Igor Stravinski

Citations « Igor Stravinski » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Igor Stravinski (Oranienbaum, Russie, 17 juin 1882 — New York, 6 avril 1971) est un compositeur et chef d'orchestre russe (naturalisé français, en 1934, puis américain, en 1945) considéré comme l'un des compositeurs les plus influents du XXe siècle.

(N.B. Comme beaucoup de noms russes, la graphie occidentale a beaucoup varié, la plus fréquente étant Stravinsky)


Citations sur Stravinski[modifier]

Stravinsky est simple, pieux, juste, libre, rapide, aimable, propre, pur, salin, léger, souple, sec, démocrate, poli, taquin, affectueux ; formidablement intéressant dans tout ce qu'il dit lorsqu'il persuade – remet en place – ou qu'il raconte.

  • « Igor S », Charles-Albert Cingria, Symphonia, nº 2, Janvier 1996, p. 9


Rien ne l'offense autant que le manque d'éducation et l'arrogance sous les dehors de la timidité. Rien ne l'offense autant que l'ingratitude, mais il la prévoit et ne la laisse pas s'accomplir.

  • « Igor S », Charles-Albert Cingria, Symphonia, nº 2, Janvier 1996, p. 9


Dans Ramuz comme dans la dissertation scholastique il y a un contrepoint et une tonicité : c'est ça qu'il aime.

  • « Igor S », Charles-Albert Cingria, Symphonia, nº 2, Janvier 1996, p. 9


Parlerons-nous d'autres rencontres ? Celle de Claudel-Stravinsky n'a rien produit sinon le zéro en attente de quelque chose qui n'éclata pas, que pouvait produire la confrontation de deux univers.

  • « Igor S », Charles-Albert Cingria, Symphonia, nº 2, Janvier 1996, p. 9


De l'extérieur, Igor et Vera formaient un ménage à la Dubout : il était tout petit, et elle, c'était la cathédrale de Kiev, avec tous ses bulbes !

  • « Passé-Présent (II) », François Michel, Symphonia, nº 2, Janvier 1996, p. 28


De tous les musiciens que j'ai connus, [Stravinsky] était le plus indiscutablement ce que l'on appelle un « génie ». Il avait, en contrepartie de cette fameuse « masse » si bien mise en lumière, si l'on peut dire, par Flaubert, une espèce de bêtise crasse, fondamentale, énorme.

  • « Passé-Présent (II) », François Michel, Symphonia, nº 2, Janvier 1996, p. 28


Autres projets: