Kaamelott/Gauvain

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Citations de Gauvain dans la série télévisée Kaamelott.

Citations[modifier]

Mon oncle, mon cœur est empli de la noblesse de cette quête !
  • Aurélien Portehaut, Kaamelott, décembre 2004, promotion de la série, écrit par Alexandre Astier.


Je me sens la fureur de l’ours ! […]

Je me sens le courage de l’oiseau ! […]
Je suis sautillant comme le mulot ! […]
Je frétille comme une p’tite truite ! […]

J’ai la vigueur d’un insecte !
  • Aurélien Portehaut, Kaamelott, épisodes pilotes, 1 : Le Duel, écrit par Alexandre Astier.


Et à un moment... Le sorcier s'est mis à nous menacer, avec ses parties génitales.
  • Aurélien Portehaut, Kaamelott, Livre I, 86 : Le prodige du fakir, écrit par Alexandre Astier.


Mon oncle, n'est-ce pas vous même qui m'avez dit que rien ne remplaçait une véritable amitié et qu'en cas d'urgence c'était la seule corde à laquelle on pouvait vraiment se raccrocher ?.
  • Aurélien Portehaut, Kaamelott, Livre I, Les Nouveaux Frères, écrit par Alexandre Astier.


Noblesse bien remisée ne trouve jamais l'hiver à sa porte... Non, porte close...
  • Aurélien Portehaut, Kaamelott, Livre III, 86 : La Chevalerie, écrit par Alexandre Astier.


Nous sommes jeunes, nous marchons à pieds… J’opterai donc pour un surnom en rapport : "les Petits Pédestres".
  • Aurélien Portehaut, Kaamelott, Livre IV, 39 : Le Grand Départ, écrit par Alexandre Astier.


Seigneur Bohort, pouvons-nous nous retirer afin d'aller prendre notre goûter ?
  • Aurélien Portehaut, Kaamelott, Livre II, 24 : Les Tuteurs, écrit par Alexandre Astier.


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :