Gustave Lanson

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gustave Lanson, vers 1895

Gustave Lanson, né le 5 août 1857 à Orléans et mort le 15 décembre 1934 à Paris, est un historien de la littérature et critique littéraire français qui encouragea une approche objective et historique des œuvres.

Histoire de la littérature française[modifier]

Malgré ces deux farces (la Cornette et le Cuvier) auxquelles il faut faire une place à part, le théâtre comique du XVe et du XVIe siècle ne pèserait pas lourd, si l’on n’avait Patelin. Mais Patelin, malgré son titre, est une comédie. Il y a là, dans ses proportions que la farce ne connaît pas, un développement des caractères et un maniement des situations qu’elle n’a pas connus davantage. Dans ce sujet si simple — un marchand fripon, dupé par un avocat, dupé par un avocat fripon, que dupe à son tour un rustre fripon, auquel il avait donné secours pour duper encore le marchand — dans ce sujet si mince, il y a un tel jaillissement de gaieté, tant de finesse, tant d’exactitude dans l’expression des caractères, une si délicate et puissante intuition de la convenance dramatique et psychologique des sentiments, une vie si intense, et un style si dru, si vert, si mordant, ici une si exubérante fantaisie et là une si saisissante vérité, souvent un si délicieux mélange de la fantaisie au dehors et de la vérité au dedans, qu’en vérité la farce de maître Pierre Patelin est le chef-d’œuvre de notre ancien théâtre, et l’un des chefs-d’œuvre de l’ancienne littérature. Étant du XVe siècle, et profondément bourgeoise, l’œuvre manque manifestement d’élévation morale : elle est plutôt prosaïquement insoucieuse de l’idéal moral, qu’effectivement immorale. C’est moins parce qu’on rit des dupes que par la façon dont on en rit, absolument de tout cœur et sans arrière-pensée, ni ombre de restriction, que l’insuffisance morale de la pièce éclate. Pour celui qui l’a écrite, pour ceux qui la voyaient, l’action de Patelin était une folie, et l’esprit de Patelin était la vérité même, la raison et la vie.
  • Histoire de la littérature française (1894), Gustave Lanson puis Paul Tuffrau, éd. Hachette, 1953, partie Le Moyen Age, chap. II — Le théâtre du quinzième siècle (1450-1550)., Livre II — Littérature dramatique, p. 219 (texte intégral sur Wikisource)