Philippe Muray

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Philippe Muray, né le à Angers et mort le à Paris, est un essayiste et romancier français.

Le XIXe siècle à travers les âges, 1984[modifier]

Coupable, Baudelaire, crie Sartre. Coupable de se sentir inutile. Coupable de penser que les hommes utiles sont hideux. Coupable de se soumettre. Coupable de définir l'être vivant par son au-delà. Coupable d'accepter les lois morales de la société, de ne pas se rebeller, de ne pas créer de nouvelles valeurs. Coupable de n'être pas le pervers que le monde attend. Coupable d'accepter la chrétienté, le christianisme et l'histoire du catholicisme.
  • Le XIXe siècle à travers les âges (1984), Philippe Muray, éd. Gallimard, coll. « Tel », 1999, partie L'art de la fin, p. 379


Devrais-je le redire cent fois, le socialoccultisme est la croyance de l'âge de l'indifférenciation. L'ère où tout le monde est pareil, optiquement, audiovisuellement, psychologiquement, métaphysiquement et socialement. Le temps du pareil. Du pareil au même. De la progression vers le pareil.
  • Le XIXe siècle à travers les âges (1984), Philippe Muray, éd. Gallimard, coll. « Tel », 1999, partie L'école nécromantique, p. 449


Interviews[modifier]

Finkielkraut a bien raison de dire que l’antiracisme sera au XXIe siècle ce que fut le communisme au XXe, c’est-à-dire une nouvelle religion de substitution qui persécute et terrorise, mais dans la langue de l’amour et de l’égalité.
  • Entretien de Philippe Muray trois mois avant sa mort
  • « Entretien avec Philippe Muray », Philippe Muray, Le Point, nº 1732,  (lire en ligne)


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :