Théodore Monod

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Pour les articles homonymes, voir Monod. Disambig.svg

Théodore Monod (1998)

Théodore Monod, né le 9 avril 1902 à Rouen et mort le 22 novembre 2000 à Versailles, est un scientifique français, spécialiste des déserts et du Sahara en particulier.

Méharées, 1937[modifier]

« {{{1}}} »

  • Méharées (1937), Théodore Monod, éd. Actes Sud, coll. « Babel », 1989, p. 71


« {{{1}}} »

  • Méharées (1937), Théodore Monod, éd. Actes Sud, coll. « Babel », 1989, p. 229


Terre et Ciel, 1997[modifier]

« {{{1}}} »

  • Terre et Ciel (1997), Théodore Monod, éd. Actes Sud, coll. « Babel », 1997, p. 218


« {{{1}}} »

  • Terre et Ciel (1997), Théodore Monod, éd. Actes Sud, coll. « Babel », 1997, p. 284


Divers[modifier]

« Que pourrait penser un témoin impartial venant aborder notre planète, d'un pays où l’on contraint d’innocents bambins à s'égosiller pour appeler de leurs vœux l’abreuvement des paisibles champs de leur village par un sang impur ? Que conclurait-il d’entendre un sauvage cri de guerre qu’il convient d’écouter tête nue, au garde à vous, comme devant je ne sais quelle monstrueuse idole ? Comment accepterait-il sans rire les protestations d’antiracisme de ceux qui tiennent à ce qu’il existe plusieurs sangs, les uns purs, les autres impurs, ces derniers bons tout au plus à engraisser la terre et qu’il importe de verser avec allégresse ? »

  • Pour une métascience, Jean Alphonse, éd. A. Noël, 2010, p. 258


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :