Pierre Corrard

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Pierre Corrard par Madame H. Charmaison. Dessin réalisé au plus tard en 1908.

Pierre Corrard né à Boulogne-sur-Seine (Hauts-de-Seine) le 10 juillet 1877 et mort à Bolante (Meuse) le 27 novembre 1914 est un poète et romancier français.


Poésie[modifier]

La pluie[modifier]

De l'eau grelotte assidûment :
C'est par derrière la fenêtre,
Empêchant de rien reconnaître,
Comme un rideau flotte au vent.

Oh ! que j'aime cette eau qui tombe,
-Compagne que l'on prise peu !-
En exhumant au coin du feu
Quelque poète de sa tombe

  • Les Opalines, Pierre Corrard, éd. A.Messein, Librairie Léon Vanier, 1908, p. 21


Prose[modifier]

Dans la fumée des cigarettes, 1908[modifier]

Nous ne connaissons jamais l'impression d'un homme qu'à travers la nôtre: nous ne connaissons guère que nous-même émotionné diversement.
  • Les Opalines, Pierre Corrard, éd. A.Messein, Librairie Léon Vanier, 1908, p. 108


L'homme qui a découvert son "Moi", 1908[modifier]

La plupart des âmes ne sont qu'une accumulation d'extériorités. Leur personnalité ressemble à ces arbrisseaux qu'éttouffent des lianes et des lierres, et qui, noyés dessous, ne sont plus qu'un prétexte à ces végétations parasitaires.
  • Les Opalines, Pierre Corrard, éd. A.Messein, Librairie Léon Vanier, 1908, p. 108


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :