Sculpture

Citations « Sculpture » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher
Nymphe — Edmond Lévêque (1866)

Littérature[modifier]

Critique[modifier]

Louis Aragon, Littérature n°8, 1919[modifier]

Les yeux des statues demeurent lettre morte pour les enfants qui ne peuvent pas comprendre cette grande douceur minérale, ni la caresse des formes humaines. C'est dans un hôtel de la rue des Martyrs, jalousies baissées, que le jeune homme apprit de source autorisée le sens de la vie et le charme de la sculpture. On n'avait pas convié les génies pour la circonstance. Le plus grand sculpteur des temps modernes sortit de l'aventure dans un dénûment complet.
Qu'André Salmon prenne garde : on brûle encore les prophètes.

  • Cette citation provient d'une revue dirigée par André Breton. Elle expose les propos critiques de Louis Aragon dans une rubrique qu'il lui avait été attribuée dans ce numéro. Il avait choisi notamment de commenter l'essai d'André Salmon La jeune sculpture française dont il est question ici.
  • « Livres Choisis, André Salmon La jeune sculpture française », Louis Aragon, Littérature, nº 8, Octobre 1919, p. 29


Nouvelle[modifier]

Renée Vivien, La Dame à la Louve, 1904[modifier]

La Chasteté paradoxale

Je suivis mon ami chez la proxénète. Au premier coup d’œil, je jugeai que mon ami ne m’avait point sottement vanté la demeure. Nous gravîmes un escalier du plus pur marbre blanc, pareil à un névé. Les ciselures de la rampe de bronze représentaient des Hamadryades frissonnantes inclinées vers les fleuves et les fontaines pour écouter le murmure des Naïades. Des statues solennelles éclairaient la demi-ombre de leurs reflets polis.

  • La Dame à la Louve, Renée Vivien, éd. Alphonse Lemaire, 1904, La Chasteté paradoxale, p. 102


André Pieyre de Mandiargues, Le Musée noir, 1924[modifier]

Le sang de l'agneau

Au centre, un siège antique et de provenance espagnole montrait, feuilles ou flammes, ses sculptures aux trois quarts détruites, son or terni, son cuir éventré qui laissait jaillir une broussaille de crin sauvage ; seul meuble dans ce vaste espace, avec une table grossière et deux ou trois coffres bas tout encroûtés d'un sédiment de sang noir pareil à de l'argile fumée.


Poésie[modifier]

Leconte de Lisle, Poèmes antiques, 1852[modifier]

Vénus de Milo

Marbre sacré, vêtu de force et de génie,
Déesse irrésistible au port victorieux,
Pure comme un éclair et comme une harmonie,
O Vénus, ô beauté, blanche mère des dieux !

  • Poèmes antiques, Leconte de Lisle, éd. Marc Ducloux, 1852, p. 120


Prose poétique[modifier]

Robert Desnos, Deuil pour deuil, 1924[modifier]

Amour, me condamnes-tu à faire de ces ruines une boule d'argile où je sculpterai mon image, ou dois-je la faire sortir en arme de mes yeux ? Dans ce cas, de quel oeil dois-je faire usage et n'est-il pas de mon intérêt d'employer les deux à la récréation d'un couple d'amoureux que je violerai aveuglément, nouvel Homère au pont des Arts dont je devrai à tâtons miner les piles sinistres, au risque d'être abandonné sans pouvoir guider mes pas dans ces grandes étendues jaunes et ensoleillées où les fusils montent la garde des sentinelles mortes.


Autres[modifier]

Le moins que l’on puisse demander à une sculpture, c’est qu’elle ne bouge pas.

  • Dalí était de ceux qui croyaient les objets vivants.
  • Les cocus du vieil art moderne, Salvador Dalí, éd. Fasquelle, 1956, p. 54