Rachel Carson

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rachel Louise Carson.

Rachel Carson, née à Pittsburgh en Pennsylvanie le 27 mai 1907 et morte le 14 avril 1964, est une zoologiste et biologiste réputée.

Citations[modifier]

Printemps silencieux (Silent Spring), 1962[modifier]

En bref, admettre une tolérance, c'est autoriser la contamination des denrées alimentaires destinées au public dans le but d'accorder aux producteurs et aux industries de transformation le bénéfice d'un moindre prix de revient; c'est aussi pénaliser le consommateur, en lui faisant payer l'entretien d'une police économique chargée de veiller à ce qu'on ne lui administre pas de doses mortelles de poison. Mais étant donné le volume et la toxicité des ingrédients agricoles actuels, ce travail de contrôle demanderait, pour être bien fait, des crédits que nulle assemblée n'osera jamais voter. En conséquence la police est médiocre, et le consommateur est à la fois pénalisé et empoisonné.

  • Printemps silencieux, Rachel Carson (trad. Jean-François Gravrand et Baptiste Lanaspeze (rév.)), éd. Wildproject, 2009  (ISBN 978-2-918490-272), p. 181


Le fait semble étrange, mais s'explique aisément. Les grandes sociétés de produits chimiques subventionnent abondamment les recherches sur les insecticides dans les universités; il en résulte des bourses agréables pour les étudiants, et des postes intéressants dans les laboratoires. Personne, au contraire, ne fournit d'argent pour améliorer des méthodes biologiques qui n'offrent pas les fortunes promises par l'industrie chimique. La biologie demeure donc le fief des fonctionnaires, des mal payés. Ceci explique aussi pourquoi, contre toute attente, certains entomologistes, et parmi les plus grands, se font les avocats des méthodes chimiques; une rapide enquête permet en général de constater que la poursuite de leurs recherches dépend de la générosité des sociétés de produits chimiques; leur prestige professionnel, leur situation parfois, sont liés au succès de la guerre chimique. Nous ne pouvons espérer les voir mordre la main qui les nourrit, mais nous sommes en droit de mettre en doute leurs affirmations sur l'innocuité des insecticides.

  • Printemps silencieux, Rachel Carson (trad. Jean-François Gravrand et Baptiste Lanaspeze (rév.)), éd. Wildproject, 2009  (ISBN 978-2-918490-272), p. 242


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :