Jacques Vaché

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Vaché dans l’armée anglaise (1915).

Jacques Vaché est un écrivain surréaliste, né en 1895 à Nantes, décédé en 1919 d'une surdose d'opium.

Citations[modifier]

Lettres de guerre[modifier]

J'ai successivement été un littérateur couronné, un dessinateur pornographe connu et un peintre cubiste scandaleux – Maintenant, je reste chez moi et laisse aux autres le soin d'expliquer et de discuter ma personnalité d'après celles indiquées.
  • Lettres de guerre, Jacques Vaché, éd. Mille et une nuits, 2001  (ISBN 2-84205-599-3), p. 14


Je vous écris d'un ex-village, d'une très étroite étable-à-cochon tendue de couvertures – Je suis avec les soldats anglais – Ils ont avancé sur le parti ennemi beaucoup par ici – C'est très bruyant – Voilà.
  • Lettres de guerre, Jacques Vaché, éd. Mille et une nuits, 2001  (ISBN 2-84205-599-3), p. 18


L'Umour dérive trop d'une sensation pour ne pas être difficilement exprimable – Je crois que c'est une sensation – J'allais dire un SENS - aussi - de l’inutilité théâtrale (et sans joie) de tout.
  • Lettres de guerre, Jacques Vaché, éd. Mille et une nuits, 2001  (ISBN 2-84205-599-3), p. 20


L'ART EST UNE SOTTISE – Presque rien n'est une sottise – l'art doit être une chose drôle et un peu assommante – c'est tout.
  • Lettres de guerre, Jacques Vaché, éd. Mille et une nuits, 2001  (ISBN 2-84205-599-3), p. 37


Mon rêve actuel est de porter une chemisette rouge, un foulard rouge et des bottes montantes - et d'être membre d'une société chinoise sans but et secrète en Australie.
Vos illuminés ont-ils le droit d'écrire ? - Je correspondrai bien avec un persécuté, ou un « catatonique » quelconque.

  • « A Monsieur A. B. — X. le 11 octo. 16 — 3. P. M. », Jacques Vaché, Littérature, nº 5, Juillet 1919, p. 3


Autour de Jacques Vaché[modifier]

  • Jacques Vaché a 19 ans lorsqu'il est blessé au front, en 1914. Il est envoyé à l'hôpital de Nantes pour y être soigné et rencontre André Breton, alors interne en medecine. Après sa mort par surdose d'opium en 1919, Breton se chargera de publier sa correspondance sous le titre Lettres de guerre.

Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :