Juliette Récamier

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Madame Recamier (1777–1849) by Alexandre-Evariste Fragonard.jpg

Juliette ou Julie Récamier (de son nom complet : Jeanne Françoise Julie Adélaïde Bernard), dite Madame Récamier, née le 3 décembre 1777 à Lyon et morte le 11 mai 1849 à Paris, est une femme d'esprit et Merveilleuse du Directoire.

Citations de Juliette Récamier[modifier]

Les autres s'occupaient de moi, M.de Chateaubriand exigeait que je m'occupe de lui.
  • « Juliette Récamier ou les secrets d'une dame blanche », Anne Bernet, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 67, Juillet-Août 2013, p. 23


Citations sur Juliette Récamier[modifier]

C'est acquérir des forces que de simplifier sa vie. Mme Récamier fut plus puissante dans sa cellule de l'Abbaye-aux-Bois qu'elle ne l'avait été dans son bel hôtel. « C'est là, dit Sainte-Beuve, que son doux génie, dégagé des complications trop vives, se fit de plus en plus sentir avec bienveillance... L'esprit de parti était alors dans sa violence. Elle désarmait les colères ; elle adoucissait les aspérités ; elle vous ôtait la rudesse et vous inoculait l'indulgence. » Une femme, si elle est belle, un peu coquette et sait écouter, peut beaucoup sur les passions des hommes. Elle obtient tout parce qu'elle n'exige rien. « Être protégé par Mme Récamier fut, pendant plus de trente ans, la plus infaillible des recommandations. » Elle régna sur l'Académie, sur les Facultés, sur les ministères, « et il n'y avait pas jusqu'aux bâtards de son apothicaire et de son portier que cette femme essentiellement bonne et obligeante ne trouvât moyen de convenablement caser dans les bureaux des ministres ».
A l'Abbaye-aux-Bois, les amours de Chateaubriand et de Mme Récamier prirent un caractère cérémonieux et public qui rappelle les journées du grand roi.

  • René ou la vie de Chateaubriand, André Maurois, éd. Grasset, coll. « Les Cahiers Rouges », 1956  (ISBN 2-246-18904-7), chap. VII « Le partisan », V Un instant de bonheur, p. 276


Chacun a un moyen de nuire et chacun est également coupable quand il sert, depuis l'homme qui poignarde jusqu'à la femme qui veut s'assurer de son charme au risque de l'agonie à laquelle elle abandonne ensuite le malheureux qui s'est laissé prendre. [...] Les anges ont aussi leur cruauté.
  • « Juliette Récamier ou les secrets d'une dame blanche », Anne Bernet, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 67, Juillet-Août 2013, p. 22


Mme Récamier ne tenait à la politique que par son intérêt généreux pour les vaincus de tous les partis.
  • « Juliette Récamier ou les secrets d'une dame blanche », Anne Bernet, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 67, Juillet-Août 2013, p. 22


Elle ne fermait sa porte à personne en fonction de ses opinions. Surtout, elle ne possédait pas ce talent consistant à ne plus connaître l'ami ou la relation qu'une disgrâce rendait infréquentable.
  • « Juliette Récamier ou les secrets d'une dame blanche », Anne Bernet, La Nouvelle Revue d'Histoire, nº 67, Juillet-Août 2013, p. 22


Signature

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :