Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques est un film français de Michel Audiard sorti sur les écrans en 1971. Les dialogues sont signés, également, de lui-même.

Citations[modifier]

Kruger : C'est terriblement vulgaire. Ça plaira.

  • Paul Meurisse, Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques (1971), écrit par Michel Audiard


Dialogues[modifier]

Alfred : Vous ne me demandez pas où je vais ? Vous n'êtes pas curieux, hein ?
Monsieur K. : Dis-lui qu'il va à Istanbul.
Homme de main : Vous allez à Istanbul.
Alfred : Où ?
Monsieur K. : A Istanbul.
Alfred : Ah non non non, mais pas du tout ! Pas du tout !
Monsieur K. : Puisqu'on vous le dit.


Alfred : D'abord, je ne vois pas ce que j'irais faire à Istanbul. Vous ne savez même pas qui je suis.
Monsieur K. : Dis-lui qu'on s'en fout.


Gégène : Qu'est-c'est qu'ça ? C'est pas l'cadavre !
Monsieur K. : Le vrai cadavre nous a fait la paire. Il a sauté de voiture sur la Nationale 7 ! Un voyou !


Alfred : Jusqu'à présent j'ai laissé aller, maintenant je préviens: je suis quelqu'un d'assez célèbre, vous allez avoir de gros ennuis !
Monsieur K. : Sans vouloir vous faire de peine, j'ai jamais vu quelqu'un de vraiment célèbre faire du stop sur la route. Surtout sur une route secondaire.


Kruger : S'il vous plaît Monsieur, où est l'argent ?
Mirabelle : Ah ! C'est l'éternelle question que tout le monde se pose !
Kruger : Si vous n'y répondez pas je vais être dans la désolation de vous assassiner. Je dis bien la "désolation", l'assassinat a quelque chose de brutal, donc d’extrêmement vulgaire, mais lorsqu'il s'agit de 10 millions nouveaux, les gens les mieux élevés font des choses vulgaires...


Gégène : Le tuez pas, Patron !
Monsieur K. : Je tue jamais. J'intimide !


Mirabelle : Tu joues pas, Choupinet ?
Kruger : Je ne joue jamais.
Mirabelle : Bah t'as pas un tuyau ?
Kruger : Je n'ai jamais de tuyau.
Mirabelle : Tu connais pas un cheval ?
Kruger : Aucun... Mais si je jouais, je jouerais Mona Girl. Fille de Fanfaron et de Mona Lisa, née au haras de Chanteloup, entraînée par Barthé, elle aime le terrain sec, supporte la distance et vire bien à gauche. Montée par le petit Delaunay qui a un écart à refaire, je verrais une jolie petite chance.


Kruger : Allons, allons, Freddy... Le récif de corail, la maison d'Gauguin, les p'tites fleurs, le chant du Ukulélé, le soir, sous les manguiers... Hum !
Monsieur K. : Ha !... Ah, ben, puisque vous en êtes à l'audiovisuel, alors permettez !... Le Bosphore, hein !... Éh ben, l'Bosphore, c'est pas d'la merde non plus !... Tiens ! Matez les couleurs !... La Corne d'Or, la Mer Noire, la Mosquée Bleue... Et les minarets ?... Mordez les minarets ! Vous avez jamais entendu, j'suis sûr, l'appel du muezzin !... Woualllaaa-woualllaaa-woualllaa !... La fascination d'l'Orient, quoi !
Kruger : J'ai connu... Devant la Mosquée de Soliman le Magnifique... Je portais un taupé lilas... Elle s'appelait Gertrude... Elle avait dans les hanches ce balancement gracieux qu'ont les femmes qui ont beaucoup marché. On a failli se fixer, là-bas, acheter du terrain... On pensait même à une maison... Et puis, les intermittences du cœur... Finalement, la maison, c'est elle qui l'a ouverte à Caracas.


Purcell : Coup de théatre... y'a deux portes-flingues qui le suivent.
Monsieur K. : Il les as vus ?
Purcell : Non, mais eux ils l'ont vu !
Monsieur K. : Ben, va voir !
Purcell : Ben, s'ils m'ont vu ?
Monsieur K. : Qui vivra verra

  • Carlos, Bernard Blier, Le Cri du cormoran le soir au-dessus des jonques (1971), écrit par Michel Audiard


Alfred : Je voudrais bien savoir comment on va à Istanbul sans passeport ?
Monsieur K. : Dans un cercueil.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :