Reynald Secher

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Reynald Secher à la Maison du Diocèse de Vannes, le 8 mars 2012, lors de sa conférence « Vendée, du génocide au mémoricide

Reynald Secher, né le 27 octobre 1955 à Nantes (Loire-Atlantique), est un historien, écrivain et scénariste français diplômé de Paris IV. Il est créateur et directeur de la société Reynald Secher Éditions, professeur de relations internationales dans l'enseignement supérieur et président de l'association Mémoire du Futur de l’Europe.

Citations[modifier]

C'est peut-être la seule fois dans l'histoire que le peuple souverain, par l'intermédiaire de ses représentants, décide l'extermination d'une partie de lui-même, non pour ce qu'il a commis mais pour ce qu'il est.
  • « La riposte de la Vendée », Reynald Secher, La Nouvelle Revue d'Histoire (ISSN 1764-2019), nº 62, septembre-octobre 2012, p. 28


Une des stratégies (...) est de faire croire qu'il n'y a jamais eu de plan d'extermination et d'anéantissement de la Vendée et que les exactions commises sont dues exclusivement à des débordements ponctuels et des décisions prises localement. Sa chronologie des événements est totalement mémoricidaire car elle gomme toute référence à la programmation et à la mise en œuvre de génocide. Ce que j'affirme et démontre c'est que le crime perpétré en Vendée a été commis au nom de la loi car voté par la Convention.
  • « La riposte de la Vendée », Reynald Secher, La Nouvelle Revue d'Histoire (ISSN 1764-2019), nº 62, septembre-octobre 2012, p. 27


(...) si Turreau est rappelé à Paris c'est uniquement parce que les membres du Comité qui l'ont nommé (Robespierre, Carnot, Billaud-Varennes, Barère) considèrent qu'il n'a pas rempli sa mission, c'est-à-dire l'extermination complète des Vendéens. Le Comité est non seulement à l'origine de l'idée du génocide, mais c'est lui qui le met en œuvre.
  • « La riposte de la Vendée », Reynald Secher, La Nouvelle Revue d'Histoire (ISSN 1764-2019), nº 62, septembre-octobre 2012, p. 28


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :