Sous le signe du taureau

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sous le signe du taureau est un film français de Gilles Grangier sorti sur les écrans en 1969. Les dialogues sont signés Michel Audiard.

Citations[modifier]

Autrefois on cantonnait les loufs dans des réserves, un peu comme les Indiens d'Amérique : à Charenton, à Perray-Vaucluse. Maintenant on les met dans des boîtes, des cabanons roulants. Production annuelle : trois millions de voitures. Le plus grand asile de France !
  • Jean Gabin, Sous le signe du taureau (1969), écrit par Michel Audiard


C'est une race, les comptables ! Le plus curieux, c'est qu'on parle des mêmes choses, mais pas avec les mêmes mots. "Recherche" par exemple, ça veut dire "budget". "Tungstène", "titane", pour eux, ça veut dire "factures". On leur parle d'amour, ils vous parlent d'argent ! Ça devrait être un métier de femmes !
  • Jean Gabin, Sous le signe du taureau (1969), écrit par Michel Audiard


Qu'il s'agisse de capitaux privés ou de subventions d'État, la mendicité est devenue l'activité fondamentale du chercheur.
  • Jean Gabin, Sous le signe du taureau (1969), écrit par Michel Audiard


Autrefois, j'aurais pu te proposer Cayenne, mais nous avons fermé nos succursales exotiques.
  • Fernand Ledoux, Sous le signe du taureau (1969), écrit par Michel Audiard


Dialogues[modifier]

Vacher : Tu t'en vas... ?
Albert Raynal : Ça t'étonnes... ? Mais avant, j'vais t'faire une confidence, Vacher... Ton argent pue terriblement... Tu n'sens pas la charogne, tu pues la bêtise, la connerie ! Et si ça s'trouve, t'as même pas d'cerveau... et si on r'garde au-d'ssus d'ta tête, on doit voir tes dents !


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :