Aller au contenu

Marceline Desbordes-Valmore

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
La mort est dans l'adieu d'un ami veritable.

Marceline Desbordes-Valmore, née à Douai le 20 juin 1786 et morte à Paris le 23 juillet 1859, est une poétesse française. Elle fut surnommée « Notre-Dame-Des-Pleurs » en référence aux nombreux drames qui jalonnèrent sa vie.

Citations de Marceline Desbordes-Valmore[modifier]

Elégies[modifier]

La mort est dans l'adieu d'un ami véritable.
  • Poésies, Marceline Desbordes-Valmore, éd. Marceline Desbordes-Valmore, 1830, Au Sommeil, p. 177


Peut-être un jour voix tendre et voilée
M'appellera sous de jeunes cyprès :
Cachée alors au fond de la vallée,
Plus heureuse que lui, j'entendrai ses regrets.
  • Poésies de Mme Desbordes-Valmore, Marceline Desbordes-Valmore, éd. Marceline Desbordes-Valmore, 1822, Élégie, p. 117


Se reprendre à des biens perdus,
C'est marcher au flot qui recule.
  • Les Pleurs: Poésies nouvelles, Marceline Desbordes-Valmore, éd. Marceline Desbordes-Valmore, 1834, p. 227


Qu'en avez-vous fait ?[modifier]

Vous aviez mon cœur,
Moi, j'avais le vôtre :
Un cœur pour un cœur ;
Bonheur pour bonheur !

  • Les plus belles pages de la Poésie française (1839), Marceline Desbordes-Valmore, éd. Sélection du Reader's Digest, 2001  (ISBN 2-7098-0248-1), p. 310


L'absence[modifier]

Quand je me sens mourir du poids de ma pensée,
Quand sur moi tout mon sort assemble sa rigueur,
D'un courage inutile affranchie et lassée,
Je me sauve avec toi dans le fond de mon cœur !

  • Les plus belles pages de la Poésie française (1839), Marceline Desbordes-Valmore, éd. Sélection du Reader's Digest, 2001  (ISBN 2-7098-0248-1), p. 311
Signature
Signature

Lettres à Prosper Valmore[modifier]

Il ne faut pas compter sur la pitié des hommes quand ils peuvent donner l'importante joie de punir.
  • Lettres de Marceline Desbordes à Prosper Valmore, Marceline Desbordes-Valmore, éd. éditions de la Sirène, 1924, p. 239


Poésies inédites, 1860[modifier]

J'ai voulu ce matin te rapporter des roses ;
Mais j'en avais tant pris dans mes ceintures closes
Que les nœuds trop serrés n'ont pu les contenir.

  • (fr) Poésies (1860), Marceline Desbordes-Valmore, éd. Gallimard, coll. « Poésie », 1983  (ISBN 978-2-07-032243-5), Les roses de Saadi, p. 181, vers 1-3


Fontaines railleuses
Qui troublez nos pas,
Aux voix curieuses
Dites-vous, tout bas :
« La lune qui passe
Sur deux fronts élus,
Deux fois dans l’espace
Ne les revoit plus. »

  • Poésies inédites, Marceline Desbordes-Valmore, éd. Imprimerie Jules Fick, 1860, partie Amour, L'image dans l'eau, p. 20, vers 25-32 (texte intégral sur Wikisource)


Citations sur Marceline Desbordes-Valmore[modifier]

Christian Bobin[modifier]

Chère Marceline Desbordes-Valmore, vous m'avez pris le cœur à la gare du Nord.
Il faisait froid. Il y avait tellement de monde, et en vérité personne. J'ai cherché un abri, un lieu humain. Je l'ai trouvé : le dos appuyé contre un pilier j'ai ouvert votre livre et j'ai lu votre poème Rêve intermittent d'une nuit triste. Je l'ai lu quatre fois de suite. Il n'y avait plus de foule, plus de froid. Il n'y avait plus que la lumière rose de votre chant – ce rose que Rimbaud vous a volé, entrant dans votre écriture comme un pilleur de tombe égyptienne. Qu'importe : vous revoilà. Intacte et régnante par votre cœur en torche.

  • Incipit
  • La grande vie, Christian Bobin, éd. Gallimard, coll. « nrf », 2014  (ISBN 978-2-07-014425-9), p. 11


Albert Samain[modifier]

L’Amour, dont l’autre nom sur terre est la Douleur,
De ton sein fit jaillir une source écumante,
Et ta voix était triste et ton âme charmante,
Et de toi la Pitié divine eût fait sa Sœur.


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :