Naïade

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
A NaiadJohn William Waterhouse (1893)

Littérature[modifier]

Prose poétique[modifier]

Renée Vivien, Brumes de fjords, 1902[modifier]

Légende de saule

Divinement et terriblement éblouie, elle vit la Naïade lui sourire d’un sourire qui semblait attirer et promettre, et elle eut le pressentiment des mortelles amours…
Revenue à la conscience d’elle-même, elle chercha de nouveau, mais en vain, l’illusion mystérieuse de ce visage.
Le songe avait disparu.

  • Brumes de fjords, Renée Vivien, éd. Alphonse Lemerre, 1902, Légende du saule, p. 103


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :