M. Night Shyamalan

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
M. Night Shyamalan (2016).

M. Night Shyamalan est un réalisateur, scénariste, producteur et quelquefois acteur américain, d'origine indienne.

Films[modifier]

Sixième Sens, 1999[modifier]

Voir le recueil de citations : Sixième Sens

Incassable, 2000[modifier]

Voir le recueil de citations : Incassable

Signes, 2002[modifier]

Voir le recueil de citations : Signes

Le Village, 2004[modifier]

Voir le recueil de citations : Le Village

La Jeune Fille de l'eau, 2006[modifier]

Voir le recueil de citations : La Jeune Fille de l'eau

Phénomènes, 2008[modifier]

Voir le recueil de citations : Phénomènes

Citation[modifier]

Phénomènes[modifier]

M. Night Shyamalan : Bonjour, je suis M. Night Shyamalan, je termine le dernier mixage de mon film The Happening, je travaille dessus depuis deux ans, et là, c'est vraiment la fin. L'idée m'est venue comme ça, tout d'un coup. J'ai imaginé une espèce de fin du monde abominable, et ça m'a tellement emballé que j'ai jeté mon projet en cours ! Et je me suis mit à l'écrire. En l'écrivant, j'ai pensé à des films comme L'Exorciste ou Le Parrain. Des films avec des scènes viscérales et graphiques. J'ai senti que c'était exactement ce que je voulais faire. C'est mon premier film interdit aux moins de seize ans, et aussi le plus terrifiant. Il sort un vendredi treize dans la plupart des pays. Je voulais arriver à faire un film de paranoïa en 90 minutes dont on ressort imprégné de l'expérience vécue, en tremblant comme après L'invasion des profanateurs ou des Oiseaux.
  • M. Night Shyamalan, Interview, Allociné, Juin 2008


M. Night Shyamalan : C'est l'histoire d'un couple, Mark Wahlberg et Zooey Deschanel, qui se retrouve coincé dans une région des États-Unis alors qu'il se passe quelque chose de très inhabituel. C'est une menace invisible, chaque petit bruit ou mouvement, que c'est la fin, le moment où on va mourrir. Le phénomène se propage autour d'eux, et très vite leur ville est touchée. Il y a des tabous, et certains moments du film sont effrayants à regarder. On se dit « je peux pas voir ça ! », mais on le voit ! Et on est sous le choc, bouche bée. À la première projection, les gens sont sortis tellement bouleversés qu'ils étaient figés sur place. Ils se tenaient les uns les autres, j'ai comprit que c'était gagné !
  • M. Night Shyamalan, Interview, Allociné, Juin 2008


M. Night Shyamalan : D'habitude, je n'aime pas trop quand on cite un autre de mes films sur mes affiches. Car ça peut tromper les gens. Sur Phénomènes, nous citons Sixième Sens et Signes. Phénomènes s'inscrit dans la lignée de Signes. Sur mes six derniers films, trois s'inscrivent dans un genre assez effrayant. Les trois autres sortent plus des sentiers battus. J'alterne films de genre et projets plus particuliers. Phénomènes est de la même famille que Sixième Sens et Signes ; c'est un peu le grand frère de ces deux films, dans un sens, en plus sombre et plus terrifiant je pense, dans la lignée de film comme L'Exorciste ou Le Parrain, avec quelque chose de très viscéral, comme dans ces films. Dès le départ, je voulais que Phénomènes aille dans ce sens. Le film est tout de même assez différent de mes films précédents de par sa linéarité. Une histoire simple et traitée de façon linéaire, comme Les Oiseaux. Un récit très simple et direct en 90 minutes. Quelque chose qui permette d'immerger les spectateurs dans l'histoire et de leur faire sentir cette paranoïa. Un seul objectif : paranoïa !
  • M. Night Shyamalan, Interview, Allociné, Juin 2008


M. Night Shyamalan : Le film est basé sur une histoire que m'a racontée un ami. Étudiant, il a assisté à un accident entre un cycliste et une voiture. Il s'est porté au secours du cycliste qui pensait aller bien. Mon ami a proposé de l'accompagner à l'hôpital, et la victime lui a demandé « dois-je ramener mon vélo à la maison ? ». Mon ami lui a répondu que ce n'était pas la peine. Deux secondes plus tard, « dois-je ramener mon vélo à la maison ? ». Mon ami lui répond : « non, on devrait plutôt aller à l'hôpital … ». Deux secondes plus tard : « dois-je ramener mon vélo à la maison ? ». Et là, mon ami a eu très peur, la peur de sa vie.
  • M. Night Shyamalan, Interview, Allociné, Juin 2008


M. Night Shyamalan : J'aime bien suggérer les choses dans mes films. Ça créé une certaine tension : est-ce un monstre ? Un chien ? Du coup, les spectateurs commencent à énumérer les possibilités. Puis on entend un rire … Du coup, ça élimine le chien. « Alors, qu'est-ce que c'est ? », « Allons voir », « Non, trouvons une arme », etc. À partir de ça, je peux construire une vraie tension. C'est ce que j'aime faire, utiliser le pouvoir de la suggestion … Dans Phénomènes, je peux faire les deux. Vous montrer les conséquences de l'attaque du « méchant » sans jamais vous montrer le « méchant » en question. J'adore ! Le pire pour un réalisateur c'est de vous montrer ce que vous imaginiez, c'est forcément décevant.
  • M. Night Shyamalan, Interview, Allociné, Juin 2008


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :