Les Courants de l'espace

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le cycle de l'Empire
Les Courants de l'espace
Arrleft.svg Tyrann Cailloux dans le ciel Arrright.svg
Books-aj.svg aj ashton 01.svg
Il existe une fiche de références pour cette œuvre :
Les Courants de l'espace.

Les Courants de l'espace est un roman de science-fiction de l'écrivain américain Isaac Asimov, publié pour la première fois en 1952. Chronologiquement, il est le deuxième roman du cycle de l'Empire qui comprend également Tyrann et Cailloux dans le ciel.

Citations[modifier]

Le joug que l'on connait est préférable au joug que l'on ignore.


Pour mettre fin à l'emploi abusif de la violence, il n'y avait qu'une solution : la violence elle-même.


L'expansion de la république trantorienne, devenue d'abord la confédération trantorienne, puis l'empire trantorien, avait laissé derrière elle un sillage d'hommes éventrés, d'astronefs éventrés, de planètes éventrées. Et cependant, l'holocauste avait consolidé la puissance de Trantor et la paix régnait [...].


La vérité est une denrée quelque peu discréditée chez les diplomates.


Une fois l'impossible éliminé, ce qui demeurait, si improbable que ce fût, était la vérité.
  • Rasoir d'Ockham.


Toute une population planétaire ne comptait pas en face des impératifs de la nécessité économique.
  • (en) A planet full of people meant nothing against the dictates of economic necessity!