Aller au contenu

La Folie des grandeurs

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.

La Folie des grandeurs est un film franco-italo-germano-espagnol de Gérard Oury, librement adapté du Ruy Blas de Victor Hugo, sorti en France le 8 décembre 1971.

Citations[modifier]

Don Salluste[modifier]

C'est pour le roi ? Non c'est pour Salluste… Voleur ! Mais non pas voleur, c'est pour Salluste.


Cette année, la récolte a été très mauvaise, alors il faut payer le double. […] C'est normal ! Les pauvres c'est fait pour être très pauvres et les riches très riches. […] Qu'est-ce qui se passe ? — C'est les villageois, Monseigneur. Ils vous acclament. — Ils m'acclament ? — Oui ! — J'aurais dû leur en prendre le triple.


La reine a un coquin ? Mais ça vaut beaucoup d'argent ça !


Menteuse ! C'est une menteuse ! Elle ment en allemand ! Cet enfant est un faux témoin ! Warum mich? Ich habe nicht! Elle et moi, nada ; nada ! Jamais rien ! Majesté ! Das ist eine kolossale Konspiration!


Je reconnais cet enfant, je reconnais mes torts, mes enfants, ceux des autres, les vôtres si vous voulez.


Mais qu'est-ce que je vais devenir ? Je suis ministre, je ne sais rien faire !


Mocheté ! Et en plus elle est mal élevée.


Sa Majesté a bien reçu ma lettre anonyme ?


Ne vous excusez pas, ce sont les pauvres qui s'excusent. Quand on est riche, on est désagréable !


Eh ben, en tout cas, on va pas moisir ici, j'ai un petit plan pour tous nous évader : Nous rentrons à Madrid, nous conspirons. Le roi répudie la reine, la vieille épouse le perroquet, César devient roi, je l'épouse et me voilà reine !!!


Blaze[modifier]

Raus! Schnell! Quelle jolie langue !


Eh bien le roi m'a dit : Vous avez le choix. Ou vous épousez Doña Juana ou c'est les barbaresques
- Et alors ??!!
- Et alors c'est les barbaresques !!


Le cul d'un petit vaut bien le cul d'un grand !


Autres[modifier]

Un pour tous, chacun pour soi. (Parodie des Trois Mousquetaires.)


Dialogues[modifier]

Don Salluste : Et maintenant, Blaze, flattez-moi !
Blaze, après une légère hésitation : Monseigneur est le plus grand de tous les Grands d'Espagne !
Don Salluste : C'est pas une flatterie ça, c'est vrai ! Alors !
Blaze, dans sa barbe: Imbécile
Don Salluste : Qu'est-ce que vous dites?
Blaze : Non! "Imbécile" que j'ai répondu au valet du duc d'Albe! Non, non, mon maître n'est pas le résultat d'un mariage consanguin... "tu l'as pas regardé" qu'il me dit, "aaah mais faut pas s'fier aux apparences", que j'y réponds... c'est pas... c'est pas parce que sa mère a épousé le demi-frère de sa tante, qui était elle-même la cousine germaine de la sœur de son père qui... qui...
Don Salluste, suspicieux : Etes-vous bien sûr que c'est une flatterie, ça?
Blaze, timidement : Ben... j'avais pensé à autre chose mais… mais j'ose pas…
Don Salluste : Si! Osez! Mais si si si, osez, allez-y!
Blaze, sans conviction, devant l'insistance de Don Salluste : Monseigneur est… beau.
Don Salluste, après s'être précipité devant une psyché pour s'observer attentivement et sceptiquement : Est-ce que vous pensez vraiment ce que vous dites ?
Blaze, résigné : Ben... je flatte !


Blaze : C'est l'or… il est l'or… l'or de se réveiller… Monseignor… il est huit or… gouzi gouzi gouzi…
Don Salluste : Il en manque une !
Blaze : Vous êtes sor ?
Don Salluste : Tout à fait sor !
Blaze : Ah ben ça alors… !
Don Salluste : Regardez sous le lit.


Don Salluste : Il suffit que le Roi ait un accident de chasse, là, paf ! là ! Le gros cousin Léopold, paf ! paf ! Le petit Duc d'Anjou, paf ! tout le monde, plein d'accidents de chasse, pa, pa-pa-pa, pa-pa-pa-pa-pa ! Et me voilà… Roi !
Blaze : Sans compter que comme ça, on évite la Guerre de Succession d'Espagne.


L'infante passe.
Blaze, ironique. : C'est votre fiancée, Monseigneur ? (Don Salluste tique.) Compliments ! (Don Salluste tique à nouveau.)
L'infante, en passant devant Don Salluste, lui tire la langue deux fois.
Don Salluste : Mocheté ! Et en plus, elle est mal élevée !


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :