Joseph Louis Delbrouck

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Joseph Louis Delbrouck, né à Reims le 13 juin 1819 et mort à Versailles le 15 juillet 1871, est un militant socialiste français, connu pour sa participation à la révolution de 1848 et à la Commune de Paris.

Citation sur Joseph Louis Delbrouck[modifier]

M. Delbrouck et un autre M. avec un laissez-passer de la Commune se sont rendus à Versaillais pour tâcher de faire entendre raison à ces imbéciles de ruraux, mais avec des crétins pareils il n'y a pas de conciliation possible ; des gendarmes les ont arrêtés, si on leur avait trouvé ce laissez-passer de la Commune, ils auraient été fusillés sur le champ, heureusement qu'ils l'avaient mâché et jeté en boulettes, ils sont restés plus de 24 heures sans manger, on leur a fait faire je ne sais combien de lieues à pied conduits entre des gendarmes comme des malfaiteurs, ils étaient insultés tous le long du chemin, les Versaillais faisait semblant de les prendre pour des espions et criaient : « Voyez, ont-ils l'air assez brigand, assez canaille ». Si ce n'est pas ignoble ; quand nous racontions cela à ces pauvres [Fédérés] blessés du Luxembourg, ils étaient indignés, surtout le brave Lazergue, il en pleurait de rage.
Quand ils parlent de M. Delbrouck et de Paul [Milliet], c'est avec un enthousiasme et une vénération, tous donneraient leur vie pour eux. Enfin M. Delbrouck, non sans peine, a pu accomplir sa mission et parler aux ruraux, mais je crois que cela aura fait autant d'effet que s'il avait parlé à une bûche.
  • Lettre de Louise Milliet à Félix Milliet, 24 avril 1871, dans Michèle Audin, C'est la nuit surtout que le combat devient furieux, Libertalia, 2020.

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :