L'Avare

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grandmesnil dans le rôle d'Harpagon (Jean-Baptiste François Desoria).

L'Avare, de son titre complet L'Avare ou l'École du mensonge, est une comédie de Molière en prose, en 5 actes, jouée pour la première fois au Théâtre du Palais-Royal le 9 septembre 1668. Le sujet est inspiré d’une pièce de Plaute intitulée La Marmite.

Harpagon[modifier]

Harpagon : Sans dot.
  • Réplique qu'Harpagon répète de façon comique pour désamorcer tous les arguments de Valère contre le mariage d'Elise, qui n'aime pas son futur mari mais l'épousera sans qu'Harpagon doive fournir de dot.


Harpagon : Quand il y a à manger pour huit, il y en a bien pour dix.


Il faut manger pour vivre et non pas vivre pour manger.


Harpagon : (..)Hélas ! mon pauvre argent, mon pauvre argent, mon cher ami ! On m'a privé de toi ; et puisque tu m'es enlevé, j'ai perdu mon support, ma consolation, ma joie ; tout est fini pour moi, et je n'ai plus que faire au monde ! Sans toi, il m'est impossible de vivre.(..)
  • Paroxysme de la tirade d'Harpagon lorsqu'il s'aperçoit que sa cassette pleine d'or a disparu. Le monologue est étroitement emprunté à celui de La Marmite de Plaute.


La Flèche[modifier]

La flèche : La peste soit de l'avarice et des avaricieux !


La flèche : Qui se sent morveux, qu’il se mouche.
  • Devenu un proverbe


Élise[modifier]

Élise : Tous les hommes sont semblables par les paroles; et ce n'est que les actions qui les découvrent différents.


Liens externes[modifier]

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :