Ursula K. Le Guin

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ursula Le Guin lisant un extrait de son roman Lavinia à Rakestraw Books, Danville (Californie, États-Unis) le 23 juin 2008.

Ursula K. Le Guin, née le 21 octobre 1929 à Berkeley en Californie et morte le 22 janvier 2018 à Portland en Oregon, est une écrivaine américaine de science-fiction et de fantasy. Elle a écrit des romans, des nouvelles, des poèmes, des livres pour enfants et des essais. Elle s'est fait connaître à partir des années 1960 pour ses romans de science-fiction et de fantasy où elle aborde des thèmes anarchistes, taoïstes, féministes, ethnologiques, psychologiques ou sociologiques. Ursula Le Guin a remporté de nombreux prix littéraires pour ses œuvres.

Quelques préjugés sur la fantasy (discours à la BookExpo America de Chicago, 4 juin 2004)[modifier]

Si les enfants noirs, hispaniques, indiens à la fois de l'Orient et de l'Occident, n'achètent pas de fantasy (et en majorité ils n'en achètent pas), serait-ce parce qu'ils ne se voient jamais en couverture ?
  • (en) If black kids, Hispanics, Indians both Eastern and Western, don’t buy fantasy — which they mostly don’t — could it be because they never see themselves on the cover?
  • À propos d'un préjugé sur la fantasy selon lequel les personnages sont blancs.
  • (en) « Some Assumptions about Fantasy. Discours prononcé à la BookExpo America de Chicago (Illinois) le 4 juin 2004 », Ursula Le Guin (trad. Wikiquote), Site Internet d'Ursula Le Guin, 2004 (lire en ligne)


Préjugé 2 [au sujet de la fantasy] : Le Pays de la Fantasy est le Moyen âge. Non. C'est un monde alternatif, hors de notre Histoire, tout comme sa carte n'est pas sur notre carte. Il peut ressembler à l'Europe médiévale en ce sens qu'il est préindustriel, mais cela ne justifie pas qu'il n'ait pas d'économie et pas de justice sociale. Pas plus que cela n'explique pourquoi personne ne nourrit ou n'abreuve jamais son cheval, qui court tout le jour et toute la nuit exactement comme une Prius [modèle de voiture].
  • (en) Assumption 2: Fantasy Land is the Middle Ages. It isn’t. It’s an alternate world, outside our history, as its map isn’t on our map. It may resemble mediaeval Europe in being preindustrial — but that doesn’t justify its having no economics and no social justice. Nor does it explain why nobody there ever feeds or waters their horses, which run all day and night just like a Prius.
  • (en) « Some Assumptions about Fantasy. Discours prononcé à la BookExpo America de Chicago (Illinois) le 4 juin 2004 », Ursula Le Guin (trad. Wikiquote), Site Internet d'Ursula Le Guin, 2004 (lire en ligne)


Pour ce qui est de mes livres, le fait que qui que ce soit puise les qualifier de Bataille entre le Bien et le Mal me dépasse. Je n'écris pas à propos de batailles ni de guerres du tout. Il me semble que ce sur quoi j'écris (comme beaucoup de romanciers), ce sont des gens qui commettent des erreurs, et des gens (d'autres ou les mêmes) qui essaient de prévenir ou de corriger ces erreurs, tout en commettant inévitablement davantage d'erreurs.
  • (en) As for my stuff, how anybody can call it a Battle Between Good and Evil is beyond me. I don’t write about battles or wars at all. It seems to me that what I write about — like most novelists — is people making mistakes and people — other people or the same people — trying to prevent or correct those mistakes, while inevitably making more mistakes.
  • (en) « Some Assumptions about Fantasy. Discours prononcé à la BookExpo America de Chicago (Illinois) le 4 juin 2004 », Ursula Le Guin (trad. Wikiquote), Site Internet d'Ursula Le Guin, 2004 (lire en ligne)


Dans une Amérique où notre réalité peut sembler réduite à un patriotisme affecté et à une brutalité suffisante, la littérature de l'imaginaire continue à questionner ce qu'est l'héroïsme, à examiner les racines du pouvoir, et à offrir des alternatives morales.
  • (en) In an America where our reality may seem degraded to posturing patriotism and self-righteous brutality, imaginative literature continues to question what heroism is, to examine the roots of power, and to offer moral alternatives.
  • (en) « Some Assumptions about Fantasy. Discours prononcé à la BookExpo America de Chicago (Illinois) le 4 juin 2004 », Ursula Le Guin (trad. Wikiquote), Site Internet d'Ursula Le Guin, 2004 (lire en ligne)


Discours à la Freedom from Religion Foundation (2009)[modifier]

Maintenant, quand j'essaie de lire le conte des Habits neufs de l'Empereur sous un autre angle, dans le contexte de la religion et non plus dans celui du pouvoir humain, c'est-à-dire, si j'essaie de voir l'Empereur comme Dieu, il se produit une chose réellement étrange. C'est comme si je me tenais dans la foule en train de regarder la parade de l'Empereur, et je ne crie pas, mais je dis : "Où est l'Empereur ? Il n'y a pas d'Empereur ! Il y a seulement des habits !"
  • (en) Now, when I try to read the story of “The Emperor’s New Clothes” in still another way, in the context of religion rather than of human power —that is, if I try to see the Emperor as God—a really weird thing happens. It’s like I’m standing in the crowd watching the Em­per­or’s parade, and I don’t yell it, but I say it: “Where is the Emperor? There is no Emper­or! There’s just clothes!”
  • (en) « Discours prononcé à la Freedom from Religion Foundation le 7 novembre 2009 (à la réception du prix "L'Empereur n'a pas d'habits" 2009) », Ursula Le Guin (trad. Wikiquote), Site Internet d'Ursula Le Guin, 2009 (lire en ligne)


Discours à la réception du National Book Award pour l'ensemble de son œuvre (2014)[modifier]

Je me réjouis de l'accepter [ce prix] pour, et de le partager avec, l'ensemble des écrivaines et écrivains qui ont été exclus de la littérature pendant si longtemps : mes collègues autrices et auteurs de fantasy et de science-fiction, plumes de l'imagination, qui pendant cinquante ans ont regardé les belles récompenses aller aux soi-disant réalistes.
  • (en) I rejoice in accepting it for, and sharing it with, all the writers who’ve been excluded from literature for so long — my fellow authors of fantasy and science fiction, writers of the imagination, who for fifty years have watched the beautiful rewards go to the so-called realists.
  • (en) « Discours prononcé à la Freedom from Religion Foundation le 7 novembre 2009 (à la réception du prix "L'Empereur n'a pas d'habits" 2009) », Ursula Le Guin (trad. Wikiquote), Site Internet d'Ursula Le Guin, 2009 (lire en ligne)


Les livres ne sont pas de simples commodités ; l'appât du profit entre souvent en conflit avec les buts de l'art. Nous vivons dans le capitalisme, son pouvoir semble inévitable... mais d'un autre côté, le droit divin des rois semblait lui aussi inévitable. Tout pouvoir humain peut se voir opposer une résistance et céder au changement par des êtres humains. La résistance et le changement commencent souvent dans l'art. Très souvent dans notre art, l'art des mots.
  • (en) Books aren’t just commodities; the profit motive is often in conflict with the aims of art. We live in capitalism, its power seems inescapable — but then, so did the divine right of kings. Any human power can be resisted and changed by human beings. Resistance and change often begin in art. Very often in our art, the art of words.
  • (en) « Discours prononcé à la Freedom from Religion Foundation le 7 novembre 2009 (à la réception du prix "L'Empereur n'a pas d'habits" 2009) », Ursula Le Guin (trad. Wikiquote), Site Internet d'Ursula Le Guin, 2009 (lire en ligne)


Interviews[modifier]

Pour ce qui est de l'ensemble du sujet de la fiction spéculative, la science-fiction, la fantasy, je ne sais pas bien quoi dire. Quand je suis arrivée dans ce milieu, c'était un petit genre. Il y avait peut-être soixante auteurs de science-fiction aux États-Unis. Les différences actuellement sont énormes. La fantasy est une énorme industrie et non plus des trucs pour enfants tout juste mentionnés. La science-fiction est une industrie plutôt vaste, même si je pense qu'elle se réduit quelque peu. Toutes les deux sont devenues très commerciales, et la science-fiction persiste à avoir du mal à s'établir en tant que littérature, mais la fantasy a toujours fait partie de la littérature, bien qu'elle ait été quelque peu déshéritée par les critiques modernistes et cantonnée de force à de la littérature pour la jeunesse ou à de la littérature de genre. Et la science-fiction est peut-être quelque peu en train de se fondre dans la masse, dans le monde postmoderne, avec tout le reste.
  • (en) As for the whole subject of speculative fiction, science fiction, fantasy, I hardly know what to say. When I came into the field, it was a small genre. There were maybe sixty science fiction writers in the United States. The differences now are huge. Fantasy is an enormous industry instead of being barely mentioned stuff for kids. Science fiction is a fairly large industry, although I think it's kind of shrinking. Both of them have gone very commercial, and science fiction keeps having trouble establishing itself as literature, but fantasy has always been part of literature, although it was kind of disinherited by the modernist critics and forced into kiddie lit or genre. And science fiction is perhaps kind of just blending in, in the postmodern world, with everything else.
  • (en) « Fantasy and Piety: An Interview with Ursula K. Le Guin », propos recueillis par Fiona Lehn (trad. Wikiquote), Room, vol. 32 nº 2, 2009 (lire en ligne)


Pourquoi est-ce important pour les femmes d'écrire et de lire de la fiction spéculative ?
Ursula K. L Guin : Parce qu'elle offre des alternatives. Ce que tout groupe qui se trouve socialement oppressé, ou marginalisé, ou qui n'a aucun contrôle, a besoin de savoir est qu'il y a d'autres façons de faire fonctionner la société, que la façon dont cette société fonctionne n'a pas été ordonnée par Dieu depuis le commencement des temps, que les choses peuvent changer. Et cela donne de l'espoir, or tout mouvement social d'amélioration doit absolument avoir quelque espoir que les choses peuvent être changées. Et la science-fiction est vraiment douée pour imaginer en détail d'autres sociétés : comment fonctionneraient-elles ? Quels sont es coûts et quels sont les bénéfices ? Et ainsi de suite. Vous pouvez bel et bien faire un test de ce à quoi cela ressemblerait si... les hommes et les femmes étaient égaux, ou, comme je l'ai fait dans La Main gauche de la nuit, si basiquement il n'y avait pas de genres ? Des choses comme ça. Donc vous pouvez mener des expériences de pensée dont je pense qu'elles sont une activité humaine réellement importante.

  • (en)

    Why is writing and reading speculative literature important for women?
    UKLG: Because it offers alternatives. What any group that is socially oppressed, or marginalized, or not in control, needs is to know that there are other ways to run a society, that the way this society is being run is not ordained by God from the beginning of time, that things can change. Which gives hope—any social movement of betterment has got to have some hope that things can be changed. And science fiction's really good at actually imagining other societies: How would they run? What are the costs and what are the benefits? And so on. You can actually do a dry run of what would it be like if ... men and women were equal, or, like I did in The Left Hand of Darkness, what if basically there was no gender? Stuff like that. So you can do thought experiments which I think is a really important human activity.

  • (en) « Fantasy and Piety: An Interview with Ursula K. Le Guin », propos recueillis par Fiona Lehn (trad. Wikiquote), Room, vol. 32 nº 2, 2009 (lire en ligne)


Si vous pensez que ça ne parle que de vaisseaux spatiaux ou quelque chose comme ça, oubliez ça ! La plus grande partie de la littérature jusqu'en 1750 environ était de la littérature fantastique. La fantasy est probablement notre plus ancienne façon de raconter des histoires. Vous ne voudriez certainement pas, j'espère, n'offrir à vos enfants que des livres sur le fonctionnement du tracteur ou ce genre de sujet. Vous leur permettriez de lire des livres sur des chevaux ailés ou quelque chose comme ça. Ne soyez pas effrayés par la fantasy ou même par la science-fiction. Et ne présupposez pas qu'elle n'a pas de valeur littéraire. Elle pourrait bien vous impressionner.
  • (en) If you think it's all spaceships or something, forget it! Most literature up until about 1750 was fantastic literature. Fantasy is probably our oldest mode of storytelling. You certainly, I hope, wouldn't give your kids only books about how the tractor works, or something. You would allow them to read something about winged horses or something like that. Don't be afraid of fantasy or even science fiction. And don't assume that it has no literary value. It might just blow you away.
  • À propos de la fiction spéculative.
  • (en) « Fantasy and Piety: An Interview with Ursula K. Le Guin », propos recueillis par Fiona Lehn (trad. Wikiquote), Room, vol. 32 nº 2, 2009 (lire en ligne)


J'aime vivre presque autant que j'aime écrire.
  • (en) I love living almost as well as I love writing.
  • Réponse à la question : "Que pensez-vous de votre vie maintenant ? Qu'y changeriez-vous ou qu'auriez-vous aimé vivre différemment ?"
  • (en) « Frequently Asked Questions », Ursula Le Guin (trad. Wikiquote), Ursula Le Guin Archive, [2019] (lire en ligne)


L'idée que vous avez besoin d'une tour d'ivoire pour y écrire, que si vous faites des enfants vous ne pouvez pas faire de livres, que les articles sont je ne sais comment exemptés des tâches ingrates dans la vie : sottises.
  • (en) The idea that you need an ivory tower to write in, that if you have babies you can’t have books, that artists are somehow exempt from the dirty work of life — rubbish.
  • Réponse à la question : "Que pensez-vous de votre vie maintenant ? Qu'y changeriez-vous ou qu'auriez-vous aimé vivre différemment ?"
  • (en) « Frequently Asked Questions », Ursula Le Guin (trad. Wikiquote), Ursula Le Guin Archive, [2019] (lire en ligne)


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :