Notre-Dame de Paris (comédie musicale)

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Notre-Dame de Paris est une comédie musicale, dont la première fut jouée le 16 septembre 1998 à Paris au Palais des congrès. Cette comédie musicale s'inspire du roman Notre-Dame de Paris de Victor Hugo. Le parolier en est Luc Plamondon et le compositeur, Richard Cocciante ; la première mise en scène, en 1998, est de Gilles Maheu. Le spectacle rencontre un grand succès en France, puis à l'étranger, et est donné régulièrement depuis ; vingt ans après sa création, il atteint sa 5000e représentation en 2019.

Citations[modifier]

Bruno Pelletier joue Pierre Gringoire. Photo prise en 2009.

Pierre Gringoire : Il est venu le temps des cathédrales !
Le monde est entré
Dans un nouveau millénaire.
L'homme a voulu monter vers les étoiles,
Écrire son histoire
Dans le verre ou dans la pierre.

  • Le temps des cathédrales, Luc Plamondon, Bruno Pelletier, album Notre-Dame de Paris (1998 chez Columbia).


Clopin : Nous sommes
Des étrangers,
Des sans-papiers,
Des hommes
Et des femmes
Sans domicile.
Ô Notre-Dame,
Et nous te demandons
Asile ! Asile !

  • Les Sans-papiers, Luc Plamondon, Luck Mervil, album Notre-Dame de Paris (1998 chez Columbia).


Hélène Segara (ici en 2012 en Belgique) interprète Esmeralda dans la création originale de 1998.

Esmeralda : Bohémienne,
Nul ne sait le pays d'où je viens.
Bohémienne,
Je suis fille de grands chemins.
Bohémienne, bohémienne,
Qui peut dire où je serai demain ?
Bohémienne, bohémienne,
c'est écrit dans les lignes de ma main.

  • Bohémienne, Hélène Segara, Bruno Pelletier, album Notre-Dame de Paris (1998 chez Columbia).


Luck Mervil (photographié ici en 2007) joue Clopin Trouillefou.

Clopin : Les filles de joie dansent avec les voleurs
À la cour des miracles,
À la cour des miracles !
Mendiants et brigands dansent la même danse
À la cour des miracles,
À la cour des miracles !
Puisque nous sommes tous des gibiers de potence,
À la cour des miracles,
À la cour des miracles,
À la cour des miracles,
À la cour des miracles !

  • La Cour des miracles, Luc Plamondon, Luck Mervil, album Notre-Dame de Paris (1998 chez Columbia).


Phœbus : Déchiré,
Je suis un homme partagé,
Déchiré
Entre deux femmes que j'aime,
Entre deux femmes qui m'aiment,
Mais ce n'est pas à moi qu'ça fait du mal.

  • Déchiré, Luc Plamondon, Patrick Fiori, album Notre-Dame de Paris (1998 chez Columbia).


Daniel Lavoie (ici à Moscou en 2013) incarne le prêtre Claude Frollo.

Frollo : J'ai posé mes yeux sous sa robe de gitane.
À quoi me sert encore de prier Notre-Dame ?
Quel
Est celui qui lui jettera la première pierre ?
Celui-là ne mérite pas d'être sur terre.
Ô Lucifer,
ô laisse-moi, rien qu'une fois,
Glisser mes doigts dans les cheveux d'Esmeralda

  • Belle, Luc Plamondon, Daniel Lavoie, album Notre-Dame de Paris (1998 chez Columbia).


Frollo : Mon péché, mon obsession,
Désir fou qui me tourmente
Qui me tourne en dérision,
Qui me déchire et me hante.
Petite marchande d'illusion,
Je ne vis que dans l'attente
De voir voler ton, jupon
Et que tu danses et tu chantes !
Tu vas me détruire !
Tu vas me détruire !
Et je vais te maudire
Jusqu'à la fin de ma vie !
Tu vas me détruire,
Tu vas me détruire !

  • Tu vas me détruire, Luc Plamondon, Daniel Lavoie, album Notre-Dame de Paris (1998 chez Columbia).


Gringoire : Un dénommé Gutenberg
A changé la face du monde.
Frollo : Sur les presses de Nuremberg,
On imprime à chaque seconde...
Gringoire : Des poèmes sur du papier,
Des discours et des pamphlets...
Frollo et Gringoire : De nouvelles idées
Qui vont tout balayer.

  • Florence, Luc Plamondon, Bruno Pelletier, Daniel Lavoie, album Notre-Dame de Paris (1998 chez Columbia).


Gringoire : Bel
Astre solitaire,
Qui meurt
Quand revient le jour,
Entends
Monter vers toi
La chant de la terre !
Entends le cri
D'un homme qui a mal,
Pour qui
Un million d'étoiles
Ne valent
Pas les yeux de celle
Qu'il aime
D'un amour mortel !
Lune !

  • Lune, Luc Plamondon, Bruno Pelletier, album Notre-Dame de Paris (1998 chez Columbia).


Garou (ici en concert en 2009) endosse le rôle du bossu Quasimodo.

Quasimodo : Dieu que le monde est injuste,
Lui si beau et moi si laid !
Je te donnerais la lune,
Tu ne voudrais pas m'aimer.
Et lui sans faire un seul geste,
Sans un mot, sans un regard,
Il a mis de la tendresse
Au fond de tes grands yeux noirs !
Tu lui donneras ton corps,
Tu croiras à ses serments,
Tu l'aimes pour le dehors
Sans voir ce qu'il y a dedans...

  • Dieu que le monde est injuste, Luc Plamondon, Garou, album Notre-Dame de Paris (1998 chez Columbia).


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :