Jacques Dewitte

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jacques Dewitte

Jacques Dewitte est un philosophe, écrivain et traducteur belge né à Schaerbeek (Bruxelles, Belgique) le 16 juillet 1946.

Citations de Jacques Dewitte[modifier]

L’ « esprit révolutionnaire » se manifeste par une non-adhésion au monde, un désir inextinguible d’en découdre avec le donné, ce que j’appelle le déjà-là. À rebours, l’esprit conservateur se manifeste par un souci du monde, une sollicitude envers des êtres et des choses qui le façonnent. Cette disposition affective est fondamentale, car elle implique que certaines choses méritent d’être conservées : la culture, la langue, des paysages, des traditions. Mais conservation ne signifie pas une simple préservation ; il s’agit d’entretenir et de prolonger ce qui a été légué.

  • « L’esprit conservateur est le souci de ce qui tient ensemble le monde de manière invisible », Max-Erwann Gastineau, entretien avec Jacques Dewitte, Revue Limite, 12 mai 2016 (lire en ligne)


Si le mouvement écologique est une prise de conscience de la démesure technologique, cette conscience devrait s’étendre aux limites inhérentes à la condition humaine et ne pas adhérer aux projets divers mais convergents, qui voudraient s’en prendre à la condition sexuée, à l’énigme de la naissance et à la condition mortelle, qui favorisent le caractère interchangeable de toute chose et de tout être. Je constate aussi qu’une autre branche de l’écologie, qui s’exprime chez les défenseurs de la « cause animale », manifeste fréquemment une véritable haine de l’humanité.

  • « L’esprit conservateur est le souci de ce qui tient ensemble le monde de manière invisible », Max-Erwann Gastineau, entretien avec Jacques Dewitte, Revue Limite, 12 mai 2016 (lire en ligne)


Comme le montre très bien Camus, il y a non seulement la nature en dehors de l’homme, dont l’écologie politique s’est emparée, mais aussi la nature en l’homme, qui n’est d’ailleurs ni bonne, ni mauvaise. Sans ce contrepoids qu’est l’amour du monde et des hommes tels qu’ils sont, sans cette acceptation du tragique de l’existence humaine, la révolte s’adosse à un projet de subversion, de déconstruction, ou bien de destruction, comme les totalitarismes qui ont cherché à saper tous les fondements anthropologiques des sociétés humaines pour fabriquer de toutes pièces un homme nouveau, libéré des entraves du passé.

  • « L’esprit conservateur est le souci de ce qui tient ensemble le monde de manière invisible », Max-Erwann Gastineau, entretien avec Jacques Dewitte, Revue Limite, 12 mai 2016 (lire en ligne)


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :