Philippe Jaccottet

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philippe Jaccottet par Erling Mandelmann (1991).

Philippe Jaccottet (né à Moudon, canton de Vaud, Suisse, le 30 juin 1925) est un poète et traducteur suisse d'expression française.

Citations[modifier]

À travers un Verger, 1975[modifier]

Même sédentaires, même casaniers, nous ne sommes jamais que des nomades. Le monde ne nous est que prêté. Il faudrait apprendre à perdre ; et l'image du verger, à peine la retenir.
  • À travers un Verger, Philippe Jaccottet, éd. Fata Morgana, 1975, p. 46-47

À la lumière d'hiver, 1977[modifier]

Nuages de novembre, oiseaux sombres par bandes qui traînez / et laissez après vous aux montagnes un peu / des plumes blanches de vos ventres, / longs miroirs des routes désertes, des fossés, / terre de plus en plus visible et grande, tombe / et déjà berceau des herbes,/ le secret qui vous lie, / arrive-t-il qu'on cesse de l'entendre un jour?
  • À la lumière d'hiver ; précédé de, Leçons ; et de, Chants d'en bas ; et suivi de, Pensées sous les nuages, Philippe Jaccottet, éd. Gallimard, 1994, p. 90


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :