Gilles Lapouge

Une page de Wikiquote, le recueil des citations libres.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gilles Lapouge (2015).

Gilles Lapouge, né en 1923 à Digne, est un écrivain et journaliste français.

Citations[modifier]

Équinoxiales , 1977[modifier]

Ce voyage au Brésil n’était pas le premier. Un autre l’avait précédé, vingt-cinq ans plus tôt, en 1950. J’avais débarqué à Rio de Janeiro, d’où j’allais rallié São Paulo par la route, le 20 janvier. J’étais orné du titre faramineux de rédacteur économique du journal O Estado de São Paulo- je dis faramineux car l’Estado est le plus puissant quotidien de l’Amérique latine .


Dictionnaire amoureux du Brésil, 2011[modifier]

Quand je suis tombé dans ce continent, en 1951, j’arrivais d’une Europe grise, fourbue, avec aigreurs d’anciens combattants, de soldats en déroute et de fours crématoires (...) Le Brésil était en couleurs, au contraire. Dans les rues allaient des peaux noires, blanches, rouges ou dorées, et elles s’amusaient ensemble.
  • Dictionnaire amoureux du Brésil, Gilles Lapouge, éd. Plon, 2011  (ISBN 2-259-20925-4), p. 7-8


Plus tard, je me suis aperçu que ce pays était rusé et un peu menteur(…) Il faisait des cauchemars et peut-être il aimait ses noirceurs. Il multipliait les fêtes et les carnavals car il ressentait une "difficulté d’être", et toujours le néant venait battre ses rêves.
  • Dictionnaire amoureux du Brésil, Gilles Lapouge, éd. Plon, 2011  (ISBN 2-259-20925-4), p. 8-9


Vous pouvez également consulter les articles suivants sur les autres projets Wikimédia :