Trinh Xuan Thuan

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Trinh Xuan Thuan, en 2015.

Trinh Xuan Thuan (né en 1948 à Hanoï) est un astrophysicien et écrivain originaire du Viêt Nam.

Ouvrages[modifier]

La mélodie secrète, 1988[modifier]

La nature n'est pas muette. Tel un orchestre lointain, elle nous fait constamment parvenir des fragments de musique et des notes éparses. Mais elle ne veut pas tout nous livrer sur un plateau. La mélodie qui unit les fragments de musique manque. Le fil conducteur des notes est dissimulé. C'est à nous de percer les secrets de cette mélodie cachée pour l'entendre dans toute sa radieuse beauté.
  • L'auteur précise sa source : François Jacob, La Statue intérieure, Seuil, 1987, p. 305 [ndr : la citation est simplement reformulée]


Ce besoin d’unification et de cohérence, cette nécessité de rechercher la mélodie cachée, est une exigence de l’esprit humain. Face au monde qui nous entoure, nous conjurons notre anxiété, notre angoisse des vides infinis en l’organisant et en lui prêtant un visage familier. Cette organisation du monde extérieur, quand elle s’applique à l’univers tout entier, se nomme cosmologie.
  • La Mélodie secrète : Et l'Homme créa l'Univers (1988), Trinh Xuan Thuan, éd. Fayard, 1994, p. 12


Les astrophysiciens sont conservateurs. Ils n’aiment pas que, d’un jour à l’autre, de nouvelles idées ou théories viennent modifier des connaissances acquises au prix de tant d’efforts par le passé. Ils acceptent mal que leur représentation de la réalité, leur langage commun soient tout d’un coup altérés de manière profonde, qu’un nouveau coup de pinceau vienne retoucher la toile déjà peinte, que les notes de musique soient soudainement réarrangées pour former une mélodie nouvelle.
  • La Mélodie secrète : Et l'Homme créa l'Univers, Trinh Xuan Thuan, éd. Fayard, 1994  (ISBN 2-213-02219-4), chap. IV - Le big bang aujourd’hui, p. 107


Le chaos et l'harmonie, 1997[modifier]

La beauté des choses est dans l’œil de celui qui les voit. Elle peut surgir à tous les coins de rue, se faufiler en chacun de nos objets quotidiens, pourvu que nous soyons disposés à la voir.
  • Le chaos et l'harmonie : la fabrication du réel (1997), Trinh Xuan Thuan, éd. Fayard, 2001  (ISBN 2-213-03200-9), chap. Vérité et beauté, p. 25


Les calculs par ordinateur confirment que, tant que le taux de croissance est modéré, avec une valeur comprise entre 1 et 3, la population reste stable. Mais lorsque le taux de croissance dépasse la valeur 3 (correspondant au triplement de la population chaque année), l'équilibre est rompu et la population se met à osciller entre deux valeurs distinctes d'une année sur l'autre. Si le taux de croissance est encore plus élevé, les dédoublements se produisent (4, 8, 16, 32, 64, etc.) et les cycles s'allongent de plus en plus. Cette régularité disparaît lorsque le taux de croissance dépasse 3,57. Le Chaos prend alors le dessus : la périodicité laisse place à l'aléatoire.


Les voies de la lumière, 2007[modifier]

Parce que la propagation de la lumière n'est pas instantanée, nous voyons l'univers avec toujours un certain retard, et c'est ce retard qui nous permet de remonter dans le temps, d'explorer le passé de l'univers.


Désir d’infini, 2013[modifier]

Le système de coordonnés cartésiennes s’est révélé si utile et a connu tant d’applications pratiques que nous nous rendons même pas compte de son omniprésence dans notre vie quotidienne. [...] Les pixels de l’écran de votre ordinateur ou de votre appareil photo sont numérisés selon un système de coordonnées cartésiennes [...] Les idées de Descartes concernant un plan à deux dimensions ont été généralisées à des objets à trois dimensions ou plus. Ainsi, pour visualiser grâce à un ordinateur le bâtiment qu’il veut construire, un architecte utilisera un logiciel fondé sur une système de coordonnées à trois dimension : aux coordonnées X et Y s’ajoutera la coordonnée Z mesurant la profondeur.
  • Désir d’infini : Des chiffres, des univers et des hommes, Trinh Xuan Thuan, éd. Fayard, 2013  (ISBN 978-2-213-63511-8), chap. II - La quête de l’infini mathématique, p. 76-77


Vertige du cosmos, 2019[modifier]

Je possède une seule et unique histoire bien déterminée, et, quoi qu’il arrive dans mon présent et futur, ma trajectoire passée ne pourra être modifiée. Mon passé est révolu. Le présent est là et le futur est encore à venir, mais présent et futur ne pourront jamais changer quoi que ce soit à ce qui s’est déjà produit.
  • Vertige du cosmos, Trinh Xuan Thuan, éd. Flammarion, 2021  (ISBN 978-2-0802-4722-3), chap. La flèche du temps, p. 356


La mécanique quantique ne nie pas l’existence d’un passé. Seulement, il s’agit d’un passé indéfini. Il ne devient défini que grâce à un événement survenu dans le présent et futur. L’acte présent ou futur d’observation sélectionne une histoire particulière et défini parmi la myriade des passés possibles. Dans le monde atomique et subatomique, l’histoire que nous racontons dépend d’un événement à venir.
  • Vertige du cosmos, Trinh Xuan Thuan, éd. Flammarion, 2021  (ISBN 978-2-0802-4722-3), chap. La flèche du temps, p. 356-357


Entretien[modifier]

Deux degrés de plus, c’est invivable, les peuples doivent réagir. C’est bien beau de chercher la vie ailleurs, prenons tout d’abord soin de celle-ci.
  • « Tout l'Univers », Trinh Xuan Thuan [entretien avec le journaliste Chistian Lecomte], Le Temps, 14 octobre 2019, p. 22 (lire en ligne)


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :