Maurice Talmeyr

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Maurice Talmeyr.

Marie-Justin-Maurice Coste, dit Maurice Talmeyr, né à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire) le 17 mars 1850 et mort à Saint-Saud (Dordogne) le 4 octobre 1931 est un romancier, essayiste et journaliste français.

Citations[modifier]

"Si la Révolution, que personne ne confond avec l'évolution, n'est pas le grand mouvement humain auquel beaucoup d'honnêtes gens ont cru et croient encore, si elle n'est pas ce grand fait social provenant naturellement d'intérêts et de besoins profonds, et si, au contraire, elle n'a jamais été qu'un bluff immense, dirigé et lancé contre le Christianisme universel, tous nos malaises moraux, toutes nos perturbations, se comprennent et s'expliquent."


Lorsque des hommes sont ostensiblement d'une secte ou d'une école, lorsqu'ils se reconnaissent pour en être, l' «opinion» est prévenue contre leur esprit de corps, elle est en garde. Mais des hommes que rien ne montre unis entre eux, qui ne savent pas eux-mêmes s'ils le sont, mais qui pensent et jugent de même sur tout, ces hommes-là réalisent précisément ce qu'il s'agit de réaliser, c'est-à-dire un consensus. Un consensus artificiel, un consensus fabriqué, mais qui semble spontané et qui impressionne fortement.
  • Infiltrations maçonniques dans l'Église, Maurice Talmeyr dans son ouvrage "comment on fabrique l'opinion", cité par Emmanuel Barbier, éd. Desclée de Brouwer et Cie éditeurs, 1910, p. 3

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :