Quand passent les faisans

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Quand passent les faisans est un film français de Édouard Molinaro sorti sur les écrans en 1965. Les dialogues sont signés Michel Audiard.

Citations[modifier]

Hyacinthe Camus : Je peux tout demander à mon cerveau, sauf de s'arrêter de penser.

  • Bernard Blier, Quand passent les faisans (1965), écrit par Michel Audiard


Hyacinthe Camus : La poursuite du crime ne paie pas.

  • Bernard Blier, Quand passent les faisans (1965), écrit par Michel Audiard


Arsène Baudu : Il est resté plus de vingt ans jardinier chez un hollandais. Il bichottait les tulipes comme personne, hein. Et puis à la mort du vieux il est tombé d'un coup en religion. La vision et tout, hein ! Un cas foudroyant, quoi.

  • Jean Lefebvre, Quand passent les faisans (1965), écrit par Michel Audiard


Gino : Quand le môme Gino fait 50 bornes pour affaires, il traite !

  • Franck Villard, Quand passent les faisans (1965), écrit par Michel Audiard


Alexandre Larsan-Bellac : Dans les bérézinas, pas de bassesses, pas de compromis ! Le mépris.

  • Paul Meurisse, Quand passent les faisans (1965), écrit par Michel Audiard


Le concierge : Rimero. 10 milliards. Vaniteux comme un pou. Con comme un balai. Je t'ai pas dérangé pour rien.

  • Robert Dalban, Quand passent les faisans (1965), écrit par Michel Audiard


Arsène Baudu : Y a plus de service. C'est l'âge du snack-bar. Le nivellement par le bas ! Le socialisme !

  • Jean Lefebvre, Quand passent les faisans (1965), écrit par Michel Audiard


Jeanne : Y a les gens qui comptent en millions, y a ceux qui comptent en milliards, puis y a ceux qui ne comptent pas.


Rimero : Quand les milliards défilent -c'est d'ailleurs très curieux- mais j'ai un nez de Pointer.

  • Michel Serrault, Quand passent les faisans (1965), écrit par Michel Audiard


Hyacinthe Camus : Oh ! C'est vraiment une pitié d'entendre renauder Madame, quand on monte une combine en or pour la sortir de sa condition...! Tu veux que je dises : tu m'mérites pas, tu resteras toujours une médiocre...

  • Bernard Blier, Quand passent les faisans (1965), écrit par Michel Audiard


Alexandre Larsan-Bellac : Je crains, Monsieur, que vous ne confondiez la finance et le tiercé.

  • Paul Meurisse, Quand passent les faisans (1965), écrit par Michel Audiard


Dialogues[modifier]

.
Hyacinthe Camus : La vitesse avec laquelle vous avez dilapidé 60.000 francs indique une tendance perverse à la prodigalité. Je vous défendrai contre vous-même.
Arsène Baudu : En étouffant le magot ?
Hyacinthe Camus : Là-dedans, c'est déjà plus un magot, c'est un capital.


Le directeur : Mon cher Hyacinthe, vous êtes un cas ! Que vous ayez été chassé de la préfecture de police...
Hyacinthe Camus : "Admis à faire valoir mes droits à la retraite", Monsieur le Directeur !
Le directeur : Pour abus de pouvoir, perquisitions abusives, indélicatesses diverses.


Alexandre Larsan-Bellac : Sans indiscrétion, vous vous livrez depuis longtemps à ce genre de pitreries ?
Arsène Baudu : On a... commencé ce matin.
Alexandre Larsan-Bellac : Et... combien de pigeons avez-vous opéré ?
Hyacinthe Camus : Vous auriez pu être le deuxième.
Alexandre Larsan-Bellac : Je regrette d'interrompre une série aussi prometteuse. Dommage, vous avez de bons physiques. Mais il se dégage de vous une bêtise lénifiante, une médiocrité sympathique. Eh oui, votre présentation vaut mieux que ce que vous vendez !
Hyacinthe Camus : Oui, mais alors quoi vendre ?
Alexandre Larsan-Bellac : Eh, voilà... Il y a seulement cinq minutes, je vous aurais dit du terrain, mais, voyez-vous, un homme d'expérience ne devrait jamais s'égarer dans le concret. Il est cent fois plus facile de morceler le cosmos à l'usage des claustrophobes que vendre du terrain à Barbizon... L'abstrait, messieurs ! L'abstrait reste l'âme des affaires. Je n'ai vendu que ça pendant vingt ans... Un palmarès de légende, des références inattaquables ! Mis à part le Traité de Versailles, toute l'encyclopédie de la fiction marloupine sort d'ici : les mines de Phoscao d'Oubangui, le parking géant des Galapagos, le métro de la Cordillière des Andes, toute la lyre, quoi !


Le marchand de vieux papiers : C'est ton nouvel associé ?
Alexandre Larsan-Bellac : Mon apprenti.
Le marchand de vieux papiers : Tu veux l'initier au mirage !... Tu repars dans le papier ! Tu tombes à pic : j'ai les relevés de cadastre et les titres de propriétaires de trois placers en Australie... 1895 : l'époque du grand rush ! Comme musique à l'héritage, tu peux pas trouver mieux... À moins que tu préfère lancer ton petit protégé dans le grand monde. Alors là, j'ai un arbre généalogique de Baron... Garanti Croisades ! Avec ça, vous vous faites l'héritière américaine à la rigolade.
Alexandre Larsan-Bellac : Tu sais que j'ai horreur de la tromperie sur les sentiments. Tu n'aurais pas, tout simplement, du bon Emprunt Russe ?... 1907 ?... Du saccageur de bas-de-laine ?
Le marchand de vieux papiers : 1907... Il y a dix ans, j'en vendais aux ensembliers pour décorer les salles de bains. C'était la mode. Il t'en faudrait beaucoup ?
Alexandre Larsan-Bellac : Tu m'as déjà vu sur de petites affaires ?


Alexandre Larsan-Bellac : La folle, qui est-ce ?
Le concierge : D'après les on-dit, tout un quartier de San Francisco, une compagnie maritime, du pétrole un peu partout, 3-4 fois mariée, complètement loufe, hein !


Rimero : Êtes-vous discret ?
Le concierge : C'est la base du métier, monsieur !


Arsène Baudu : Et chez vous ma belle, on est dans quoi ?
Jeanne : Dans le veuvage, et dans les cimetières.
Arsène Baudu : ... On bute ?
Jeanne : Mais non ! Madame est propriétaire de cimetières en Californie. L'héritage de ce pauvre Monsieur Patterson. Le troisième mari de Madame.


Arsène Baudu : Obliger le monde, moi j'ai jamais refusé. Mais s'il faut trahir Monsieur, polop, pas question hein !
Rimero : Oh mais qui parle de trahir, cher Arsène ? Nous sommes entre gens du monde, et entre gens du monde il n'y a pas de trahisons... Y a que des fuites.


Lady Paterson : Vous êtes un tireur étourdissant !
Arsène Baudu : Ah, ça ! Quand un pigeon passe à portée, c'est rare que Monsieur le rate...


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :