Les Poupées russes

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Poupées russes est un film français de 2005, écrit et réalisé par Cédric Klapisch. C'est la suite de L'Auberge espagnole.

Citations[modifier]

Xavier (en voix off) : Je vais pas raconter les choses dans l'ordre, parce qu'en fait dans l'ordre sinon c'est le bordel.
  • Romain Duris, Les Poupées russes (2005), écrit par Cédric Klapisch


Xavier (en voix off) : Mon voisin, monsieur Boubaker, c'est le mec le plus inintéressant qui existe au monde. [...] C'est monsieur Tout-le-monde, c'est très rare d'en rencontrer. Des gens comme tout le monde, y en a très peu dans la vraie vie.
  • Romain Duris, Les Poupées russes (2005), écrit par Cédric Klapisch


Papou : Fais attention, parce que le temporaire, des fois, ça dure longtemps.
  • Pierre Gérald, Les Poupées russes (2005), écrit par Cédric Klapisch


[Xavier imagine Martine raconter sa vie amoureuse à son petit garçon dans un décor de conte de fées]
Martine : Moi, je suis sorti avec sept mecs, enfin sept princes, et j'ai vécu dans différents châteaux. Et Xavier, c'est le quatrième prince que j'ai connu. Et aujourd'hui, je suis sur plusieurs coups à la fois, plusieurs princes, je sais pas trop, j'hésite. J'en ai rencontré un la semaine dernière en boîte, c'est comme un bal, un grand bal, et il me plaît vachement. Il a pas un énorme château mais il a une grosse moto. Même si ça c'est vraiment bien passé entre nous, c'est encore un peu tôt pour réellement savoir si y aura un mariage, tu vois. Et puis en plus, y a plein de gens au royaume qui disent que si c'est lui, ils viendront pas au mariage.

  • Audrey Tautou, Les Poupées russes (2005), écrit par Cédric Klapisch


Xavier (en voix off) : C'est en partant loin avec quelqu'un qu'on peut savoir si on est proches.
  • Romain Duris, Les Poupées russes (2005), écrit par Cédric Klapisch


Xavier (en voix off) : J'ai repensé à toutes les filles que j'avais connues, avec qui j'avais couché, ou même que j'avais seulement désirées. Je me suis dit qu'elles étaient comme des poupées russes. On passe sa vie entière à jouer à ce jeu-là, on est curieux de savoir qui sera la dernière, la toute petite qui était cachée depuis le début dans toutes les autres. On ne peut pas l'attraper directement, on est obligé de suivre un cheminement. Il faut les ouvrir l'une après l'autre en se demandant à chaque fois « Est-ce que c'est elle la dernière ? »
  • Romain Duris, Les Poupées russes (2005), écrit par Cédric Klapisch


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :