Serge Gainsbourg

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Serge Gainsbourg, né Lucien Ginsburg le 2 avril 1928 à Paris et mort le 2 mars 1991 à Paris, est un auteur-compositeur-interprète et cinéaste français.

Citations de Serge Gainsbourg[modifier]

L'idée du bonheur m'est étrangère, je ne la conçois pas donc je ne le cherche pas.
  • Gainsbourg, Gilles Verlant, éd. Livre de Poche, 2000, p. 902


C'est illégal ce que je vais faire mais je vais le faire quand même... Il faut pas déconner, ça c'est pas pour les pauvres, c'est pour le nucléaire.
  • Sur le plateau du 11 mars 1984 à l'émission 7 sur 7, Serge Gainsbourg brûle un billet de 500 francs.


Quand j’ai le delirium, je deviens très mince.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006  (ISBN 978-2-253-11941-8), p. 14
Du champ’, du brut, des vamps, des putes.
Doit-on dire un noir ou un homme de couleur ? Tout ceci n'est pas clair.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006, p. 13


Doit-on dire un noir ou un homme de couleur ? Tout ceci n'est pas clair.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006, p. 15


Toutes les femmes sont à prendre

-Enfin

-Y’en a qui peuvent attendre.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006  (ISBN 978-2-253-11941-8), p. 20


Certains s'effacent devant leur destin. Moi je le mets aux arrêts de rigueur. À fond de cale.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006, p. 24


Disons que pour la femme, je suis un mâle nécessaire et pour moi, elle est un bien inutile.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006, p. 25


Depuis la mort de mon père et de ma mère, je préfère l'asphalte. La terre est mangeuse d'hommes.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006, p. 27


Amour hélas ne prend qu'un M. Faute de frappe c'est haine pour aime.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006, p. 30


C'est une défense de me mettre un masque. Moi je crois que j'ai mis un masque et que je le porte depuis vingt ans, je n'arrive plus à le retirer, il me colle à la peau. Devant, il y a toute la mascarade de la vie et derrière, il y a un nègre, c'est moi.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006, p. 36


Ce qui me gêne dans la jument, c'est la queue.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006, p. 40


C'est normal d'être orphelin à cinquante-sept ans. Normal, mais inadmissible.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006, p. 48


D’un tableau de Francis Bacon

- Je suis sorti
- Faire l’amour avec un autre homme
- Qui me dit

- Kiss me Hardy
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006  (ISBN 978-2-253-11941-8), p. 56


N’remue pas s’il te plait

-Le couteau dans la play
-Plus de flash-back
-Ni de come-back

-Les larmes c’est en play-back complet.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006  (ISBN 978-2-253-11941-8), p. 57


La différence entre la beauté et la laideur, c'est que la laideur, elle, au moins, elle dure.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006, p. 67


Rendre l’âme ? D’accord, mais à qui ?
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006, p. 74


Moi je n’ai pas d’idée, j’ai des associations de mots, comme les surréalistes ; carence d’idée. Ça cache un vide absolu, je suis sous vide.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006  (ISBN 978-2-253-11941-8), p. 74


Si j'étais Dieu, je serais peut-être le seul à ne pas croire en moi.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006, p. 78


Je serai fusillé d’une balle rouillée et mourrai du tétanos.
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006  (ISBN 978-2-253-11941-8), p. 99


Dieu est un fumeur de havanes
C’est lui même qui m’a dit
Qu’la fumée envoie au paradis
Je le sais ma chérie.

  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006  (ISBN 978-2-253-11941-8), p. 136


Sur ma tombe je veux que l’on rédige cette épitaphe : « Ci-gît le renégat de l’absolu ». Dernière consigne : ne m’enterrez pas en grande pompe, mais à toute pompe !
  • Pensées, provoc et autres volutes, Serge Gainsbourg, éd. Livre de Poche, 2006  (ISBN 978-2-253-11941-8), p. 141


J'arrête de fumer toutes les 5 minutes.


Citations rapportées[modifier]

Mais qui sans amour existe ?
  • « Saint-Valentin - Amour, toujours - Citations », Serge Gainsbourg, Direct Soir, nº 700, Vendredi 12 février 2010, p. 9


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :