Mensonge

Citations « Mensonge » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Le mensonge est l'énoncé d'un fait contraire à la vérité, ou la dissimulation de cette vérité.

Cinéma[modifier]

Christopher Walken, True Romance, 1993[modifier]

Vincenzo Coccotti : Vous savez, les Siciliens sont des menteurs-nés, les meilleurs du monde. Je suis sicilien, mon père était le champion toutes catégories des menteurs siciliens. À ses côtés, j'ai appris tout jeune l'art de la pantomime. Lorsqu'un homme dit un mensonge, il y a dix-sept façons de reconnaître les mimiques qui le trahissent. Les hommes ont dix-sept pantomimes, les femmes en ont vingt, nous dix-sept seulement mais, si on les connaît comme les doigts de sa main, ça vaut tous les détecteurs de mensonge. Alors, entre moi et vous, c'est un jeu de « je montre rien et je dis rien ». Vous voulez rien me montrer et rien me dire du tout mais vous allez tout me dire.

  • Christopher Walken, True Romance (1993), écrit par Quentin Tarantino


Enseignement[modifier]

Cours de littérature européenne[modifier]

Vladimir Nabokov, Littératures, 1941-1958[modifier]

Le philistin aime éblouir ; il aime être ébloui, voilà ce qui explique qu'il crée et que se crée autour de lui un monde de mensonge et de tromperie.

  • Littératures (1980), Vladimir Nabokov (trad. Marie-Odile Fortier-Masek), éd. Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2010, partie Littératures II, p. 894


Littérature[modifier]

Essai[modifier]

Emmanuel Berl, La France irréelle, 1957[modifier]

Même ce dernier stade, je crois d'ailleurs que nous l'avons dépassé. Le mensonge chez nous, cherche de moins en moins à être crû. On fausse les indices, les comptes, les prix, les changes, mais tout le monde le sait. L'imposture triomphante n'a plus pour objet de faire illusion, mais de respecter un certain code de convenances, qui d'ailleurs n'est formulé nul part.

  • La France irréelle, Emmanuel Berl, éd. Grasset, coll. « Les Cahiers Rouges », 1996 (ISBN 2-246-10402-5), p. 17


Prose poétique[modifier]

Biographie[modifier]

Jerzy Popiełuszko, Le chemin de ma croix, 1984[modifier]

« Le mensonge est tactiquement planifié contre le dialogue, ce mensonge qui abuse l'homme, qui utilise la fausse propagande, qui exaspère l'agressivité. Le dialogue devient infructueux quand les parties se soumettent à des idéologies contraires à la dignité humaine, qui voient dans la lutte le moteur principal de l'histoire, dans la force la source de la vérité, et dans la discrimination des citoyens entre amis et ennemis la première règle de la politique. Le dialogue n'est pas un effet tactique, mais un effort sincère pour trouver une réponse et pour amener la concorde parmi les souffrances, la douleur et la lassitude des multitudes assoiffées de paix... »

  • Le chemin de ma croix, Jerzy Popieluszko (trad. Michel de Wieyzka), éd. cana, 1984, p. 99


Roman[modifier]

Ingrid Astier, Même pas peur, 2015[modifier]

J’ai respiré un grand coup, comme si je m’évadais de prison. Bon, j’avais un peu menti. Cette expression est débile, d’ailleurs. Je ne sais pas si on peut un peu mentir. J’avais menti tout court.


Jean-Jacques Rousseau, Julie ou La nouvelle Héloïse, 1761[modifier]

Mais au fond, que penses-tu qu'on apprenne dans ces conversations si charmantes ? A juger sainement des choses du monde ? à bien user de la société ? à connaître au moins les gens avec qui l'on vit ? Rien de tout cela, ma Julie. On y apprend à plaider avec art la cause du mensonge, à ébranler à force de philosophie tous les principes de la vertu, à colorer de sophismes subtils ses passions et ses préjugés, et à donner à l'erreur un certain tour à la mode selon les maximes du jour. Il n'est point nécessaire de connaître le caractère des gens, mais seulement leurs intérêts, pour deviner à peu près ce qu'ils diront de chaque chose.

  • Concernant le grand monde.


Marie d'Agoult, Nélida, 1866[modifier]

Nulle transaction ne se présentait dans son esprit entre la liberté illimitée et le rigide devoir. Ô saint orgueil des chastetés délicates, tu ne fus pas insulté un moment dans le cœur de cette noble femme. Abriter sous le toit conjugal un sentiment parjure, céder à un amant en continuant d'appartenir à un époux, marcher environnée des hommages que le monde prodigue aux apparences hypocrites, jouir enfin, à l'ombre d'un mensonge, de lâches et furtifs plaisirs, ce sont là les vulgaires sagesses de ces femmes que la nature a faites également impuissantes pour le bien qu'elles reconnaissent et pour le mal qui les séduit ; également incapables de soumission ou de révolte ; aussi dépourvues du courage qui se résigne à porter des chaînes que de la hardiesse qui s'efforce à les briser !
Nélida, on l'a vu, n'était pas faite ainsi.


Marcel Proust, Albertine disparue, 1927[modifier]

Le mensonge est essentiel pour l’humanité. Il y joue peut-être un aussi grand rôle que la recherche du plaisir, et d’ailleurs est commandé par cette recherche.

  • À la recherche du temps perdu, Marcel Proust, éd. Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1989, chap. Albertine disparue, p. 189

Isaac Asimov, Seconde Fondation, 1953[modifier]

Seul le mensonge qui n'a pas honte de lui-même est susceptible de réussir.

Dominique de Roux, Le Cinquième Empire, 1977[modifier]

À ce point de mensonge, ils ne savent plus ce que c'est que le mensonge. L'esprit de négation a aplati en eux toute spiritualité. Il les rabaisse, les matérialise et les enferme dans la mentalité petite-bourgeoise avec ses hiérarchies à rebours.

  • À propos des communistes.
  • Le Cinquième Empire (1977), Dominique de Roux, éd. Le Rocher, coll. « Motifs », 2007 (ISBN 2-268-06229-7), p. 63


Pierre Schoendoerffer, Là-haut, 1981[modifier]

On a tous menti un peu, dans le sillage d'Henri. Et Jachié est mort quand même ! Nos mensonges ne nous ont même pas permis d'obtenir une boulette d'opium pour le sauver… Oh, le Viet était content, il le pouvait, il avait gagné, on était devenu ses complices… J'y ai bien réfléchi : le mensonge c'est la pourriture… On ment trop dans le monde d'aujourd'hui !… Bon Dieu ! c'était quand même plus simple là-haut, sur les cinq collines… avec nos capitaines. On ne mentait pas…


Isaac Asimov, Fondation foudroyée, 1982[modifier]

Plus proche on est de la vérité, meilleur est le mensonge, et la vérité elle-même, quand on peut en faire usage, est encore le meilleur des mensonges.

Orson Scott Card, La Stratégie Ender, 1985[modifier]

Parfois, il était plus facile de se fier aux mensonges qu'à la vérité.


William S. Burroughs, Ultimes Paroles, 1997[modifier]

Ce n'est pas la vérité qui blesse, c'est le mensonge éhonté.

  • (en) It is not the truth that hurts, it is the outrageous lie.


Dimitri Semenikhin, "Le Bien de l'humanité", 2012[modifier]

Nous naissons dans un berceau de mensonge qui devient, petit à petit, une fosse ténébreuse dans laquelle on s'engouffre.

  • Le Bien de l'humanité, Dimitri Semenikhin, éd. Éditions Persée, 2012, p. 74


Religion[modifier]

Le camp du Mal étant celui de Satan, son arme de choix est le mensonge, qui fait habilement disparaître le monde réel au profit de systèmes d'idées, séduisants tant qu'on ne les met pas en œuvre ! On nomme justement idéologies ces systèmes, car ils ne tiennent que par le discours (logos) et seulement pour un temps. En effet, s'ils se heurtent à un maître de la pensée réaliste, un poseur de bonnes questions, tel Socrate face aux sophistes de son époque, ils volent rapidement en éclats.

  • « Comment lutter efficacement contre les idéologies? », Yannick Bonnet, L'Homme nouveau (ISSN 0018 4322), nº 1590, 9 mai 2015, p. 21 (lire en ligne)


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :

Article sur Wikipédia.