Les Quatre Cents Coups

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Quatre Cents Coups est un film réalisé en 1959 par François Truffaut. Le scénario est de François Truffaut, l'adaptation de François Truffaut et Marcel Moussy, les dialogues sont de Marcel Moussy.

Citations[modifier]

Petite Feuille : La récréation n'est pas un dû, c'est une récompense.

  • Guy Decomble, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Petite Feuille : Je dégrade les murs de la classe et je malmène la prosodie française.

  • Guy Decomble, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Antoine Doinel : Ici souffrit injustement Antoine Doinel, puni injustement par Petite Feuille pour une pin-up tombée du ciel. Entre nous ce sera dent pour dent, œil pour œil.

  • Jean-Pierre Léaud, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Petite Feuille : Je vous préviens : je vais être injuste. Si le coupable ne se dénonce pas, c'est le voisin qui prendra.

  • Guy Decomble, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Petite Feuille : Ah, j'en ai connu, des crétins. Mais au moins ils étaient discrets. Ils se cachaient, ils restaient dans leur coin.

  • Guy Decomble, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Petite Feuille : Elle va être un peu belle, la France dans 10 ans !

  • Guy Decomble, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Julien Doinel : Si tu me demandes 1000 francs, c'est qu't'en espères 500, donc t'as besoin de 300. Tiens, v'la 100 balles.

  • Albert Rémy, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Gilberte Doinel : Les colonies de vacances, c'est pas fait pour les caniches.

  • Claire Maurier, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Julien Doinel : Les vacances, on n'y pense jamais trop tôt.

  • Albert Rémy, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Julien Doinel : Y'a presque plus de chaussette autour de ma paire de trous !

  • Albert Rémy, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Petite Feuille : Ah ! te voilà, toi. Alors, il suffit d'un devoirs supplémentaire pour te rendre malade ! Et les parents tombent dans le panneau ! J's'rai curieux de savoir ce que tu leur as soutiré comme excuse, moi. Fais-voir ton mot.
Antoine Doinel : J'en ai pas, m'sieur.
Petite Feuille : Ah, t'en as pas ! Et tu crois qu'ça va s'passer comme ça ? Ça s'rait trop facile, mon ami !
Antoine Doinel : M'sieur, c'était… C'était ma mère, m'sieur.
Petite Feuille : Ta mère, ta mère, qu'est-ce qu'elle a encore ?
Antoine Doinel : Elle est morte.
Petite Feuille : Ah, fichtre.

  • Guy Decomble, Jean-Pierre Léaud, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Petite Feuille : Faut toujours se confier à ses maîtres.

  • Guy Decomble, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Gilberte Doinel : Tu sais, j'ai eu ton âge, moi aussi. Vous oubliez toujours ça, les gosses.

  • Claire Maurier, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Gilberte Doinel : Il faut toujours obéir à sa mère.

  • Claire Maurier, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Julien Doinel : Les incendiaires, au Gaumont, c'est plutôt mal vu.

  • Albert Rémy, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Antoine Doinel : Ils étaient bons, papa, les esquimaux. J'en avais jamais mangé à la fraise.
Julien Doinel : C'est parce que c'était pas la saison.

  • Jean-Pierre Léaud, Albert Rémy, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Antoine Doinel : Quand même, le film, moi, il l'a bien plu.
Julien Doinel : Oui, mais c'était pas marrant.
Gilberte Doinel : Comment ? Il était pas… Mais il avait du fond !
Julien Doinel : Quoi ?
Gilberte Doinel : Il avait du fond !
Julien Doinel : … Ah oui
Antoine Doinel : Le film !
Julien Doinel : Oui oui oui oui.

  • À propos du film Paris nous appartient qu'ils sont allés voir au Gaumont Palace.
    En 1958, l'année du tournage des Quatre Cent Coups, Jacques Rivette tournait le film Paris nous appartient, qui est sorti en 1961.
  • Jean-Pierre Léaud, Albert Rémy, Claire Maurier, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Petite Feuille : La Recherche de l'absolu vous a conduit droit au zéro, mon ami.

  • Guy Decomble, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


René Bigey : M'sieur, il a pas copié. J'étais assis à côté de lui, j'l'aurais vu.
Petite Feuille : Ah, vous voulez être exclu, vous aussi ?
René Bigey : Ça m'déplairait pas.
Petite Feuille : Encore une insolence ? Sortez !
René Bigey : J'veux bien être gentil, mais j'vais pas sortir : il fait froid, dehors.
Petite Feuille : Foutez-moi le camp !
René Bigey : Ça c'est pas légal.
Petite Feuille : C'est pas lé… ? J'vais vous montrer qui fait la loi ici ! C'est pas légal, hein, c'est pas légal !

  • Patrick Auffay, Guy Decomble, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Antoine Doinel : Après un coup pareil, j'peux pas r'tourner à la maison. Mon père, il a dit qu'i'm'mettrait au prytanée.
René Bigey : Prytanée ? J'connais pas.
Antoine Doinel : Oh bah ça doit être un truc militaire.
René Bigey : T'auras un uniforme, et puis dans l'armée, y'a d'l'av'nir.
Antoine Doinel : Ouais, bien sûr. Et bien très peu pour moi. Oh, si ça pouvait être dans la marine ! J'voudrais bien voir la mer, j'y suis jamais allé.

  • Patrick Auffay, Jean-Pierre Léaud, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Antoine Doinel : Oh la vache ! Un cheval !

  • Jean-Pierre Léaud, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


M. Bigey : Mais qu'est-ce qu'il y a ? Mais c'est une vraie tabagie, là d'dans ! Mais on s'croirait dans un tripot, ma parole ! Bon, bon, bon. Je te r'tiendrai trois cigares sur ton argent de poche. Qu'est-ce que c'est qu'ça ? Bucéphale n'est pas un dépotoir. Ça vaut au moins près d'un million, c'truc-là. C'est une œuvre d'art. Du reste, je n'm'en séparerai qu'en toute dernière extrémité. Bon, et bien maintenant tu vas me faire le plaisir de tout éteindre et de t'endormir.

  • Georges Flamant, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Julien Doinel : On a tout essayé, m'sieur l'commossaire : la douceur, la persuasion, les sanctions. R'marquez, on l'a jamais battu, ça on peut pas dire.
Le commissaire : Il y a des cas où les bonnes vieilles méthodes…
Julien Doinel : Oui, bien sûr. Seulement c'est pas notre genre à sa mère et à moi. On l'laissait plutôt libre.
Le commissaire : Trop, peut-être ?
Julien Doinel : Non, ça on peut pas dire non plus. 'Fin dans la m'sure où on travaille tous les deux, vous savez c'que c'est.

  • Albert Rémy, Jacques Monod, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Le commissaire : Qu'est-ce que vous décidez ?
Julien Doinel : Dans l'immédiat, on peut pas l'reprendre à la maison : i'r'partirait. Alors j'sais pas, moi, si vous pouviez l'faire surveiller quelque part. À la campagne par exemple. Et puis l'faire travailler, parc'qu'à l'école, il veut plus rien fiche.
Le commissaire : On peut essayer le centre d'observation. C'est bien organisé maintenant.

  • Jacques Monod, Albert Rémy, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Gilberte Doinel : Il déteste le sport, il préfère s'enfermer des heures au cinéma à s'esquinter les yeux.

  • Claire Maurier, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Un jeune au centre d'observation des mineurs délinquants : Ici, c'est pas interdit de s'évader, c'est interdit de se faire prendre.

  • acteur indéterminé, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


La psychologue : Tes parents disent que tu mens tout le temps.
Antoine Doinel : Ben, j'mens, j'mens de temps en temps quoi… des fois je leur dirais des choses qui seraient la vérité ils me croiraient pas, alors je préfère dire des mensonges.

  • actrice indéterminée, Jean-Pierre Léaud, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


La psychologue : As-tu déjà couché avec une fille ?
Antoine Doinel : Non jamais, mais enfin, je connais des copains qui ont… qui sont allés… alors ils m'avaient dit si tu as vachement envie, t'as qu'à aller rue Saint-Denis. Alors moi j'y suis allé… et puis j'ai demandé à des filles et je me suis fait vachement engueuler, alors j'ai eu la trouille… et je suis parti et puis je suis venu encore plusieurs fois et puis comme j'attendais dans la rue, il y a un type qui m'a remarqué qui a dit : « Qu'est-ce que tu fous là ? » c'était un Nord-Africain, et ben alors je lui ai expliqué, alors il m'a dit, il connaissait sans doute les filles, parce qu'il m'a dit : « Moi je connais une jeune… quoi, qui va… une jeune quoi… avec les… les jeunes gens… et tout ça… », alors, il m'a emmené à l'hôtel où elle était… et puis justement ce jour-là elle n'y était pas, alors on a attendu… une heure… deux heures… comme elle ne venait pas… moi je me suis tiré !

  • actrice indéterminée, Jean-Pierre Léaud, Les Quatre Cents Coups (1959), écrit par Marcel Moussy


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :