, 1993  (ISBN 2-85-069908-X), p. 11


[...],un mystère expliqué cesse d'être secret.
  • Jésus vu par un musulman (1976), Amadou Hampâté Bâ, éd. Nouvelles éditions ivoiriennes, Edicef, 1993  (ISBN 2-85-069908-X), p. 15


Oui mon commandant!, 1994[modifier]

En Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle.
  • Oui mon commandant !, Amadou Hampâté Bâ, éd. J'ai lu, 2010  (ISBN 978-2-290-31585-9), p. 487, Annexe III


Si tu veux éviter que le chien ne te morde et ne te communique la rage, jette-lui un os.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 08


On ne peut pas savoir si un peul dort ou s’il a seulement les yeux fermés.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 11


Celui qui demande trop peut être agaçant, mais il ne mourra pas ignorant.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1994  (ISBN 2-290-31585-0), p. 24


Les fauves d’une même espèce entrent ensemble dans le même trou.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1994  (ISBN 2-290-31585-0), p. 26


On ne rase pas la tête d’une personne en son absence.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes Sud, coll. « J’ai lu », 1994  (ISBN 2-290-31585-0), p. 36


Sortir par la grande porte c’est en effet, sortir indemne d’un accident.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 38


Le talon et le serpent se meuvent tous deux à même le sol ; leur rencontre n’est donc pas impossible.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 62


En attendant ce jour, sache que tu viens d’inhumer l’enfant que tu étais et d’exhumer l’homme que tu vas devenir désormais, tu es responsable de tes actes et de tes paroles. Surveilles toi comme un avare veille sur fortune. Ton cœur, ta langue et ton sexe sont les trois organes à surveiller.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 77


« J’ai entendu » est plus proche de l’erreur que « j’ai vécu ».
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 100


Seul les fous et les vauriens parmi les hommes peuvent frapper une femme.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 122


La boutade de la femme peule est plus blessante qu’une lance chauffée à blanc, et l’homme qui encaisse avec calme est comparable à un chevalier qui peut faire face à une troupe armée de flèches empoisonnées.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 122


On ne doit pas se servir d’une souillure pour en laver une autre.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 143


Les personnes de la personne sont multiples dans la personne.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 172


L'homme connait mieux la meilleure de ses chansons.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 198


N’agis jamais sur un simple soupçon car une mauvaise pensée est aussi une sorte d’arme dangereuse. Elle blesse d’abord celui qui l’émet avant d’aller blesser sa victime.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 199


Blancs et noirs étaient à la merci des administrateurs coloniaux ; Ils étaient là comme une pierre au milieu d’un tas d’œufs : si un œuf tombe sur la pierre, l’œuf se casse ; si c’est la pierre qui tombe sur l’œuf, c’est encore l’œuf qui se casse. L’œuf est toujours perdant.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 204


Avec la mort de l’âne finissent braiements et pets.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 244


Quand une chèvre est présente, on ne doit pas bêler à sa place.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 255


Chaque belle journée est inévitablement suivie d’une nuit profonde.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 292


La fortune, c’est comme un saignement de nez. Cela arrive sans raison et s’en va de même.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 314


Les restes de la curée du lion reviennent à l’hyène.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 363


La force ne broute de l’herbe, elle mange des hommes.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 366


La mort efface toute querelle et tout différend.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 406


L’homme n’est pas bon dans sa propre bouche autrement dit il est laid de parler de soi en bien.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 407


L'on ne peut voir tout seul le sommet de son propre crane ; on voit clair pour les autres mieux que pour soi-même.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 442-443


On se parle mais on ne comprend pas, parce que chacun n’écoute que lui-même et croit détenir le monopole de la vérité, or quand tout le monde revendique la vérité, à la fin personne ne l’aura.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 471


La langue qui fausse la parole vicie le sang de celui qui ment.
  • Oui mon commandant!, Amadou Hampâté Bâ, éd. Actes sud, 1994  (ISBN 2-290-30641-X), p. 482


Citations rapportées[modifier]

Si tu penses comme moi, tu es mon frère. Si tu ne penses pas comme moi, tu es deux fois mon frère, car tu m’ouvres un autre monde.


Citations sur[modifier]

Son plaidoyer pour la collecte et la conservation des savoirs traditionnels africains reste un grand événement pour tous les hommes et les femmes de bonne volonté. Un jour de 1960, à la tribune de l’UNESCO, le natif de Bandiagara sonne l’alerte : « […] Puisque nous avons admis que l’humanité de chaque peuple est le patrimoine de toute l’humanité, si les traditions africaines ne sont recueillies à temps et couchées sur le papier, elles manqueront un jour dans les archives universelles de l’humanité ». De ce discours historique, une formule nous est restée, beaucoup la prennent à tort pour un « proverbe africain » : « En Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle. »


Voir aussi[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :