Kaamelott/Guenièvre

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Citations de Guenièvre dans la série télévisée Kaamelott.

Citations[modifier]

Ah tiens, demain midi y a des côtes de porc.
  • Vanessa Guedj, Kaamelott, épisodes pilotes, 1 : Le Duel, écrit par Alexandre Astier.


Ah tiens, aujourd’hui j’ai fait tailler le rosier de l’arrière-cour parce qu’il en avait drôlement besoin. […] Et vous, vous me racontez pas votre petite journée ?
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre I, 13 : Arthur et la Question, écrit par Alexandre Astier.


J’y connais rien, hein, mais… À votre avis, le fait que vous me touchiez pratiquement jamais, ça a une influence sur la fécondité ?
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre I, 23 : La Potion de fécondité, écrit par Alexandre Astier.


Guenièvre: Mais qu’est-ce que je vais devenir, maintenant que mon corps s’est habitué...?

Arthur: Et ben vous vous deshabiturez. Comment vous faisiez avant ?

Guenièvre: Mais avant ma vie, c’était de la merde vous entendez?! Recevoir le chef de ci, le roi de mi, toujours polie, toujours bien mise, le symbole de la nation bretonne, ha! Il en faut bien des compensations pour encaisser toute ces conneries hein! Toujours s’occuper de tout, pis surtout de vous, parce que vous avez des responsabilités! Et qui s’occupe de moi pendant c’temps?! Alors oui, maintenant qu'y a plus de pâte d’amande, je tourne en rond, je suis sur les nerfs!! J’ai pas d’amis, pas de loisirs... Comme vous me touchez pas, les choses de l’amour je m’assois dessus, et je parle au figuré, alors je m'suis plongée dans la pâte d'amande! Quand je vous regarde et que j'vois comment vous m'traitez, hein, je m'dis que j’aurais meilleur compte d’aller d'ici jusqu’à Rome à pieds pour en chercher parce que c’est finalement la meilleure chose qui me soit arrivée ….
  • Alexandre Astier et Anne Girouard, Kaamelott, Livre I, 25 : "La pâte d'amande", écrit par Alexandre Astier.


(À Arthur et Lancelot)
De toute façon, Calogrenant, c'est un abruti !
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre I, 83 : Le Secret de Lancelot, écrit par Alexandre Astier.


(à Demetra)
Vous savez où vous pouvez vous la mettre, votre potion ?
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre I, Lacrimosa, écrit par Alexandre Astier.


(Imitant Ygerne)
Si votre père était vivant, il se retournerait dans sa tombe.
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre II, 33 : L'Ancien Temps, écrit par Alexandre Astier.


Eh ben moi une fois, j’ai pissé par la fenêtre !
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre II, 31 : L’Ivresse, écrit par Alexandre Astier.


(À Arthur)
Vous me prenez vraiment pour une conne.
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre II, 37 : L’Escorte II, écrit par Alexandre Astier.


Mais je n'ai rien à dire moi, on a rien à dire quand on est con comme une chaise !
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre II, 37 : L’Escorte II, écrit par Alexandre Astier.


(À Arthur)
Mouais. Méfiez-vous des cons. Y en a qui vont beaucoup plus loin qu'on ne pense !
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre II, 98 : Excalibur et le Destin , écrit par Alexandre Astier.


Vous savez, euh si on fait fouetter les ouvriers et qu'on menace de les brûler vifs, ils peuvent peut-être finir tout à l'heure, hein... (regard désespéré à Arthur) Non ? Oh bon, bah... je vais... pleurer un petit peu... (sanglots)... Excusez-moi.
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre III, La veillée, écrit par Alexandre Astier.


(À Dame Ygerne, qui veut lui raconter son cauchemar)
Oh je vous en prie, faites, ça fait tellement longtemps que je ne me suis pas évanouie dans mes urines...
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre III, 87 : La veillée, écrit par Alexandre Astier.


(À Dame Ygerne, qui lui raconte son cauchemar)
Ah, ça y est, il arrive le pipi !
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre III, 87 : La veillée, écrit par Alexandre Astier.


(À Dame Ygerne, qui lui raconte son cauchemar)
Ça vous ennuie, si j'me taille les veines?
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre III, 87 : La veillée, écrit par Alexandre Astier.


(À Bohort qui vient de lui déclarer que Lancelot est amoureux d'elle)
Mais qu'est-ce que vous déconnez, Seigneur Bohort ? Vous avez picolé ?
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre III, 98 : Hollow Man, écrit par Alexandre Astier.


(À Lancelot)
On a beau expliquer tout ce qu’on veut expliquer… Au bout d’un moment, pour savoir faire du cheval, il faut faire du cheval !
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre IV, 34 : Les Novices, écrit par Alexandre Astier.


(À Lancelot)
Eh ben, on est pas sortie du sable !
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre IV, 34 : Les Novices, écrit par Alexandre Astier.


Ah non, avec les jolies seulement. C’est de là que j’ai conclu que, comme y m’touchait pas, je faisais moi-même partie des grosses mochetés.
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre V, 7 : Corvus corone, écrit par Alexandre Astier.


Je voulais savoir pourquoi vous laissiez tous vos chevaliers former des clans séparatistes, alors que l’une de vos plus importantes missions a toujours été de fédérer les clans existants autour de votre royaume et de la quête du Graal ? ... Enfin c'était pas tout à fait ça...
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre V, 17 : Les Exilés, écrit par Alexandre Astier.


(À propos des moutons) Mais je n'comprends pas, c'est pas des moutons ça ? […] Bah ils sont tout... tout bizarres... […] Tondus ? Oh mon Dieu mais quelle horreur ! Mais pourquoi vous avez fait ça ?!
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre V, 37 : Les Transhumants, écrit par Alexandre Astier.


(Parlant de la tentative de suicide d'Arthur) Le sang qui vous manque, moi je l'ai vu, hein. [...] Le sang qui vous manque, je l'ai vu. Je dors avec ma mère maintenant, en Carmélide, toutes les nuits. Parce qu'à chaque fois que je ferme les yeux, je vois tout le sang qui vous manque par terre, avec vos coupures au poignet, et puis vos yeux vides... Alors, vous m'avez jamais avoué que vous vous étiez marié une première fois, hein, mais ça, vous me l'avez laissé voir. [...] Oh si, si, si, si. Y'en a, d'autres, hein, des moyens de se buter. Se jeter du haut d'une falaise, par exemple, ça, ça emmerde personne. Mais vous, c'est pas ça que vous avez fait. Vous vous êtes ouvert les veines dans un bain que j'avais moi-même fait couler.
  • Anne Girouard, Kaamelott, Livre VI, 9 : Dies Irae, écrit par Alexandre Astier.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :