Grande Loge de France

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le nom de Grande Loge de France a été porté successivement par deux obédiences maçonniques, de 1738 à 1773 pour la première, et de 1894 à nos jours pour la seconde. La seconde se présente aujourd'hui comme directement issue de la première (au même titre que le Grand Orient de France) par l'intermédiaire du rite écossais du XIXe siècle, malgré les deux fusions qui interrompent cette filiation.

Citations[modifier]

La seule règle en franc-maçonnerie est la liberté de penser. S’il n’y a pas la liberté de penser, nous ne sommes pas dans une loge maçonnique.
  • Réponse d'Alain Graesel, Grand maître de la Grande Loge de France
  • « Franc-Maçonnerie : la Grande Loge de France en quinze questions », Alain Graesel, lyonmag.com, 12 janvier 2010 (lire en ligne)


Il serait temps que les francs-maçons se rassemblent, car si les extrémistes parvenaient au pouvoir, ils ne se soucieraient pas de la couleur de nos tabliers
  • Marc Henry, Grand maître lors d'un diner de la GLDF
  • « Incroyable : une GLDF de combat avec Taubira », François KOCH, La lumière/blogs.lexpress.fr, 28 septembre 2014 (lire en ligne)


La Grande Loge de France s’allie sans réserve à tous les êtres humains qui ont déclaré la guerre à toutes les formes d’ostracisme, de xénophobie, d’homophobie, de barbarie, en un mot à toutes les formes de rejets des autres, nos Frères et Sœurs en humanité.
  • Phillipe Charruel, Grand maître à la suite de la fusillade d'Orlando aux États-Unis
  • « Fusillade d’Orlando: la GLDF déclare la guerre aux ostracismes », François KOCH, La lumière/blogs.lexpress.fr, 13 juin 2016 (lire en ligne)


Citations anti-maçonniques[modifier]

(...) j'avais oublié que si les mystères de la Grèce menaient au divin, ceux de la rue Puteaux opéraient dans le sens contraire.
  • La rue Puteaux est l'adresse du siège de la Grande Loge de France
  • La Loge Maçonnique, Albert Vigneau, éd. Les Nouvelles Éditions Nationales, Réédition aux éditions du Trident, 1935, 2011, chap. La loge Eleusis, p. 40


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :